SEEG INEE

Un rétro-observatoire des changements socio-environnementaux dans le delta du Danube (Roumanie)

 L’INstitut Ecologie et Environnement du CNRS vient de créer, pour une durée de 4 ans, un Site d’Etude en Ecologie Globale dans le de Delta du Danube. Ce rétro-observatoire a pour but d’étudier, dans la longue durée historique, les relations qu’entretiennent les sociétés humaines avec leur environnement. L’enjeu de ce projet est de mesurer la part des héritages dans la construction des écosystèmes et des paysages actuels du delta du Danube. Ce projet de recherche vise, par le truchement d’approches systémiques, à lier analyses rétrospectives et actualistes.

Ce projet s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire à l’interface des sciences sociales et des sciences de l’environnement. Les communautés scientifiques qui œuvrent dans ce domaine peinent à travailler à des échelles de temps aussi longues, ou du moins à déterminer des pas de temps acceptables et représentatifs. L’objectif de ce « réto-observatoire » est, à partir d’une étude de cas, de conduire une réflexion méthodologique sur la manière dont on peut générer, agréger et analyser des données hétérogènes dans le cadre de politiques de gestion et de reconstruction d’espaces dits « naturels ».

Le choix du site d’étude

Le choix du site d’étude découle des résultats acquis dans le cadre de différents projets, tel que le PEPS INEE « Chaman » (Carozza et al. 2011), ou bien la mission archéologique delta du Danube du Ministère des Affaires Etrangères. L’observatoire sera centré sur la zone de Mila 23, au cœur du delta du Danube. La zone centrale du delta du Danube est formée par le prolongement de la plateforme continentale, qui se développe depuis la dépression de Pardina vers l’actuel bras de Sulina. Cette zone a été entièrement recouverte par la transgression marine durant le 5ème millénaire avant notre ère, de sorte que l’ensemble du paysage Néolithique a été totalement submergé (submerged landscape). Si certaines zones ont été asséchées pour y développer une activité agricole dans les années 1980 (à l’instar de la ride Stipoc), d’autres milieux, comme la zone de Taraschina, ont été préservés des travaux de poldérisation.

Le choix de la zone de recherche a été guidé par la problématique du projet, c’est-à-dire l’étude de milieux ayant connu des changements environnementaux rapides, sous influence de forçages externes (climat, niveau marin) ou sous l’ascendance de projets sociaux-politiques. Dans la partie centrale du delta du Danube, la zone comprise entre la ride Stipoc et le bras de Sulina permet d’approcher ce type de configurations. Autour du site de Taraschina, les données archéologiques permettent de caractériser la transition rapide (vers 4300 bc) d’un milieu ouvert, agro-pastoral, vers un environnement fluvio-lacustre, contraint par un forçage naturel. Dans la zone de Stipoc, on observe à l’inverse la transformation rapide, durant les années 1980, d’un milieu humide (plaine d’inondation du delta du Danube) vers un espace agricole extensif, produit d’une économie collectiviste. Distants de moins de 10 km, ces deux sites d’observation décrivent des trajectoires opposées.

Organisation du projet

Le projet se développe autour de trois thèmes complémentaires.

Le thème 1 « Anthropisation, forçages externes et adaptabilité des sociétés depuis le Néolithique jusqu’à la période médiévale » a pour objet de reconstituer les dynamiques de l’anthropisation et d’appréhender, dans un environnement soumis à des forçages externes puissants, la réponse apportée par les sociétés (adaptation).

Le second thème s’intéresse plus spécifiquement à la « Géohistoire de l’artificialisation d’un milieu humide : l’impact des aménagements mégalomaniques sur le fonctionnement des écosystèmes ». Il a pour objet de caractériser l’impact sur le milieu des grands travaux de transformation du delta du Danube depuis le 19ème siècle. Ces aménagements ont pesé sur les formes de l’environnement, mais ils sont également responsables de changements structuraux (forme du peuplement, réseaux de circulation…).

Le dernier thème, intitulé « Héritages et effets différés » vise à modéliser les trajectoires dans la longue durée historique. Il s’agit de mettre en concordance des approches rétrospectives (inscrites dans la longue durée) et l’analyse des dynamiques actuelles, telles que les appréhendent les écologues par exemple. L’enjeu est de proposer aux autorités gestionnaires des outils qui permettent à la fois d’intégrer les  grandes étapes de la formation des paysages héritages (SIG), et de tenter de proposer des modélisations. En utilisant les modèles multi-agents, l’objectif est de tester nos modèles sur le « scénario historique » (utilisation des données historiques et archéologiques) et de proposer de simuler les effets liés aux contraintes actuelles (élévation du niveau marin, changement de régime hydrologique…), de manière à tenter d’identifier des points de rupture. Cette partie du projet a vocation à opérer des développements méthodologiques, tant il est vrai que nos disciplines se heurtent à l’intégration de données dont les résolutions spatiales et temporelles sont hétérogènes.

 

Les cadres du partenariat en cours

 Le projet est financé par l’Institut INEE du CNRS et coordonné par Laurent Carozza, chargé de recherche au CNRS.

Le projet bénéficie également soutien du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes par l’intermédiaire d’un PHC.

La formation de doctorants et de Masters se développe notamment autour de partenariats avec les Universités françaises et roumaines de Toulouse 2, de Iasi, de Bucarest, de Constanta…

 

– Participation à des réseaux de recherche internationaux

Submerged Prehistoric Archaeology and Landscapes on the Continental Shelf (action COST)

UNESCO – IUGS – IGCP 521 – INQUA 501 WG12 Black Sea-Mediterranean Corridor during last 30 ky: Sea level change and human adaptation »

Institutions et laboratoires impliqués

UMR 5602 Géode, UMR 7264 CEPAM, UMR 7266 LIENSs, MNHN…

ICEM Tulcea, Université de Iasi, Musée National d’histoire de la Roumanie, Institut de Géologie et Ecologie Marine de Bucarest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société et environnement dans le delta du Danube – Territoire des Hommes, Territoire de l’Eau