Archives par mot-clé : gumelnita

Fouille d’un bâtiment incendié sur le tell de Taraschina

La mission archéologique « Delta du Danube », créée en 2010, a pour objet d’appréhender le rôle des changements environnementaux dans la zone du bas Danube (Roumanie) durant le premier Holocène : c’est-à-dire depuis la Néolithisation jusqu’au début de l’Antiquité (soit 6300-600 BC). L’équipe cherche à déterminer l’impact des communautés humaines sur leur environnement et à évaluer l’incidence des changements environnementaux (forçages climatiques, événements extrêmes, crises environnementales) pour les communautés humaines passées.

Cette année, trois missions de terrain ont été consacrées à la fouille archéologique du site chalcolithique de Taraschina (mars, juin et septembre 2016). 
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina

Ce site correspond à un tell (sorte d’habitat pluri-stratifié) situé dans l’actuel delta du Danube, en plein cœur de la réserve Biosphère delta du Danube – Unesco. Daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, ce site constitue le plus ancien témoignage de peuplement du delta.
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
L’équipe franco-roumaine, formée de 12 personnes a fouillé sur le site une zone de 180m2 où sont apparus des bâtiments incendiés, repérés lors d’une une campagne de prospection géophysique en 2015.
fouille2016-2
Fouille et relevé du niveau d’apparition du bâtiment incendié
Carte des anomalies magnétiques établies par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
Carte des anomalies magnétiques établie par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
La problématique des bâtiments incendiés est propre à l’ensemble du Chalcolithique de l’aire Carpatho-Balkanique ; on rencontre des bâtiments incendiés sur l’ensemble des tells fouillés. La fouille de ces bâtiments offre l’intérêt de présenter des structures d’habitat particulièrement bien préservées, mais l’essentiel des questionnements porte sur le caractère intentionnel, ou non, de la mise à feu de certaines unités domestiques.
Niveau d'apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Niveau d’apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Dans le cas spécifique du tell de Taraschina, notre approche de ce phénomène s’opère de manière intégrée, en prenant en compte les facteurs socio-économiques mais également environnementaux.

La fouille de ces bâtiments incendiés intervient alors que nous disposons d’une bonne maîtrise du cadre chronologique et culturel relatif à la formation du tell ainsi que d’un modèle socio-économique et environnemental relatif aux transformations du milieu et des modalités d’exploitation des ressources. L’exploitation des données issues des précédentes campagnes de carottages montre que les niveaux d’incendie ne sont répartis de manière uniforme dans le temps. On observe une nette prédominance du nombre des niveaux incendiés durant l’intervalle 4350-4150 BC au détriment du début de la séquence d’occupation 4800-4450 BC.
fouille-juin
Fouille du tell de Taraschina (juin 2016)
Les résultats acquis depuis 2010 dans le delta du Danube ont permis de proposer des hypothèses relatives à l’importance des facteurs environnementaux (forçages externes) dans l’histoire des communautés de la fin du Néolithique dans cette zone. Ces communautés d’agriculteurs et d’éleveurs ont été confrontées à des changements environnementaux rapides : élévation du niveau marin, modifications du milieu (régime hydrologique) et des paysages... Ces changements, parfois brutaux, ont impacté le quotidien de ces communautés, jusqu’à provoquer, dans certains cas, leur départ de la zone de l’actuel delta du Danube. A l’échelle régionale (littoral de la mer Noire et bas Danube), les facteurs de forçages externes semblent tout aussi puissants et on observe une véritable rupture socio-environnementale à la fin du 6ème millénaire avant notre ère (crise des élites sociales, mise à mal des réseaux d’échanges, changement de système économique et de système de représentation).

Aujourd’hui, nos travaux permettent de relativiser l’importance des hypothèses relatives au seul impact de l’élévation rapide du niveau marin « black sea flooding ». Nos recherches dans le domaine de la géomorphologie fluviale montrent que les effets cumulés de l’élévation du niveau marin et d’événements climatiques de type RCC 6.2-5.8 Ky BP (Rapid Climate Change) ont localement pu impliquer des modifications radicales du milieu, sans qu’aucune stratégie d’adaptation n’ait pu être développée par les communautés humaines.

Nos travaux s’orientent maintenant vers l’établissement de modèles pour l’intervalle 5000-1500 BC durant lequel différentes crises environnementales ont pu être identifiées. Dans une démarche plus historiographique, il nous semble à présent intéressant de travailler, dans la plus longue durée, sur les récits en lien avec les crises socio-environnementales (imaginaire, récits mythologiques…).

Présentation du site Dambul lui Haralambie (Roumanie) au colloque Pontica 2014

À l’occasion de la session internationale « Pontica 2014 » organisée par le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Constanta (Roumanie) les 2 et 3 octobre derniers, Sorin Ailincai a présenté, au nom de l’équipe franco-roumaine de la mission Delta du Danube, les travaux conduits sur le site chalcolithique submergé de Dambul lui Haralmabie.

 Titre de la communication :

Dambul lui Haralmabie (Commune de Crisan – dept de Tulcea) – un nouvel habitat chalcolithique submergé dans le delta du Danube.

 Auteurs :

CristianMicu (ICEM Tulcea), Laurent Carozza (UMR 5602), Jean-Michel Carozza (UMR 5602 et Université de Strasbourg), Florian Mihail (ICEM Tulcea), Tiberiu Groparu (Doctorant à l’Université Toulouse 2,), Erwan Messager (UMR 7264), Sorin Ailincai (ICEM Tulcea), Albane Burens (UMR 5602), Mihaela Danu (Université  Alexandru Ioan Cuza de Iasi), M. Haralambie, Catalin Mihail

Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine
Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine

 Résumé de la communication :

Les recherches récentes conduites dans le delta du Danube ont permis de mettre au jour un nouvel établissement daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère. Ce site se trouve à moins de trois kilomètres du tell submergé de Taraschina (commune de Maliuc), fouillé par la mission Franco-Roumaine, sous la direction de Cristian Micu. Le site a été découvert fortuitement par M. Haralambie qui a collecté, dans cette zone, du mobilier archéologique.

Le site Haralambie se trouve sur la rive gauche du canal Sontea, en face du petit canal artificiel Bucla, reliant le bras de Sulina au canal de Sontea. Les travaux d’aménagements de cette zone et l’édification de digues et de plateformes de stockage de roseaux ont provoqué des modifications importantes du milieu. Le tracé actuel du canal Sontea est ici totalement artificiel. Le mobilier archéologique a été collecté sur la berge, peu après des travaux de recalibrage du canal Sontea, dans les sédiments rejetés par la drague. Selon Monsieur Haralambie, inventeur du site, le sédiment est ici « brun et organique, mais on distingue également une argile jaune ».

Depuis la découverte du site, les prospections réalisées en période de basses eaux par Catalin Mihail ont permis de collecter de nombreux outils lithiques ainsi que de la céramique. Parmi les éléments de forme, on observe la présence d’un petit gobelet biconique et d’une petite écuelle carénée à bord ouvert. Les comparaisons typologiques permettent d’attribuer ce lot à la culture de Gumelnita.

Le mobilier lithique est constitué d’une centaine de pièces. L’essentiel de cette industrie a été réalisé sur de la matière première importée, issue de la plateforme Balkanique. On observe cependant un débitage sur matière locale, dont la source semble située en Dobroudja. Les stratégies technologiques s’inscrivent pleinement dans le modèle connu pour la culture Gumelnita. L’assemblage typologique varié (lames, grattoirs, pièces esquilées…), caractéristique des habitats, décrit un éventail d’activités pratiquées par une communauté dynamique.

 Aucun horizon archéologique n’ayant été décelé en surface ou dans les coupes du canal de Sontea, des carottages ont été réalisés dans la zone où apparaît le mobilier remonté en surface par les dragages. Les différentes carottes montrent qu’un ou deux horizon(s) archéologique(s) apparai(ssen)t entre les cotes de -2,50 et 2,80 sous la surface. Il s’agit de niveaux organiques, avec du mobilier archéologique. Deux datations C14 confirment la datation comprise entre 4647-4460 BC pour la base et 4614-4266 BC pour la dernière occupation reconnue. Les niveaux archéologiques sont aujourd’hui recouverts par plus de 2 mètres de sédiments fluvio-lacustres.

 Cet habitat aujourd’hui submergé, indique, à l’instar du tell de Taraschina, que durant la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, cette zone de l’actuel delta du Danube formait une plateforme exondée, située non loin de chenaux du Danube.

  Cette recherche a bénéficié du soutien du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes français dans le cadre de la mission archéologique franco-roumaine dirigée par L. Carozza et C. Micu, d’un financement via le PHC Franco-Roumain Brancusi dirigé par A. Burens et S. Ailincai. Des analyses ont été réalisées dans le cadre du Site d’Etude en Ecologie Globale « delta du Danube » financé par l’Institut Ecologie Environnement du CNRS.

Une mission sous le signe de l’eau

Sans battre les records d’avril 2013, le niveau de l’eau dans le delta du Danube est particulièrement élevé en ce moi d’octobre, malgré une météo quasi estivale sur Mila 23… …probablement les répercussions des inondations en Serbie, provoquées par les pluies diluviennes de septembre.

Les horizons archéologiques les plus anciens du site chalcolithique de Taraschina sont recouverts par les eaux du Danube.

Le site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondé (octobre 2014)
La zone 2 du site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondée (octobre 2014)

 

Les deux premières journées de la mission ont été consacrées au nettoyage du site et au pompage de la zone 2, qui sera légèrement agrandie cette semaine (notamment autour de la zone ayant livré les restes d’un individu en connexion anatomique, au sein des niveaux de démolition de l’habitat).

Pompage d'une partie de la zone 2 du site de Taraschina
Pompage d’une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Au regard de l’actuel niveau des eaux du Danube, si celles-ci ne baissent pas dans les jours à venir, cette nouvelle campagne de terrain devra se focaliser sur les horizons supérieurs du tell, correspondant à des accumulations de rejets domestiques, traduisant un changement dans l’organisation spatiale de l’occupation du site.

Les horizons les plus anciens, formés de la destruction d’unités domestiques en terre crue et de sols de circulation, feront l’objet d’une fouille en mars 2015, avant d’ouvrir une nouvelle zone de fouille sur le site n°2 de Taraschina.

 

Mission d’étude à Celic Dere

Du 15 au 31 juillet, l’équipe de la mission archéologique delta du Danube s’est installée, comme chaque été, dans la base archéologique de l’ICEM de Celic Dere (département de Dobrodgea). L’équipe a rassemblé 10 chercheurs roumains et français ainsi que quatre étudiantes de l’université de Bucarest.

L’objectif premier de la mission était de traiter les mobiliers archéologiques des deux dernières campagnes de fouilles réalisées sur le site chalcolithique de Taraschina, dans le delta du Danube, en octobre 2013 et mars 2014 : lavage, tri puis dessin et étude du matériel (plus de 120 kg de céramique Gumelnita, 70 kg de terre à bâtir, des milliers de fragments de faune, de coquillages, des pièces lithiques…).

 figure 01

Pendant 15 jours, la base de Celic Dere a ainsi accueilli des céramologues, des lithiciens, des spécialistes des matières dures animales, des archéozoologues… autant de spécialistes qui ont partagé leurs connaissances avec les étudiantes roumaines, sous la forme de cours théoriques comme de travaux pratiques à partir du mobilier de Taraschina.

photo 2

Le tri des refus de tamis des prélèvements de sédiments opérés sur le site a permis de collecter, outre de nombreux charbons de bois, quelques restes carpologiques et fauniques, mais surtout plusieurs perles en céramique appartenant vraisemblablement à une même parure.

photo 3

equipe 2014
Une partie de l’équipe posant devant la base archéologique de Celic Dere (ICEM)

Deuxième campagne de fouille à Taraschina

La seconde campagne de fouille conduite à Taraschina cette année a permis d’ouvrir, en octobre dernier, quelques 94 m2 de fouille sur la zone 2 du site. Ce nouveau secteur, très riche en mobilier archéologique (céramique, faune, silex, torchis…) paraît marquer la limite de la zone de concentration des profondes fosses découvertes en zone 1.

Le niveau exceptionnellement bas du Danube — s’il a rendu l’accès au site très difficile — a néanmoins permis à l’équipe de fouiller dans leur totalité le remplissage de fosses et de silos particulièrement profonds, habituellement inaccessibles. À la base de ces creusements sont apparus des horizons livrant les vestiges de probables unités d’habitation en terre crue.  L’unique opportunité que représentait le niveau très bas du fleuve nous a également permis de finaliser la fouille (dans la zone 1) du silo ayant livré, en 2010, un fragment de statuette anthropomorphe en os.

Fouille de la zone 2 du site de Taraschina – octobre 2012

En fin de campagne, la remontée du niveau du Danube a permis d’acheminer par barque, sur le site, un carottier à percussion. Quelques 5 carottages ont ainsi pu finalement être réalisés selon 2 transects. Plusieurs carottes ont été prélevées en périphérie du site, au cœur d’une très dense « forêt » de roseaux, difficile d’accès. Les carottes prélevées en tube ont été rapatriées en France. Elles seront ouvertes et échantillonnées en décembre prochain au laboratoire GEODE de Toulouse. Elles permettront notamment à Erwan Messager (laboratoire CEPAM de  Nice) et  Mihaela Danu (Université de Iasi – Roumanie) d’affiner l’étude des phytolithes amorcée l’année passée.

Carottage au milieu des roseaux, à quelques dizaines de mètres de la fouille

 

Sur la route de Taraschina, par un petit matin d’octobre

 

Numérisation 3D d’une statuette Gumelnita du site de Taraschina

En 2011, la découverte d’une statuette anthropomorphe au fond d’un silo du site de Taraschina a constitué un moment fort sur le terrain, car ce type d’objet est rarement trouvé dans un contexte d’habitat. L’étude typologique et technologique de cette pièce exceptionnelle en os, attribuée à la phase A1 de la culture Gumelnita, a permis d’établir que le fragment découvert correspondait vraisemblablement à une ébauche et que le processus de fabrication de la statuette aurait été interrompu avant l’achèvement complet de la pièce.

C’est dans le but de permettre une analyse technologique plus poussée de la pièce, par F. Mihail et N. Provenzano, que l’équipe a décidé de numériser en 3 dimensions la statuette.

Modèle numérique 3D mappé de la statuette anthropomorphe Gumelnita (au format pdf 3D).

Ce travail a été réalisé grâce à un scanner à bras de la plateforme 3D du laboratoire toulousain GEODE (UMR 5602 – UMR 7005). Ce scanner est équipé d’une tête laser dont la précision infra-millimétrique atteint les 35μm (19200 points/seconde). Cette nouvelle génération de scanner laser terrestre offre une résolution d’autant plus fine que l’inclinaison de la tête laser, dans toutes les orientations, permet de pallier au phénomène des zones d’ombres induites par d’autres types de scanners.

Numérisation 3D de la statuette à l’aide du scanner à bras ScanArm. La statuette est fixée sur une pince permettant de la numériser sous toutes ses faces (plateforme 3D GEODE UMR 5602 / UMR 7002).

 

Visualisation sur écran PC de la numérisation 3D en cours de la statuette (logiciel Geomagic).

Un jeu de photographies haute résolution de la statuette a été mappée sur le nuage de points 3D, afin de donner au modèle numérique un rendu photo-réaliste.

 

Mappage du modèle numérique 3D à l’aide de photographies haute définition de la statuette en os (Emmanuel MOISAN – INSA Strasbourg).

Un export du fichier au format pdf3D permet aux chercheurs de l’équipe de visualiser la pièce en 3D, actuellement conservée au musée d’archéologie de Tulcea (ICEM), mais surtout de réaliser des observations fines (prises de mesures, examen des stries de fabrication, extraction automatique des sections de l’objet…). Le modèle 3D permet notamment de visualiser en détail la morphologie des perforations effectuées par rotation en bordure de la tête de la statuette et de mieux appréhender les modalités de fabrication de l’objet qui, de toute évidence, paraît avoir été réalisé par une personne inexpérimentée, en témoignent les nombreuses maladresses jalonnant l’ensemble des étapes de la fabrication de la statuette.

Réalisation de coupes et prises de mesures sur le modèle numérique de la statuette (pdf 3D).

Une présentation de cette étude sera faite au colloque EAA intitulé « From Bone to Bead : Developments in European Research on Worked Osseous Materials », qui se tiendra fin août à Helsinki.

Séance photo au musée d’histoire de Tulcea

L’étude de la série céramique de l’habitat de Carcaliu a donné lieu à réalisation d’une séance de prises de vues au musée d’histoire de Tulcea. Une partie des mobiliers issus de la fouille conduite par Madame Lazurca dans les années 80 est conservée dans les réserves du Musée et présenté dans les vitrines de l’exposition permanente.

Près de 80 formes complètes et/ou restaurées ont été photographiées.

Grand vase de stockage du site de Carcaliu (Gumelnita A2)

Installé dans les réserves du musée, le studio photo improvisé s’est déplacé dans les salles d’exposition. Les céramiques les plus imposantes, dont l’une mesure plus de 1 mètre de diamètre, n’ont pu être transportées.

studio photo improvisé dans les réserves du musée d'histoire et d'archéologie de Tulcea (ICEM)

L’achèvement prochain du dessin de ces pièces par Sorin Ailincai marquera la fin de l’acquisition de la base iconographique préalable à la publication de la monographie su site.

Préparation de la monographie du site Gumelnita de Carcaliu

Depuis le début de l’année, l’équipe a engagé l’étude du site chalcolithique de Carcaliu, en vue de sa publication  monographique. Cet habitat ouvert occupe un petit éperon surplombant la plaine du Danube. Le site, fouillé au début des années 1980 par Mme Elena Lazurca, a livré près de  7 unités d’habitation ainsi qu’une très grande quantité de mobilier céramique. L’outillage lithique et en matière dure animale – tout aussi abondant – est de grande qualité.

L'équipe de fouille dirigée par Mme Lazurca au début des années 80 sur le site de Carcaliu

L’ensemble de la documentation archéographique et les archives de terrain produites par Madame Lazurca a été numérisé cet été ; les minutes de terrain ont été synthétisées, les mobiliers archéologiques ont été inventoriés et, pour l’essentiel, photographiés et dessinés. Cette riche documentation permet d’envisager la publication d’une première monographie au cours de l’année 2011 en étroite collaboration avec  Madame Lazurca qui a confié toute la documentation de ses fouilles à notre collègue Crsitan Micu, et qui  souhaite que notre équipe publie ses travaux.

Numérisation des archives de fouille du site de Carcaliu
Lavage du mobilier céramique de Carcaliu en vue de son étude technologique

Première image des faunes consommées et chassées sur le site de Taraschina

Durant près d’une semaine, Adrian Balacesu et Valentin Radu, tous deux chercheurs au Musée national d’histoire de la Roumanie à Bucarest et membres de l’équipe d’études interdisciplinaires, ont rejoint l’équipe à la base archéologique de Celic Dere pour réaliser l’étude des restes archéozoologiques mis au jour en 2009 et 2010 sur le site de Taraschina.

Détermination des restes de poissons par Valentin Radu (R. Furestier)
Vertèbre de silure (site de Taraschina) (A. Burens)

Un laboratoire a été installé dans le but de réaliser le dénombrement, la pesée et la détermination de chaque reste. Leur étude a porté sur le mobilier découvert en prospection de surface. Elle montre la présence de plusieurs classes d’animaux : mollusques, poissons, reptiles, oiseaux et mammifères.

Observation de traces sur une ulna de canidé par Adrian Balasescu et Noelle Provenzano (site de Taraschina) (R. Furestier)

Parmi les mollusques, les coquillages genre Unio sont dominants. On note par ailleurs les restes de carapaces et de plastrons de tortue aquatique Emys orbicularis. Les mammifères sont essentiellement  représentés par des espèces domestiques : le bœuf, le mouton, la chèvre et le cochon. On observe également des faunes sauvages telles que le cerf ou le sanglier. Ces espèces sauvages décrivent un milieu naturel extrêmement diversifié, peut-être forestier, que l’on pourrait opposer à un paysage ouvert que soutend la pratique de l’élevage de bovins et d’ovicaprinés.

La poursuite de l’étude des faunes chassées et collectées devrait permettre de mieux connaître la nature de l’environnement naturel parcouru par les habitants de la zone de Taraschina, vers 4500 avant J.C. L’analyse des espèces élevées permettra quant à elle de mieux comprendre la gestion des troupeaux, et, peut-être, de déterminer l’existence éventuelle des pratiques spécialisées.

L’industrie lithique de Taraschina : premières données

Florian Mihail et Robin Furestier viennent d’engager l’étude de l’industrie lithique taillée recueillie sur le site de Taraschina lors des prospections de surface. Chaque pièce a été marquée, mesurée et à fait l’objet d’un inventaire. Pour l’occasion, une base de données spécifiquement dédiée à l’enregistrement des données typologiques, technologiques, taphonomiques et tracéologiques à été conçue par Michel Maillé. L’emploi de cette base de données sera étendu à l’ensemble des séries lithiques examinées dans le cadre du projet (sites de Luncavita, de Carcaliu…).

Étude de l'industrie lithique de Taraschina par R. Furestier et Fl. Mihail

À Taraschina, les premiers travaux montrent que la prospection de surface a livré un petit ensemble de 24 pièces. L’importante proportion de l’outillage (13 outils) constitue une caractéristique forte de cette petite série lithique (plus de 50 % des pièces). En revanche, la variabilité de l’outillage est faible ; les grattoirs sur lames ou éclats, de morphologies variées, représentent près de 50 % des outils. Le reste de l’outillage est composé de pièces à retouches marginales. Malgré un faible corpus, la série lithique de Taraschina semble témoigner d’une gestion spécifique des matières premières, pour la production de lames et d’éclats. La prépondérance des grattoirs est une caractéristique classique des sites chalcolithiques de la culture de Gumelniţa.

Tri des pièces lithiques de Taraschina

L’atelier lithique a donné lieu à l’organisation d’un stage d’initiation aux méthodes d’étude de l’industrie lithique, animé par Robin Furestier.

Tri du matériel par type de matière première