Archives par mot-clé : Taraschina

Fouille d’un bâtiment incendié sur le tell de Taraschina

La mission archéologique « Delta du Danube », créée en 2010, a pour objet d’appréhender le rôle des changements environnementaux dans la zone du bas Danube (Roumanie) durant le premier Holocène : c’est-à-dire depuis la Néolithisation jusqu’au début de l’Antiquité (soit 6300-600 BC). L’équipe cherche à déterminer l’impact des communautés humaines sur leur environnement et à évaluer l’incidence des changements environnementaux (forçages climatiques, événements extrêmes, crises environnementales) pour les communautés humaines passées.

Cette année, trois missions de terrain ont été consacrées à la fouille archéologique du site chalcolithique de Taraschina (mars, juin et septembre 2016). 
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina

Ce site correspond à un tell (sorte d’habitat pluri-stratifié) situé dans l’actuel delta du Danube, en plein cœur de la réserve Biosphère delta du Danube – Unesco. Daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, ce site constitue le plus ancien témoignage de peuplement du delta.
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
L’équipe franco-roumaine, formée de 12 personnes a fouillé sur le site une zone de 180m2 où sont apparus des bâtiments incendiés, repérés lors d’une une campagne de prospection géophysique en 2015.
fouille2016-2
Fouille et relevé du niveau d’apparition du bâtiment incendié
Carte des anomalies magnétiques établies par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
Carte des anomalies magnétiques établie par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
La problématique des bâtiments incendiés est propre à l’ensemble du Chalcolithique de l’aire Carpatho-Balkanique ; on rencontre des bâtiments incendiés sur l’ensemble des tells fouillés. La fouille de ces bâtiments offre l’intérêt de présenter des structures d’habitat particulièrement bien préservées, mais l’essentiel des questionnements porte sur le caractère intentionnel, ou non, de la mise à feu de certaines unités domestiques.
Niveau d'apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Niveau d’apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Dans le cas spécifique du tell de Taraschina, notre approche de ce phénomène s’opère de manière intégrée, en prenant en compte les facteurs socio-économiques mais également environnementaux.

La fouille de ces bâtiments incendiés intervient alors que nous disposons d’une bonne maîtrise du cadre chronologique et culturel relatif à la formation du tell ainsi que d’un modèle socio-économique et environnemental relatif aux transformations du milieu et des modalités d’exploitation des ressources. L’exploitation des données issues des précédentes campagnes de carottages montre que les niveaux d’incendie ne sont répartis de manière uniforme dans le temps. On observe une nette prédominance du nombre des niveaux incendiés durant l’intervalle 4350-4150 BC au détriment du début de la séquence d’occupation 4800-4450 BC.
fouille-juin
Fouille du tell de Taraschina (juin 2016)
Les résultats acquis depuis 2010 dans le delta du Danube ont permis de proposer des hypothèses relatives à l’importance des facteurs environnementaux (forçages externes) dans l’histoire des communautés de la fin du Néolithique dans cette zone. Ces communautés d’agriculteurs et d’éleveurs ont été confrontées à des changements environnementaux rapides : élévation du niveau marin, modifications du milieu (régime hydrologique) et des paysages... Ces changements, parfois brutaux, ont impacté le quotidien de ces communautés, jusqu’à provoquer, dans certains cas, leur départ de la zone de l’actuel delta du Danube. A l’échelle régionale (littoral de la mer Noire et bas Danube), les facteurs de forçages externes semblent tout aussi puissants et on observe une véritable rupture socio-environnementale à la fin du 6ème millénaire avant notre ère (crise des élites sociales, mise à mal des réseaux d’échanges, changement de système économique et de système de représentation).

Aujourd’hui, nos travaux permettent de relativiser l’importance des hypothèses relatives au seul impact de l’élévation rapide du niveau marin « black sea flooding ». Nos recherches dans le domaine de la géomorphologie fluviale montrent que les effets cumulés de l’élévation du niveau marin et d’événements climatiques de type RCC 6.2-5.8 Ky BP (Rapid Climate Change) ont localement pu impliquer des modifications radicales du milieu, sans qu’aucune stratégie d’adaptation n’ait pu être développée par les communautés humaines.

Nos travaux s’orientent maintenant vers l’établissement de modèles pour l’intervalle 5000-1500 BC durant lequel différentes crises environnementales ont pu être identifiées. Dans une démarche plus historiographique, il nous semble à présent intéressant de travailler, dans la plus longue durée, sur les récits en lien avec les crises socio-environnementales (imaginaire, récits mythologiques…).

Une mission sous le signe de l’eau

Sans battre les records d’avril 2013, le niveau de l’eau dans le delta du Danube est particulièrement élevé en ce moi d’octobre, malgré une météo quasi estivale sur Mila 23… …probablement les répercussions des inondations en Serbie, provoquées par les pluies diluviennes de septembre.

Les horizons archéologiques les plus anciens du site chalcolithique de Taraschina sont recouverts par les eaux du Danube.

Le site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondé (octobre 2014)
La zone 2 du site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondée (octobre 2014)

 

Les deux premières journées de la mission ont été consacrées au nettoyage du site et au pompage de la zone 2, qui sera légèrement agrandie cette semaine (notamment autour de la zone ayant livré les restes d’un individu en connexion anatomique, au sein des niveaux de démolition de l’habitat).

Pompage d'une partie de la zone 2 du site de Taraschina
Pompage d’une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Au regard de l’actuel niveau des eaux du Danube, si celles-ci ne baissent pas dans les jours à venir, cette nouvelle campagne de terrain devra se focaliser sur les horizons supérieurs du tell, correspondant à des accumulations de rejets domestiques, traduisant un changement dans l’organisation spatiale de l’occupation du site.

Les horizons les plus anciens, formés de la destruction d’unités domestiques en terre crue et de sols de circulation, feront l’objet d’une fouille en mars 2015, avant d’ouvrir une nouvelle zone de fouille sur le site n°2 de Taraschina.

 

Vue synthétique de la stratigraphie du site chalcolithique de Taraschina

À la veille d’une nouvelle campagne de fouille sur le site de Taraschina, le travail de synthétisation de la stratigraphie du site était d’actualité. C’est désormais chose faite avec la production du tout nouveau diagramme stratigraphique de la zone 2 !

Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)
Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)

L’analyse des unités stratigraphiques (Us) des sites stratifiés est essentielle à la compréhension de la chronologie des sites. Le diagramme stratigraphique représente l’ensemble de la chronologie stratigraphique du site sous une forme graphique simplifiée (Harris 1979) qui structure notamment les relations entre les différentes Us. Il présente les relations d’antériorité, de postériorité et de contemporanéité des unités stratigraphiques déterminées sur le terrain lors de la fouille.

Sur ce diagramme les Us sont mises en relation avec le relevé des carottes réalisées sur le site (à gauche et à droite du diagramme). Le niveau de la nappe phréatique est représenté en bleu, ce qui met clairement en évidence que les niveaux d’occupation anthropiques les plus anciens sont aujourd’hui ennoyés. Le substrat lœssique (représenté en jaune) est quant à lui recouvert par les eaux du Danube sur plus d’un mètre de hauteur.

 

Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.
Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.

Le diagramme fournit une première lecture chronologique relative du site. Il sera complété après la mission de septembre et octobre prochains.

Mission d’étude à Celic Dere

Du 15 au 31 juillet, l’équipe de la mission archéologique delta du Danube s’est installée, comme chaque été, dans la base archéologique de l’ICEM de Celic Dere (département de Dobrodgea). L’équipe a rassemblé 10 chercheurs roumains et français ainsi que quatre étudiantes de l’université de Bucarest.

L’objectif premier de la mission était de traiter les mobiliers archéologiques des deux dernières campagnes de fouilles réalisées sur le site chalcolithique de Taraschina, dans le delta du Danube, en octobre 2013 et mars 2014 : lavage, tri puis dessin et étude du matériel (plus de 120 kg de céramique Gumelnita, 70 kg de terre à bâtir, des milliers de fragments de faune, de coquillages, des pièces lithiques…).

 figure 01

Pendant 15 jours, la base de Celic Dere a ainsi accueilli des céramologues, des lithiciens, des spécialistes des matières dures animales, des archéozoologues… autant de spécialistes qui ont partagé leurs connaissances avec les étudiantes roumaines, sous la forme de cours théoriques comme de travaux pratiques à partir du mobilier de Taraschina.

photo 2

Le tri des refus de tamis des prélèvements de sédiments opérés sur le site a permis de collecter, outre de nombreux charbons de bois, quelques restes carpologiques et fauniques, mais surtout plusieurs perles en céramique appartenant vraisemblablement à une même parure.

photo 3

equipe 2014
Une partie de l’équipe posant devant la base archéologique de Celic Dere (ICEM)

Taraschina sous les eaux du Danube

Avril 2013 : le Danube est à son plus haut niveau depuis près d’un siècle dans plusieurs régions du Sud-Est de l’Europe…

En Roumanie, le delta du fleuve accuse difficilement les répercussions des très fortes précipitations enregistrées cet hiver et ce printemps dans les différents pays d’Europe centrale traversés par le Danube (Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie…).

Le site archéologique de Taraschina, en cours de fouille par l’équipe scientifique franco-roumaine de la Mission archéologique « Delta du Danube », s’est retrouvé noyé sous plusieurs dizaines de centimètres d’eau !

Le site de Taraschina sous les eaux du Danube - avril 2013
Le site de Taraschina sous les eaux du Danube – avril 2013
À l’occasion de prospections conduites en avril dans le delta, un détour par le site de Taraschina nous a permis d’accéder, en bateau, directement sur la zone de fouille…  recouverte par les hautes eaux du Danube.
Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina
Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina

Suite des travaux de terrain après la décrue…

Deuxième campagne de fouille à Taraschina

La seconde campagne de fouille conduite à Taraschina cette année a permis d’ouvrir, en octobre dernier, quelques 94 m2 de fouille sur la zone 2 du site. Ce nouveau secteur, très riche en mobilier archéologique (céramique, faune, silex, torchis…) paraît marquer la limite de la zone de concentration des profondes fosses découvertes en zone 1.

Le niveau exceptionnellement bas du Danube — s’il a rendu l’accès au site très difficile — a néanmoins permis à l’équipe de fouiller dans leur totalité le remplissage de fosses et de silos particulièrement profonds, habituellement inaccessibles. À la base de ces creusements sont apparus des horizons livrant les vestiges de probables unités d’habitation en terre crue.  L’unique opportunité que représentait le niveau très bas du fleuve nous a également permis de finaliser la fouille (dans la zone 1) du silo ayant livré, en 2010, un fragment de statuette anthropomorphe en os.

Fouille de la zone 2 du site de Taraschina – octobre 2012

En fin de campagne, la remontée du niveau du Danube a permis d’acheminer par barque, sur le site, un carottier à percussion. Quelques 5 carottages ont ainsi pu finalement être réalisés selon 2 transects. Plusieurs carottes ont été prélevées en périphérie du site, au cœur d’une très dense « forêt » de roseaux, difficile d’accès. Les carottes prélevées en tube ont été rapatriées en France. Elles seront ouvertes et échantillonnées en décembre prochain au laboratoire GEODE de Toulouse. Elles permettront notamment à Erwan Messager (laboratoire CEPAM de  Nice) et  Mihaela Danu (Université de Iasi – Roumanie) d’affiner l’étude des phytolithes amorcée l’année passée.

Carottage au milieu des roseaux, à quelques dizaines de mètres de la fouille

 

Sur la route de Taraschina, par un petit matin d’octobre

 

Dernière mission avant l’hiver

Du 22 octobre au 1er novembre derniers, s’est tenue la dernière campagne de fouille et de prospection de l’année 2010 sur le site de Taraschina. Les conditions climatiques optimales et le relatif bas niveau du Danube en cette fin du mois d’octobre ont permis de mettre en œuvre trois ateliers de recherche.

Une équipe a poursuivi la fouille du secteur 1 et réalisé le décapage, sur une petite surface, des premiers horizons archéologiques en place.

L’équipe de Géo-Eco-Mar, coordonnée par Radu Dimitriu, a poursuivi les prospections géophysiques et complété la première carte de susceptibilité magnétique qui avait été réalisée à la fin du printemps.

Enfin, de manière à compléter la reconnaissance stratigraphique du site, des carottages ont été réalisés à l’aide d’un vibro-percuteur. Cette opération a été conduite dans le cadre du PEPS ChAMaN que finance le CNRS en 2010 et 2011 dans la zone du bas Danube.

La conduite de cette mission, la plus longue réalisée à ce jour par l’équipe dans le delta du Danube, a nécessité d’importants moyens logistiques. L’équipe tient une nouvelle fois à remercier le Conseil Départemental de Tulcea pour son aide depuis le démarrage de la mission.

chargement du bateau prêt au départ pour le site de Taraschina

Première campagne 2010 sur le site de Taraschina

Quelques semaines à peine après la création de la mission archéologique « Delta du Danube » du Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes, l’équipe scientifique franco-roumaine (voir l’onglet « L’équipe scientifique ») a organisé une première session de travail début avril 2010.

Débarquement sur le site de Taraschina

Cette campagne a d’abord été consacrée au géoréférencement du site de Taraschina au GPS différentiel. Ce travail a été coordonne par Mihail Florea, topographe au musée national d’histoire de la Roumanie.

Géoréférencement au GPS différentiel
Implantation des points topographiques

Un des objectifs de cette session de travail sur le terrain était de préciser la localisation au sol des vestiges archéologiques par une prospection fine. Ce travail, déjà amorcé en 2009, a été poursuivi au mois d’avril dans le but d’affiner notre perception des zones de concentration du matériel et de déterminer la part relative des artefacts chalcolithiques par rapport aux éventuelles intrusions post néolithique.

Dans le but de préparer la campagne de fouille programmée pour le mois d’octobre prochain, la terre arable d’un secteur de plus de 70 m2 a été dégagée. Sur cette surface, on a pu recueillir un mobilier archéologique abondant (plus de 3 000 tessons de poterie et autant de fragments d’ossements animaux), à plus de 97% attribuable à la période chalcolithique (culture de Gumelnita A1). À la suite des décomptes effectués sur la globalité du matériel recueilli, on a pu observer que seuls 2,3% du mobilier pouvait être attribué à des occupations postérieures au Chalcolithique.

Décapage d'un secteur de plus de 70 mètres carrés

Parmi le mobilier chalcolithique collecté, on observe la présence d’une industrie lithique abondante, principalement caractérisée par la présence de lames et d’outils (grattoirs…) et d’une dizaine d’outils en os ou bois d’animal. La céramique, bien conservée, présente une forte diversité de formes et de décors.