Archives par mot-clé : prospections géophysiques

Taraschina : ouverture d’une nouvelle zone de fouille en 2012

En 2010, la réalisation de prospections géophysiques avait permis à l’équipe de Radu Dimitriu (GeoEcoMar) de mettre en évidence des zones où l’on pouvait observer des « anomalies magnétiques ». Celles-ci semblaient liées à la présence de matériel chauffé, et notamment d’éléments de torchis.

Une des caractéristiques des sites d’habitat chalcolithiques des Balkans est la présence de très nombreuses unités d’habitations incendiées. L’importante masse de torchis rubéfié constitue ainsi des « anomalies magnétiques » qu’il est possible d’identifier.

C’est pour vérifier cette hypothèse que nous avons décidé de fouiller, à Taraschina, l’emplacement de l’une de ces anomalies, dans la perspective de mettre en évidence une éventuelle unité d’habitation incendiée.

Nouveau secteur de fouille ouvert en avril 2012 à l'emplacement d'une "anomalie magnétique" découverte lors de prospections géophysiques

Nous avons ouvert une fenêtre de fouille d’une surface d’environ 50 m2. Le décapage des premiers horizons a mis au jour de grandes fosses ainsi que des silos comblés par des déchets domestiques et des éléments de torchis rubéfiés. Ces éléments d’architecture indiquent la présence d’une unité domestique incendiée proche. Une partie des décombres a été rejeté à l’intérieur de silos abandonnées. L’extension de la fouille, en octobre prochain, permettra de circonscrire la zone où est apparue cette anomalie magnétique.

Taraschina, avril 2012 : tamisage des sédiments, fouille d'un silo et topographie de la zone 2.

Dernière mission avant l’hiver

Du 22 octobre au 1er novembre derniers, s’est tenue la dernière campagne de fouille et de prospection de l’année 2010 sur le site de Taraschina. Les conditions climatiques optimales et le relatif bas niveau du Danube en cette fin du mois d’octobre ont permis de mettre en œuvre trois ateliers de recherche.

Une équipe a poursuivi la fouille du secteur 1 et réalisé le décapage, sur une petite surface, des premiers horizons archéologiques en place.

L’équipe de Géo-Eco-Mar, coordonnée par Radu Dimitriu, a poursuivi les prospections géophysiques et complété la première carte de susceptibilité magnétique qui avait été réalisée à la fin du printemps.

Enfin, de manière à compléter la reconnaissance stratigraphique du site, des carottages ont été réalisés à l’aide d’un vibro-percuteur. Cette opération a été conduite dans le cadre du PEPS ChAMaN que finance le CNRS en 2010 et 2011 dans la zone du bas Danube.

La conduite de cette mission, la plus longue réalisée à ce jour par l’équipe dans le delta du Danube, a nécessité d’importants moyens logistiques. L’équipe tient une nouvelle fois à remercier le Conseil Départemental de Tulcea pour son aide depuis le démarrage de la mission.

chargement du bateau prêt au départ pour le site de Taraschina