Archives par mot-clé : changements environnementaux

Fouille d’un bâtiment incendié sur le tell de Taraschina

La mission archéologique « Delta du Danube », créée en 2010, a pour objet d’appréhender le rôle des changements environnementaux dans la zone du bas Danube (Roumanie) durant le premier Holocène : c’est-à-dire depuis la Néolithisation jusqu’au début de l’Antiquité (soit 6300-600 BC). L’équipe cherche à déterminer l’impact des communautés humaines sur leur environnement et à évaluer l’incidence des changements environnementaux (forçages climatiques, événements extrêmes, crises environnementales) pour les communautés humaines passées.

Cette année, trois missions de terrain ont été consacrées à la fouille archéologique du site chalcolithique de Taraschina (mars, juin et septembre 2016). 
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina

Ce site correspond à un tell (sorte d’habitat pluri-stratifié) situé dans l’actuel delta du Danube, en plein cœur de la réserve Biosphère delta du Danube – Unesco. Daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, ce site constitue le plus ancien témoignage de peuplement du delta.
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
L’équipe franco-roumaine, formée de 12 personnes a fouillé sur le site une zone de 180m2 où sont apparus des bâtiments incendiés, repérés lors d’une une campagne de prospection géophysique en 2015.
fouille2016-2
Fouille et relevé du niveau d’apparition du bâtiment incendié
Carte des anomalies magnétiques établies par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
Carte des anomalies magnétiques établie par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
La problématique des bâtiments incendiés est propre à l’ensemble du Chalcolithique de l’aire Carpatho-Balkanique ; on rencontre des bâtiments incendiés sur l’ensemble des tells fouillés. La fouille de ces bâtiments offre l’intérêt de présenter des structures d’habitat particulièrement bien préservées, mais l’essentiel des questionnements porte sur le caractère intentionnel, ou non, de la mise à feu de certaines unités domestiques.
Niveau d'apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Niveau d’apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Dans le cas spécifique du tell de Taraschina, notre approche de ce phénomène s’opère de manière intégrée, en prenant en compte les facteurs socio-économiques mais également environnementaux.

La fouille de ces bâtiments incendiés intervient alors que nous disposons d’une bonne maîtrise du cadre chronologique et culturel relatif à la formation du tell ainsi que d’un modèle socio-économique et environnemental relatif aux transformations du milieu et des modalités d’exploitation des ressources. L’exploitation des données issues des précédentes campagnes de carottages montre que les niveaux d’incendie ne sont répartis de manière uniforme dans le temps. On observe une nette prédominance du nombre des niveaux incendiés durant l’intervalle 4350-4150 BC au détriment du début de la séquence d’occupation 4800-4450 BC.
fouille-juin
Fouille du tell de Taraschina (juin 2016)
Les résultats acquis depuis 2010 dans le delta du Danube ont permis de proposer des hypothèses relatives à l’importance des facteurs environnementaux (forçages externes) dans l’histoire des communautés de la fin du Néolithique dans cette zone. Ces communautés d’agriculteurs et d’éleveurs ont été confrontées à des changements environnementaux rapides : élévation du niveau marin, modifications du milieu (régime hydrologique) et des paysages... Ces changements, parfois brutaux, ont impacté le quotidien de ces communautés, jusqu’à provoquer, dans certains cas, leur départ de la zone de l’actuel delta du Danube. A l’échelle régionale (littoral de la mer Noire et bas Danube), les facteurs de forçages externes semblent tout aussi puissants et on observe une véritable rupture socio-environnementale à la fin du 6ème millénaire avant notre ère (crise des élites sociales, mise à mal des réseaux d’échanges, changement de système économique et de système de représentation).

Aujourd’hui, nos travaux permettent de relativiser l’importance des hypothèses relatives au seul impact de l’élévation rapide du niveau marin « black sea flooding ». Nos recherches dans le domaine de la géomorphologie fluviale montrent que les effets cumulés de l’élévation du niveau marin et d’événements climatiques de type RCC 6.2-5.8 Ky BP (Rapid Climate Change) ont localement pu impliquer des modifications radicales du milieu, sans qu’aucune stratégie d’adaptation n’ait pu être développée par les communautés humaines.

Nos travaux s’orientent maintenant vers l’établissement de modèles pour l’intervalle 5000-1500 BC durant lequel différentes crises environnementales ont pu être identifiées. Dans une démarche plus historiographique, il nous semble à présent intéressant de travailler, dans la plus longue durée, sur les récits en lien avec les crises socio-environnementales (imaginaire, récits mythologiques…).

Création d’un rétro-observatoire des changements sociaux et environnementaux dans le delta du Danube

La récente obtention d’un partenariat Hubert Curien entre la France et la Roumanie, intitulé « Archéologie du delta du Danube : un rétro-observatoire des changements sociaux », vient poser la première pierre d’un projet porté par le laboratoire GEODE (UMR 5602 du CNRS à Toulouse) et l’ICEM de Tulcea.

L’idée est de créer, dans la zone aval du cours du Danube – soit en plein cœur de la réserve UNESCO -, un rétro-observatoire des relations société-environnement. Le milieu y est en effet particulièrement exposé aux changements environnementaux (notamment durant le premier Holocène : 6000-3000 bc). Ce type d’outils, inédits en Roumanie, a notamment pour objectif de favoriser l’émergence de recherches inter-disciplinaires.

Un pêcheur du delta du Danube

Deux principales thématiques seront abordées dans le cadre du PHC :

1- l’analyse des modalités du peuplement du Néolithique au Moyen-Âge par l’exploitation d’archives archéologiques et géo-archéologiques (le programme est adossé à la mission archéologique Delta du Danube dirigée par L. Carozza) ;

2- l’étude de l’artificialisation de l’environnement par la détermination de l’impact des aménagements modernes (i.e. post XVIIe siècle) sur les milieux, dans le but d’évaluer leur poids dans les altérations actuelles du fonctionnement des milieux « naturels ». L’étude des archives cartographiques et textuelles permettra, au-delà d’un travail éco-historique autour de la micro-zone de Taraschina, la réalisation d’un atlas cartographique.

Ce dispositif original doit compléter la création -que nous espérons prochaine – d’un SEEG (Site d’Étude en Ecologie Globale) de l’Institut INEE du CNRS.

Carte du Delta du Danube datée de 1771 (Commission européenne du Danube)

 

Présentation de la mission archéologique

La mission archéologique « delta du Danube » que vient de créer la Ministère des Affaires Etrangères et Européennes a pour objectif principal d’étudier la nature du peuplement ancien dans le département de Tulcea, en Roumanie. Ce projet de recherche est centré sur la question des relations que les sociétés entretiennent avec leur environnement et plus spécifiquement sur les stratégies d’adaptation qu’elles ont mises en place lors d’épisodes de changements rapides (changements environnementaux, technologiques, symboliques…). À ce titre, la région du Bas-Danube et la Dobroudja constituent une zone du plus grand intérêt pour appréhender ces mécanismes complexes de co-évolution société-environnement.

carte Dobrougja gumelnita (coul)

L’élévation du niveau marin, et plus particulièrement la hausse du niveau de la mer Noire durant le 5e millénaire avant notre ère, sont à l’origine de transformations majeures de l’environnement et de l’espace géographique (trait de côte, forme du réseau hydrographique…). Nous mesurons encore très mal les conséquences de ces phénomènes sur les sociétés néolithiques et protohistoriques.

Dans cette perspective, notre projet de recherche vise non seulement à définir les causes des changements environnementaux, mais a également pour ambition de juger de la vulnérabilité sociétale face aux contraintes hydro-climatiques.

Notre projet s’inscrit pleinement dans la perspective d’étudier – grâce aux approches archéologiques, géomorphologiques et paléo-environnementales – les rythmes et les causalités des transformations sociales qui interviennent depuis la néolithisation (vers 6300 bc) jusqu’à l’avènement des sociétés historiques (vers 700 bc). Pour atteindre cet objectif ambitieux, il nous a semblé préférable de ne pas nous focaliser sur la fouille d’un gisement unique, mais plutôt de mettre en œuvre des approches davantage inspirées de l’archéologie spatiale. Il s’agira de multiplier les sondages sur des gisements reconnus en surface ou « accrochés » lors de fouilles anciennes et de travailler ainsi de manière diachronique sur les modalités de transformation du peuplement.

La mission archéologique se fonde sur les fouilles actuellement conduites sous la responsabilité de Cristian Micu sur l’habitat de plein air de Suhat à Isaccea (culture Boian-Giulesti/Hamangia III) et sur le Tell de Luncavita (culture Gumelnita A). Ces deux opérations, dont la fouille est financée par le Ministère Roumain de la Culture, livrent des données matérielles et paléo-environnementales essentielles, dont l’étude sera réalisée au sein de notre projet.

La reconnaissance d’un autre habitat datant de la fin du Néolithique a été engagée en 2009 sous la responsabilité de Cristian Micu et de Laurent Carozza. Localisé dans l’actuel delta du Danube, dans une zone emblématique inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, le site de Taraschina (Mila 23) fait l’objet d’une opération qui réunit l’ensemble des membres de l’équipe autour d’un projet fédérateur et ambitieux.

oiseaux
Sur la "route" de Taraschina (photo M. Florea)