Le tell de Taraschina entre dans la collection «Grands sites archéologiques»

Ca y est… le site chalcolithique de Taraschina est officiellement entré dans la collection de référence « Grands sites archéologiques » proposée en ligne par le Ministère de la Culture français…

Fouille du site de Taraschina

Cette prestigieuse collection présente l’histoire et la vie des hommes à travers les recherches des plus grands spécialistes de l’archéologie française, de la Préhistoire à la période contemporaine. L’équipe de la mission franco-roumaine « Archéologie du delta du Danube » est particulièrement fière de l’honneur qui est réservé à ses travaux et à son engagement sur le terrain depuis 14 années…

Le tell chalcolithique de Taraschina est désormais présenté aux cotés des sites les plus prestigieux fouillés en France comme au Proche-Orient, à l’image de la grotte Chauvet ou, pour la période Néolithique, du site grec de Dikilishi Tash, du tell roumain d’Hârsova ou encore des célèbres mégalithes français du Morbihan…

La collection « Grands sites archéologiques », créée en 1996, est née d’une initiative menée par la mission de la recherche et de la technologie (MRT). Elle est aujourd’hui portée par la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et est coordonnée par le musée d’Archéologie nationale, domaine national de Saint-Germain-en-Laye.

Venez vite découvrir la page consacrée au site de Taraschina :

https://archeologie.culture.fr/fr/a-propos/tell-submerge-taraschina

Vue par drone de la zone 3 du tel de Taraschina en cours de fouille

Et n’hésitez pas à explorer le site et découvrir les sites archéologiques présentés en ligne :

https://archeologie.culture.fr/fr/collection-grands-sites-archeologiques

Extrait du catalogue de sites présentés dans le cadre de la collection « Grands Sites Archéologiques »

le site de Taraschina à l’affiche du CIMEC

Dans le cadre de la Journée du Patrimoine Numérique, le CIMEC (Direction du Patrimoine Numérique Roumain) vient de publier un post sur la « Journée de la Réserve de la Biosphère du delta du Danube », qui tombera le premier jour de l’automne.

La Réserve de la Biosphère du delta du Danube nous fait le plaisir de mettre en avant les travaux conduits par la Mission franco-roumaine Archéologie du delta du Danube sur le site de Taraschina à Maliuc, dans le delta du Danube. Elle évoque notamment la question de l’impact des communautés humaines chalcolithiques sur leur environnement, et celle de l’évaluation des changements climatiques sur ces populations.

Site web du CIMEC relayant les travaux de la mission dans le cadre de la Réserve de la Biosphère du delta du Danube
Carte des sites archéologiques présents dans le zone de la Réserve de la Biosphère du delta du Danube

Prima zi de toamnă marchează și Ziua Rezervației Biosferei Deltei Dunării, cea mai mare rezervație de ținuturi umede din…

Publiée par Direcția Patrimoniu Digital – cIMeC sur Mardi 1 septembre 2020
Lien vers la page Facebook du CIMEC

Pour fêter ses 10 années de fouille, le site de Taraschina entre dans la collection en ligne « Grands sites archéologiques »

2010-2020 : l’équipe franco-roumaine, conduite par L.Carozza et C. Micu, fête cette année les 10 ans de la mission « Archéologie du delta du Danube » et les 10 ans de fouille du tell chalcolithique de Taraschina.

Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le Ministère de la Culture français réserve une place de choix au site de Taraschina au sein de la prestigieuse collection de référence « Grands sites archéologiques ».

Cette semaine, l’équipe rédige la fiche du site qui sera mise en ligne sous peu. Parallèlement , nous préparons quelques courtes séquences vidéos  et diaporamas qui viendront enrichir le site.

Nous avons le plaisir de vous proposer, en avant première, un petit film présentant quelques-unes de nos activités de terrain sur le site.

Bon visionnage !

 

Lien vers le site web « Grands sites archéologiques »

https://archeologie.culture.fr/fr/focus/collection-grands-sites-archeologiques

Le CNRS crée l’IRP « GÉOARCHÉOLOGIE ET GÉOHISTOIRE DU DELTA DU DANUBE »

Nous sommes heureux de vous annoncer la création d’un tout nouveau projet de recherche international et collaboratif entre la France et la Roumanie, intitulé « Géoarchéologie et Géohistoire du delta du Danube« . Ce projet vient consolider des collaborations déjà établies de longue date entre ces deux pays dans le cadre 1- du Site d’Etude en Ecologie Globale « SEEG Danube » de l’Institut Ecologie Environnement du CNRS et 2- de la Mission « Archéologie du delta du Danube » portée par Laurent Carozza (CNRS UMR 5602 GEODE, Toulouse) et Cristian Micu (ICEM, Tulcea) .Il a pour objet de permettre l’organisation de réunions de travail ou de séminaires, le développement d’activités de recherche communes y compris des recherches de terrain, et l’encadrement d’étudiants. 

Il réunit, dans une même équipe, archéologues, géomorphologues, bio-archéologues et géographes dont le but est de constituer un pôle international interdisciplinaire de recherche et de formation à la recherche autour d’une problématique géo-archéologique dans la zone du bas Danube. L’IRP s’articule autour de six centres de recherche français et roumains. Il est porté par le laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS-Université Toulouse Jean-Jaurès (France) et l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iasi, Faculté de Biologie, (Bioarchaeology Research Group) pour la Roumanie. Les équipes de l’UMR 7266 LIENSs (CNRS-Université de La Rochelle), l’Institut d’Archéologie « Vasile Parvan » de l’Académie Roumaine, l’Institut de Recherche Eco-Muséal (ICEM“Gavrila Simion” de Tulcea et l’Université de Bucarest ( le Département d’Histoire Antique, Archéologie et Histoire de l’Art de la Faculté d’Histoire et la plateforme « ArchaeoSciences#RO ») participent à ce programme.

Un blog scientifique dédié au projet sera bientôt disponible ainsi qu’une adresse électronique spécifique. Keep in touch 😉

conférence SUST-BLACK “Sustainable Development at the Black Sea” , Bucarest (8-9 mai 2019)

La conférence SUST-BLACK “Sustainable Development at the Black Sea” s’est tenue à Bucarest les 8 et 9 mai 2019, au Palais du Parlement Roumain. Cette conférence est un événement de la présidence roumaine du Conseil de l’UE, soutenu par la Commission européenne. http://www.sust-black.ro/

Vue du Palais du Parlement roumain à Bucarest

Dans le cade de cette conférence, l’équipe de la mission archéologique a présenté une contribution sur le thème « Submerged Neolithic Landscapes in the Danube Delta ». 

À l’occasion de cette conférence sera publiée la «Déclaration de Bucarest» qui lancera le programme de recherche stratégique et d’innovation pour la mer Noire. Des chercheurs et des parties prenantes de pays du bassin de la mer Noire et d’autres pays d’Europe ont déjà apporté d’importantes contributions à ce document, offrant ainsi un excellent exemple de diplomatie scientifique dans ce domaine. Le programme stratégique de recherche et d’innovation pour la mer Noire jouera un rôle majeur dans l’amélioration de la connaissance du bassin marin lui-même, de ses opportunités pour la croissance bleue.

Salle de la conférence

Résumé de notre communication :

Titre : Submerged Neolithic landscapes in the Danube Delta Delta: geo-archaeological and bio-archaeological approaches around the tell of Taraschina (5000-3500 BC)

by Laurent Carozza (1), Costantin Haită (2), Jean-Michel Carozza (3), Adrian Bălășescu (4), Valentin Radu (2), Mihaela Danu (5), Cristian Micu (6), Albane Burens (1)

Coasts and deltas are « hot spots » for biodiversity. These environments, subject to global changes, constitute sensitive ecosystems whose management requires a long-term understanding of the mechanisms of formation and functioning. Since 2010, an international research project has been attempting to reconstruct the evolutionary trajectories of one of the largest hydrological complexes: the Lower Danube and its delta. 

The Franco-Romanian team initiated a research project focusing on the study of agro-pastoral communities that inhabited the Danube Delta during the 5th millennium BC. This project focuses on the relationships between the Chalcolithic societies of Gumelnița culture and their environment. In the particular context of the Danube Delta, these communities have been exposed to sudden environmental changes, and more specifically to changes in the hydrosystem. 

The excavation of the submerged tell of Taraschina, now located in the center of the Danube Delta, is being carried out with a view to rebuilding the link between societies and their environment. In particular, the link between geomorphological – bio-geographic – mobility and adaptation strategies of human communities must be observed. Archaeological horizons provide data that allow us to reconstruct, at high temporal resolution, the impact of these communities on their environment and biodiversity. At the local level, archaeozoological studies dedicated to invertebrates (bivalves and snails) and vertebrates (fish, reptiles, birds, mammals), palynological studies and the analysis of phytoliths have provided very important information to reconstruct the environments and their exploitation. Thus it was possible to highlight cereal processing practices at the Taraschina site and in its surrounding environment. Archaeological data show a succession of crises during the second half of the 5th millennium BC (around 4350-4250 BC and around 4150-4050 BC).

1- CNRS UMR 5602 Géographie de l’Environnement (Toulouse) responsable de l’International Research Project « IRP Geo-archaeology of lower Danube and its delta » et mission archéologique Danube

2- Musée National d’Histoire de la Roumanie (Bucarest)

3- La Rochelle Université, UMR 7266 LIENSs (La Rochelle)

4- Académie Roumaine, Institut d’archéologie « Vasile Pârvan » Bucarest

5- Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, Faculté de Biologie, Département de Recherche Scientifique

6- Institut de Recherche Eco-Museal « Gavrilă Simion » de Tulcea

Colloque Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs

Déposez vos propositions de communications !

Dans le cadre de la « Saison France-Roumanie », nous organisons, du 3 au 8 juin 2019, un colloque international intitulé « Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs ». Ce colloque se tiendra en Roumanie, à Tulcea.

Cette manifestation scientifique est organisée conjointement par les membres de la mission archéologique Danube, le CNRS et le Site d’Etude en Ecologie Globale Danube, l’UMR 5602 GEODE, le Groupe d’Histoire des Zones Humides, l’ICEM et l’Institut du Delta du Danube. Elle s’intéressera à tous les types de zones humides : eau douce, eau salée, eau saumâtre ; eau courante, eau stagnante ; eau permanente ou temporaire qui constituent les marais, les tourbières, les cours d’eau, les estuaires, les deltas et les étendues marines de faible profondeur. L’objet central de ce colloque sera la reconstitution des trajectoires spatio-temporelles des zones humides.

Ce colloque mettra l’accent sur le rôle de l’archéologie, la géo-archéologie et l’histoire de l’environnement dans les approches rétrospectives, inscrites dans la longue durée. 

Envoyez nous vos propositions de communications avant le 16 Février à l’adresse suivante :

geohistoiretulcea@univ-tlse2.fr

Etudier l’histoire des inondations dans la vallée de Cetatuia sur la longue durée (Luncavita, Roumanie)

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’UMR 5602 Géode, l’équipe de la mission archéologique a obtenu un financement pour étudier les crises hydro-sédimentaires et la gestion des risques dans un petit bassin versant connecté au Danube :  la vallée de Cetatuia (Dobroudja, Roumanie).

Le projet « CHRISTO » a pour objectif de déterminer les trajectoires du risque torrentiel dans cette vallée. Ce bassin versant du Danube prend sa source dans une zone de petites montagnes situées à 250 m d’altitude puis il rejoint le cours du fleuve à une altitude de 15 m. Notre objectif est de déterminer les différentes trajectoires socio-environnementales, dans un contexte de changements de gestion de l’espace rural, de l’évolution des régimes de torrentialité et des tendances climatiques. En utilisant différents types de sources et en les croisant (archives sédimentaires, archives cartographiques et historiques, photographies anciennes, entretiens,…), nous caractériserons le régime des crues et des événements extrêmes qui se sont produits ces 500 dernières années. Il s’agira également d’observer le rôle des dispositifs d’atténuation et de protection mis en place plus récemment. Le projet ambitionne de proposer la mise en œuvre d’un dispositif de suivi hydrométéorologique de manière à mieux cerner les tendances des dynamiques contemporaines et la gestion du risque d’inondation dans le bassin versant.

Un travail préliminaire avait déja été conduit en 2015, dans cette vallée, avec la réalisation de plusieurs carottages.

Prélèvement d’une carotte sédimentaire (log) a l’aide d’un carottier à percussion

Mise en place du carottier

Extraction d’un log

Extraction de la carotte

Les données géomorphologiques recueillies permettent de reconstruire les évolutions du bassin versant durant les 500 dernières années. Nous disposons de plusieurs carottes sédimentaires (dont l’une de 5 mètres) couvrant l’ensemble du dernier millénaire, et dont la base est datée de 970+-30 BP (1017-1150 AD).

Fermeture d’une carotte tubée

Cette évolution rapide sur cet intervalle pourrait être liée aux effets combinés d’une augmentation de l’anthropisation et des évolutions climatiques propres au dernier millénaire. Cette évolution est cohérente avec les données récentes obtenues sur l’évolution du delta du Danube qui montrent une forte accélération de la sédimentation au cours de cette période.

4 mètres de carottes tubées prélevées dans la vallée de Cetatuia

A partir des données acquises dans le cadre de ce projet, nous souhaitons poser les réflexions et bases pour différentes actions futures :
– mise en place d’un site instrumenté et d’un observatoire (mesures météo, monitoring zones d’érosion, observation de l’évolution des zones, ouvrages de remédiation ou d’atténuation) ;
– développer les observations à l’échelle d’autres bassins versants moins impactés et développer un modèle régional ;
– travailler sur le lien entre crues des contributeurs et Danube ;             – questionner l’impact urbain pour la zone Tulcea, le développement de l’urbanisme et l’augmentation des évènements extrêmes.

Equipe scientifique :
Philippe Valette (responsable), Jean-Marc Antoine (Univ. Jean-Jaurès), Albane Burens (CNRS), Laurent Carozza (CNRS), Cristian Micu (ICEM), Jean-Michel Carozza (Univ. La Rochelle)

Mission d’étude des céramiques de l’habitat Néolithique ancien « Cris » de Negrilesti, au musée d’Histoire et d’Archéologie de Galati

En collaboration avec le musée de Galati et Costel Ilie, responsable de la fouille archéologique de Negrilesti, l’équipe franco-roumaine de la mission « Archéologie du delta du Danube » a engagé l’étude d‘ensembles céramiques et lithiques datant du Néolithique ancien.

Musée d’histoire, d’Archéologie et d’Ethnologie de Galati.

Département « Néolithique » du Musée de Galati

Ces mobiliers archéologiques sont issus d’un habitat situé le long d’un affluent du Siret, actuellement en cours de fouille par l’équipe du musée de Galati, sous la direction de Costel Ilie.

Ce site  revêt une importance majeure quant à nos connaissances du début de l’Holocène et du processus de néolithisation du bas Danube. En effet, sur l’ensemble du littoral de la mer Noire et dans la zone aval du bas Danube (Dobroudja et plaine roumaine), nous ignorons tout du processus de néolithisation, car aucun site n’y a, jusqu’à présent, été mis au jour. Sur le cours moyen du Siret et du Prut, nous connaissons en revanche des occupations attribuées au Néolithique ancien (culture Cris). Ces sites, souvent enfouis sous plusieurs mètres d’alluvions, sont encore largement méconnus.

D’un point de vue archéologique, l’objectif de cette étude est de caractériser la typologie et la technologie des récipients en céramique, l’origine des matières premières, les chaînes opératoires de fabrication et la fonction des récipients.

En avril 2018, une première mission d’étude a été réalisée par Laurent Carozza au musée de Galati, en collaboration avec Costel Ilie. Cette mission a permis l’étude de plus de 700 pièces céramiques.

Dessin des poteries néolithiques du site de Negrilesti (culture Cris) par L. Carozza en avril 2018.

Une seconde session se tiendra à l’automne. Elle viendra compléter les études engagées par Adrian Balasescu sur les faunes, et une première étude publiée de l’industrie sur matières dures animales (Belbiman, Ilie, Sztancs 2015 Artefacts made of osseous raw materials discovered at Negrileşti-„curtea şcolii” site, Galaţi county).

Vectorisation des dessins

Dessin de fragments de poteries issues de la fosse 10 du site de Negrilesti (L. Carozza CNRS UMR 5602 GEODE).

Inauguration de l’exposition « Entre terre et eau » à la cité de la Préhistoire (Orgnac-l’Aven)

L’inauguration de l’exposition internationale franco-roumaine « Entre terre et eau : Crises sociales et environnementales dans le delta du Danube à la fin du Néolithique » s’est tenue Vendredi 25 mai dernier, à la cité de la Préhistoire à Orgnac l’Aven, en présence de plusieurs représentants de la mission « Archéologie du Delta du Danube », membres du comité scientifique de l’exposition.

Elus, représentants officiels et membres de la mission « Archéologie du delta du Danube » du MAEE devant l’affiche de l’exposition

C’est en présence du Vice Consul général de Roumanie à Lyon M. Alexandru Corneanu, du Président du Conseil Départemental de l’Ardèche M. Laurent Ughetto, de Mme la Sous Préfet Hélène Debiève et de M. le Maire d’Orgnac M. René Ughetto que Robin Furestier de la Cité de la Préhistoire a ouvert la cérémonie par une présentation de l’exposition.

Discours inauguraux des représentants officiels.

Présentation de l’exposition par Robin Furestier (Cité de la Préhistoire) et Cristian Micu (ICEM)

Cristian Micu, co-responsable de la mission archéologique et commissaire de l’exposition avait spécialement fait le déplacement depuis la Roumanie à cette occasion.

Cette exposition, mise en scène par le musée de la Cité de la Préhistoire, retrace les travaux de la mission « Archéologie du delta du Danube », dans la perspective de sensibiliser un très large public à la question des changements climatiques passés, en s’interrogeant sur les raisons de la disparition d’une civilisation ou d’un modèle socio-économique. Face aux hypothèses catastrophistes d’un « désastre écologique » souvent mises en avant, les archéologues expliquent ici la nature complexe des relations unissant les sociétés à leur environnement.

« Mise en ambiance » de l’actuel delta du Danube

Proposition de restitution d’une maison chalcolithique gumelnita

Céramique chalcolithique de la culture Gumelnita, prêtée par le musée d’archéologie de l’ICEM (Tulcea, Roumanie)

Les travaux de la mission « Archéologie du delta du Danube » ont bénéficé du soutien financier et logistique du Ministère français des Affaires Etrangères, du CNRS, de l’UMR 5602 GEODE, de ICEM (Institut Eco Muséal de Tulcea), du Conseil Départemental de la Dobroudja, de la Réserve Naturelle du Delta du Danube ainsi que de la Commission de la recherche archéologique du Ministère de la Culture et de l’Identité Nationale roumain. Elle a obtenu le label « Année européenne du patrimoine culturel 2018 » du Ministère de la culture français.

Carpe séchée du delta du Danube, suspendue à la reproduction de maison chalcolithique roumaine.

Fac simile de vases chalcolithiques (de la culture Gumelnita), mis en scène dans la restitution de maison en terre chalcolithique.

 

Société et environnement dans le delta du Danube – Territoire des Hommes, Territoire de l’Eau

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search