Archives par mot-clé : géo-archéologie

Vue synthétique de la stratigraphie du site chalcolithique de Taraschina

À la veille d’une nouvelle campagne de fouille sur le site de Taraschina, le travail de synthétisation de la stratigraphie du site était d’actualité. C’est désormais chose faite avec la production du tout nouveau diagramme stratigraphique de la zone 2 !

Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)
Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)

L’analyse des unités stratigraphiques (Us) des sites stratifiés est essentielle à la compréhension de la chronologie des sites. Le diagramme stratigraphique représente l’ensemble de la chronologie stratigraphique du site sous une forme graphique simplifiée (Harris 1979) qui structure notamment les relations entre les différentes Us. Il présente les relations d’antériorité, de postériorité et de contemporanéité des unités stratigraphiques déterminées sur le terrain lors de la fouille.

Sur ce diagramme les Us sont mises en relation avec le relevé des carottes réalisées sur le site (à gauche et à droite du diagramme). Le niveau de la nappe phréatique est représenté en bleu, ce qui met clairement en évidence que les niveaux d’occupation anthropiques les plus anciens sont aujourd’hui ennoyés. Le substrat lœssique (représenté en jaune) est quant à lui recouvert par les eaux du Danube sur plus d’un mètre de hauteur.

 

Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.
Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.

Le diagramme fournit une première lecture chronologique relative du site. Il sera complété après la mission de septembre et octobre prochains.

Création d’un rétro-observatoire des changements sociaux et environnementaux dans le delta du Danube

La récente obtention d’un partenariat Hubert Curien entre la France et la Roumanie, intitulé « Archéologie du delta du Danube : un rétro-observatoire des changements sociaux », vient poser la première pierre d’un projet porté par le laboratoire GEODE (UMR 5602 du CNRS à Toulouse) et l’ICEM de Tulcea.

L’idée est de créer, dans la zone aval du cours du Danube – soit en plein cœur de la réserve UNESCO -, un rétro-observatoire des relations société-environnement. Le milieu y est en effet particulièrement exposé aux changements environnementaux (notamment durant le premier Holocène : 6000-3000 bc). Ce type d’outils, inédits en Roumanie, a notamment pour objectif de favoriser l’émergence de recherches inter-disciplinaires.

Un pêcheur du delta du Danube

Deux principales thématiques seront abordées dans le cadre du PHC :

1- l’analyse des modalités du peuplement du Néolithique au Moyen-Âge par l’exploitation d’archives archéologiques et géo-archéologiques (le programme est adossé à la mission archéologique Delta du Danube dirigée par L. Carozza) ;

2- l’étude de l’artificialisation de l’environnement par la détermination de l’impact des aménagements modernes (i.e. post XVIIe siècle) sur les milieux, dans le but d’évaluer leur poids dans les altérations actuelles du fonctionnement des milieux « naturels ». L’étude des archives cartographiques et textuelles permettra, au-delà d’un travail éco-historique autour de la micro-zone de Taraschina, la réalisation d’un atlas cartographique.

Ce dispositif original doit compléter la création -que nous espérons prochaine – d’un SEEG (Site d’Étude en Ecologie Globale) de l’Institut INEE du CNRS.

Carte du Delta du Danube datée de 1771 (Commission européenne du Danube)

 

Taraschina… ouverture des carottes

A la fin du mois de décembre, l’une des carottes prélevées en marge de l’habitat Chalcolithique de Taraschina a été ouverte afin d’être échantillonnée. Cette opération a été conduite au laboratoire de géographie physique du Géode en présence de Jean-Michel Carozza (géomorphologue) et de François Levêque (géophysicien).

Échantillonage de la carotte 10 du site de Taraschina à l'aide de boites pvc de 1cc

La découpe des gaines plastiques, d’un diamètre de 5 cm, a permis de préparer les sédiments.

Après nettoyage et photographie, la stratigraphie a été relevée et un échantillonnage a été réalisé, selon un pas régulier de 1 cm, tout au long des 3 mètres de la séquence. Cette maille serrée a pour but de conduire une étude à très haute résolution de cette séquence. Des échantillons ont été mesurés au laboratoire LIENSs de La Rochelle pour obtenir une courbe du signal magnétique. Des tests palynologiques sont en cours de réalisation au Géode et des échantillons ont été transmis à Mihaela Melinte du laboratoire de Géologique et d’Ecologie Marine de Bucarest pour rechercher la présence de nanoplanctons. La seconde moitié de la carotte a fait l’objet d’analyses XRF au laboratoire EPOC de Bordeaux.

Détail d'un tronçon de la carotte 10 de Taraschina. Les différences de couleur et de texture indiquent des changements de dynamiques sédimentaires (crues).

Les premiers résultats sont attendus pour le printemps, et 4 datations radiocarbone sont en cours de réalisation pour estimer l’âge de la base de la séquence.