« La nuit des idées » : La vidéo est en ligne !

Le 21 janvier dernier, l’Institut Français à Bucarest a organisé la 6e édition de « La nuit des idées » sur la thématique  « L’Homme et les crises à travers les âges – Ruptures et continuité de la civilisation du Paléolithique à nos jours ».

La conférence-débat, modérée par Claudia Florentina Dobre (présidente du Centre pour les études de mémoire et d’identité CSMI), était animée par Laurent Carozza (archéologue, géographe chercheur au CNRS- GEODE, directeur de la mission « Archéologie du delta du Danube) » et l’historien Florian Matei Popescu (chercheur à l’Institut Vasile Parvan de Bucarest).

Le débat, dont l’un des fils directeurs était la manière dont les sociétés anciennes s’adaptaient aux situations de crise sanitaires et environnementales, a été filmé et diffusé en direct sur le site de l’Institut Français. 

Vous pouvez le retrouver en ligne en suivant ce lien :

https://www.facebook.com/watch/live/?v=865113694324718&ref=watch_permalink

Florian Matei Popescu (à gauche), Claudia Florentina Dobre (au centre) et Laurent Carozza (à droite) » en direct de l’Institut Français

Présentation du site de Taraschina à la Session Nationale d’Archéologie de Roumanie

Comme chaque année, l’équipe de la mission franco-roumaine « Archéologie du delta du Danube » présente le bilan de ses travaux de terrain dans le cadre de la Session Nationale d’Archéologie organisée par le Ministère de la Culture de Roumanie. Cette année, ce prestigieux évènement se déroule pour la première fois en ligne, du 25 au 27 novembre 2020, en collaboration entre le Ministère de la Culture et le Musée de Buzau.

L’affiche de la 54e session Nationale d’Archéologie de Roumanie, mettant en vedette une vue du chantier de Taraschina (céramique de la culture Gumelnita en cours de fouille).

C’est l’occasion de présenter les travaux de plus de 120 opérations d’archéologie programmée et préventive sur 3 jours, conduites sur le territoire roumain par l’ensemble des musées et instituts d’archéologie du Pays, parfois en collaboration avec des structures de recherche étrangères.

Le programme de ces 3 journées est disponible ici :

https://www.muzeubuzau.ro/?event=sesiunea-nationala-de-rapoarte-arheologice-editia-2020&fbclid=IwAR1Sy1ekaBJKSH8VYb9SOwcOAIGY6D_9E0rP4_Jm2iFIpROgWtnxdDiqoig

Cristian Micu a présenté un aperçu des travaux réalisés par l’équipe de la mission sur le tell chalcolithique de Taraschina en 2019 et 2020. La communication a principalement porté sur la présentation des structures liées à une maison chalcolithique incendiée, actuellement en cours de fouille sur la zone 3. L’équipe a ainsi insisté sur les approches quantitatives qu’elle met en place.

Florian Mihail à quant à lui présenté une rapide synthèse de l’étude des industries lithiques taillées et objets de prestiges chalcolithiques découverts sur le site.

Extraits du power point présenté le 25 novembre 2020 à la session Nationale d’Archéologie de Roumanie.
Première de couverture du rapport 2020 de la mission franco-roumaine « Archéologie du delta du Danube ».

Parallèlement, l’équipe travaille actuellement d’arrache pied à la préparation de la seconde monographie du site de Taraschina, qui devrait être éditée (au format papier) début 2021.

Le tell de Taraschina entre dans la collection «Grands sites archéologiques»

Ca y est… le site chalcolithique de Taraschina est officiellement entré dans la collection de référence « Grands sites archéologiques » proposée en ligne par le Ministère de la Culture français…

Fouille du site de Taraschina

Cette prestigieuse collection présente l’histoire et la vie des hommes à travers les recherches des plus grands spécialistes de l’archéologie française, de la Préhistoire à la période contemporaine. L’équipe de la mission franco-roumaine « Archéologie du delta du Danube » est particulièrement fière de l’honneur qui est réservé à ses travaux et à son engagement sur le terrain depuis 14 années…

Le tell chalcolithique de Taraschina est désormais présenté aux cotés des sites les plus prestigieux fouillés en France comme au Proche-Orient, à l’image de la grotte Chauvet ou, pour la période Néolithique, du site grec de Dikilishi Tash, du tell roumain d’Hârsova ou encore des célèbres mégalithes français du Morbihan…

La collection « Grands sites archéologiques », créée en 1996, est née d’une initiative menée par la mission de la recherche et de la technologie (MRT). Elle est aujourd’hui portée par la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et est coordonnée par le musée d’Archéologie nationale, domaine national de Saint-Germain-en-Laye.

Venez vite découvrir la page consacrée au site de Taraschina :

https://archeologie.culture.fr/fr/a-propos/tell-submerge-taraschina

Vue par drone de la zone 3 du tel de Taraschina en cours de fouille

Et n’hésitez pas à explorer le site et découvrir les sites archéologiques présentés en ligne :

https://archeologie.culture.fr/fr/collection-grands-sites-archeologiques

Extrait du catalogue de sites présentés dans le cadre de la collection « Grands Sites Archéologiques »

le site de Taraschina à l’affiche du CIMEC

Dans le cadre de la Journée du Patrimoine Numérique, le CIMEC (Direction du Patrimoine Numérique Roumain) vient de publier un post sur la « Journée de la Réserve de la Biosphère du delta du Danube », qui tombera le premier jour de l’automne.

La Réserve de la Biosphère du delta du Danube nous fait le plaisir de mettre en avant les travaux conduits par la Mission franco-roumaine Archéologie du delta du Danube sur le site de Taraschina à Maliuc, dans le delta du Danube. Elle évoque notamment la question de l’impact des communautés humaines chalcolithiques sur leur environnement, et celle de l’évaluation des changements climatiques sur ces populations.

Site web du CIMEC relayant les travaux de la mission dans le cadre de la Réserve de la Biosphère du delta du Danube
Carte des sites archéologiques présents dans le zone de la Réserve de la Biosphère du delta du Danube

Prima zi de toamnă marchează și Ziua Rezervației Biosferei Deltei Dunării, cea mai mare rezervație de ținuturi umede din…

Publiée par Direcția Patrimoniu Digital – cIMeC sur Mardi 1 septembre 2020
Lien vers la page Facebook du CIMEC

Pour fêter ses 10 années de fouille, le site de Taraschina entre dans la collection en ligne « Grands sites archéologiques »

2010-2020 : l’équipe franco-roumaine, conduite par L.Carozza et C. Micu, fête cette année les 10 ans de la mission « Archéologie du delta du Danube » et les 10 ans de fouille du tell chalcolithique de Taraschina.

Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le Ministère de la Culture français réserve une place de choix au site de Taraschina au sein de la prestigieuse collection de référence « Grands sites archéologiques ».

Cette semaine, l’équipe rédige la fiche du site qui sera mise en ligne sous peu. Parallèlement , nous préparons quelques courtes séquences vidéos  et diaporamas qui viendront enrichir le site.

Nous avons le plaisir de vous proposer, en avant première, un petit film présentant quelques-unes de nos activités de terrain sur le site.

Bon visionnage !

 

Lien vers le site web « Grands sites archéologiques »

https://archeologie.culture.fr/fr/focus/collection-grands-sites-archeologiques

Le CNRS crée l’IRP « GÉOARCHÉOLOGIE ET GÉOHISTOIRE DU DELTA DU DANUBE »

Nous sommes heureux de vous annoncer la création d’un tout nouveau projet de recherche international et collaboratif entre la France et la Roumanie, intitulé « Géoarchéologie et Géohistoire du delta du Danube« . Ce projet vient consolider des collaborations déjà établies de longue date entre ces deux pays dans le cadre 1- du Site d’Etude en Ecologie Globale « SEEG Danube » de l’Institut Ecologie Environnement du CNRS et 2- de la Mission « Archéologie du delta du Danube » portée par Laurent Carozza (CNRS UMR 5602 GEODE, Toulouse) et Cristian Micu (ICEM, Tulcea) .Il a pour objet de permettre l’organisation de réunions de travail ou de séminaires, le développement d’activités de recherche communes y compris des recherches de terrain, et l’encadrement d’étudiants. 

Il réunit, dans une même équipe, archéologues, géomorphologues, bio-archéologues et géographes dont le but est de constituer un pôle international interdisciplinaire de recherche et de formation à la recherche autour d’une problématique géo-archéologique dans la zone du bas Danube. L’IRP s’articule autour de six centres de recherche français et roumains. Il est porté par le laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS-Université Toulouse Jean-Jaurès (France) et l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iasi, Faculté de Biologie, (Bioarchaeology Research Group) pour la Roumanie. Les équipes de l’UMR 7266 LIENSs (CNRS-Université de La Rochelle), l’Institut d’Archéologie « Vasile Parvan » de l’Académie Roumaine, l’Institut de Recherche Eco-Muséal (ICEM“Gavrila Simion” de Tulcea et l’Université de Bucarest ( le Département d’Histoire Antique, Archéologie et Histoire de l’Art de la Faculté d’Histoire et la plateforme « ArchaeoSciences#RO ») participent à ce programme.

Un blog scientifique dédié au projet sera bientôt disponible ainsi qu’une adresse électronique spécifique. Keep in touch 😉

conférence SUST-BLACK “Sustainable Development at the Black Sea” , Bucarest (8-9 mai 2019)

La conférence SUST-BLACK “Sustainable Development at the Black Sea” s’est tenue à Bucarest les 8 et 9 mai 2019, au Palais du Parlement Roumain. Cette conférence est un événement de la présidence roumaine du Conseil de l’UE, soutenu par la Commission européenne. http://www.sust-black.ro/

Vue du Palais du Parlement roumain à Bucarest

Dans le cade de cette conférence, l’équipe de la mission archéologique a présenté une contribution sur le thème « Submerged Neolithic Landscapes in the Danube Delta ». 

À l’occasion de cette conférence sera publiée la «Déclaration de Bucarest» qui lancera le programme de recherche stratégique et d’innovation pour la mer Noire. Des chercheurs et des parties prenantes de pays du bassin de la mer Noire et d’autres pays d’Europe ont déjà apporté d’importantes contributions à ce document, offrant ainsi un excellent exemple de diplomatie scientifique dans ce domaine. Le programme stratégique de recherche et d’innovation pour la mer Noire jouera un rôle majeur dans l’amélioration de la connaissance du bassin marin lui-même, de ses opportunités pour la croissance bleue.

Salle de la conférence

Résumé de notre communication :

Titre : Submerged Neolithic landscapes in the Danube Delta Delta: geo-archaeological and bio-archaeological approaches around the tell of Taraschina (5000-3500 BC)

by Laurent Carozza (1), Costantin Haită (2), Jean-Michel Carozza (3), Adrian Bălășescu (4), Valentin Radu (2), Mihaela Danu (5), Cristian Micu (6), Albane Burens (1)

Coasts and deltas are « hot spots » for biodiversity. These environments, subject to global changes, constitute sensitive ecosystems whose management requires a long-term understanding of the mechanisms of formation and functioning. Since 2010, an international research project has been attempting to reconstruct the evolutionary trajectories of one of the largest hydrological complexes: the Lower Danube and its delta. 

The Franco-Romanian team initiated a research project focusing on the study of agro-pastoral communities that inhabited the Danube Delta during the 5th millennium BC. This project focuses on the relationships between the Chalcolithic societies of Gumelnița culture and their environment. In the particular context of the Danube Delta, these communities have been exposed to sudden environmental changes, and more specifically to changes in the hydrosystem. 

The excavation of the submerged tell of Taraschina, now located in the center of the Danube Delta, is being carried out with a view to rebuilding the link between societies and their environment. In particular, the link between geomorphological – bio-geographic – mobility and adaptation strategies of human communities must be observed. Archaeological horizons provide data that allow us to reconstruct, at high temporal resolution, the impact of these communities on their environment and biodiversity. At the local level, archaeozoological studies dedicated to invertebrates (bivalves and snails) and vertebrates (fish, reptiles, birds, mammals), palynological studies and the analysis of phytoliths have provided very important information to reconstruct the environments and their exploitation. Thus it was possible to highlight cereal processing practices at the Taraschina site and in its surrounding environment. Archaeological data show a succession of crises during the second half of the 5th millennium BC (around 4350-4250 BC and around 4150-4050 BC).

1- CNRS UMR 5602 Géographie de l’Environnement (Toulouse) responsable de l’International Research Project « IRP Geo-archaeology of lower Danube and its delta » et mission archéologique Danube

2- Musée National d’Histoire de la Roumanie (Bucarest)

3- La Rochelle Université, UMR 7266 LIENSs (La Rochelle)

4- Académie Roumaine, Institut d’archéologie « Vasile Pârvan » Bucarest

5- Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, Faculté de Biologie, Département de Recherche Scientifique

6- Institut de Recherche Eco-Museal « Gavrilă Simion » de Tulcea

Colloque Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs

Déposez vos propositions de communications !

Dans le cadre de la « Saison France-Roumanie », nous organisons, du 3 au 8 juin 2019, un colloque international intitulé « Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs ». Ce colloque se tiendra en Roumanie, à Tulcea.

Cette manifestation scientifique est organisée conjointement par les membres de la mission archéologique Danube, le CNRS et le Site d’Etude en Ecologie Globale Danube, l’UMR 5602 GEODE, le Groupe d’Histoire des Zones Humides, l’ICEM et l’Institut du Delta du Danube. Elle s’intéressera à tous les types de zones humides : eau douce, eau salée, eau saumâtre ; eau courante, eau stagnante ; eau permanente ou temporaire qui constituent les marais, les tourbières, les cours d’eau, les estuaires, les deltas et les étendues marines de faible profondeur. L’objet central de ce colloque sera la reconstitution des trajectoires spatio-temporelles des zones humides.

Ce colloque mettra l’accent sur le rôle de l’archéologie, la géo-archéologie et l’histoire de l’environnement dans les approches rétrospectives, inscrites dans la longue durée. 

Envoyez nous vos propositions de communications avant le 16 Février à l’adresse suivante :

geohistoiretulcea@univ-tlse2.fr

La mission sur le terrain : fouille du tell chalcolithique de Taraschina

Point fort de la mission «Archéologie du delta du Danube» depuis 2010, la fouille du tell chalcolithique de Taraschina s’est déroulée cette année en août et septembre derniers, en plein cœur de la réserve naturelle du delta du Danube.

Vue panoramique du site de Taraschina
Delta du Danube (septembre 2018)
Delta du Danube (septembre 2018)

Cette fouille nécessite une logistique spécifique, puisque l’accès au site ne peut s’opérer qu’en bateau depuis les bases de vies qui se trouvent à plus de 45 minutes / 1 heure de barque du site. Le transport des fouilleurs, du matériel et des instruments de terrain (géophysique, carottage, topographie…), requiert des moyens techniques spécifiques (barques, ponton…).

La fouille porte actuellement sur la zone 3 , soit une surface de 120 m2, divisée en deux secteurs distincts.

Taraschina : vue de la zone 3 (septembre 2018)
la zone 3 en cours de fouille (septembre 2018)

Depuis l’année 2017, nous concentrons l’ensemble des moyens de terrain à la fouille d’un vaste bâtiment incendié, mis au jour lors des prospections géophysiques et des carottages.

L’objectif de la fouille est d’étudier un bâtiment dont nous savons qu’il a été partiellement détruit par incendie, vers 4350 BC, à un moment où va s’opérer l’abandon temporaire du tell de Taraschina.

L’état exceptionnel de conservation du site permet d’aborder la problématique de la destruction par le feu, volontaire ou non, des unités d’habitations. Note but est de décrire le processus de démantèlement de ce bâtiment, de manière à discriminer ce qui relève de faits anthropiques (d’origine humaine), de processus naturels. L’équipe quantifie chaque élément mis au jour dans les niveaux de destruction de la maison et les informations sont consignées dans une base de données.

Enregistrement des informations sur le terrain, dans une base de données.

Les différents horizons archéologiques sont échantillonnés de manière à en identifier le contenu. Des analyses en laboratoire dans les université de Toulouse et de Iasi permettront de quantifier la matière organique, la présence de phytolithes (microfossiles de cellules végétales) et sphérolithes (Concrétions minérales), ou encore de micro-fossilles non polliniques. Ces analyses permettront notamment à l’équipe de caractériser les activités qui se sont déroulées à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. L’un des enjeux majeurs de la fouille est en effet d’établir le lien spatial existant entre le bâtiment incendié et les activités qui ont pu être exercées à l’extérieur (stockages, activités spécialisées, transformation matières premières…).

La découverte d’une alène en cuivre (poinçoin) montre que l’environnement extérieur proche de la maison accueillait des activités domestiques liées au traitement des ressources végétales (mouture, confection, réparation des outillages…) et animales (boucherie, pêche…).

Dans la maison, nous avons trouvé de nombreux pesons (poids de métiers à tisser) qui montrent que certaines activités de production artisanales se sont déroulées à l’intérieur du bâtiment. La fouille a livré des pièces énigmatiques, tels de gros galets dont nous ignorons la fonction. Ces découvertes nous interrogent quant à l’éventualité de productions textiles, et peut être du traitement des peaux (ces pièces devront faire l’objet d’une étude tracéologique après nettoyage).

Enfin, notre objectif est de mieux comprendre l’intégration de cette unité d’habitation dans l’environnement global du tell. Les campagnes précédentes ont montré l’existence de zones « vides », non bâties, au sein desquelles ont pu s’exercer des productions spécialisées (traitement des récoltes de céréales), ou artisanales à l’instar de la production céramique (dans la zone 2).

La fouille de septembre 2018 a mis au jour plus de 550 kg de terre à bâtir, correspondant à l’effondrement d’une partie des parois de la maison incendiée, mais également de portions du plafond de cette unité.

Blocs de terre à bâtir provenant de l’effondrement des parois du bâtiment incendié.

L’ensemble du mobilier archéologique mis au jour en septembre dernier sera lavé, dessiné, quantifié, pesé et étudié par des spécialistes français et roumains en juillet 2019, lors d’une longue mission d’étude dans la base archéologique de Celic Dere.

prochaine mission de fouille à Taraschina… août/septembre 2019 !

Société et environnement dans le delta du Danube – Territoire des Hommes, Territoire de l’Eau

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search