Archives par mot-clé : carottage

Etudier l’histoire des inondations dans la vallée de Cetatuia sur la longue durée (Luncavita, Roumanie)

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’UMR 5602 Géode, l’équipe de la mission archéologique a obtenu un financement pour étudier les crises hydro-sédimentaires et la gestion des risques dans un petit bassin versant connecté au Danube :  la vallée de Cetatuia (Dobroudja, Roumanie).

Le projet « CHRISTO » a pour objectif de déterminer les trajectoires du risque torrentiel dans cette vallée. Ce bassin versant du Danube prend sa source dans une zone de petites montagnes situées à 250 m d’altitude puis il rejoint le cours du fleuve à une altitude de 15 m. Notre objectif est de déterminer les différentes trajectoires socio-environnementales, dans un contexte de changements de gestion de l’espace rural, de l’évolution des régimes de torrentialité et des tendances climatiques. En utilisant différents types de sources et en les croisant (archives sédimentaires, archives cartographiques et historiques, photographies anciennes, entretiens,…), nous caractériserons le régime des crues et des événements extrêmes qui se sont produits ces 500 dernières années. Il s’agira également d’observer le rôle des dispositifs d’atténuation et de protection mis en place plus récemment. Le projet ambitionne de proposer la mise en œuvre d’un dispositif de suivi hydrométéorologique de manière à mieux cerner les tendances des dynamiques contemporaines et la gestion du risque d’inondation dans le bassin versant.

Un travail préliminaire avait déja été conduit en 2015, dans cette vallée, avec la réalisation de plusieurs carottages.

Prélèvement d’une carotte sédimentaire (log) a l’aide d’un carottier à percussion
Mise en place du carottier
Extraction d’un log
Extraction de la carotte

Les données géomorphologiques recueillies permettent de reconstruire les évolutions du bassin versant durant les 500 dernières années. Nous disposons de plusieurs carottes sédimentaires (dont l’une de 5 mètres) couvrant l’ensemble du dernier millénaire, et dont la base est datée de 970+-30 BP (1017-1150 AD).

Fermeture d’une carotte tubée

Cette évolution rapide sur cet intervalle pourrait être liée aux effets combinés d’une augmentation de l’anthropisation et des évolutions climatiques propres au dernier millénaire. Cette évolution est cohérente avec les données récentes obtenues sur l’évolution du delta du Danube qui montrent une forte accélération de la sédimentation au cours de cette période.

4 mètres de carottes tubées prélevées dans la vallée de Cetatuia

A partir des données acquises dans le cadre de ce projet, nous souhaitons poser les réflexions et bases pour différentes actions futures :
– mise en place d’un site instrumenté et d’un observatoire (mesures météo, monitoring zones d’érosion, observation de l’évolution des zones, ouvrages de remédiation ou d’atténuation) ;
– développer les observations à l’échelle d’autres bassins versants moins impactés et développer un modèle régional ;
– travailler sur le lien entre crues des contributeurs et Danube ;             – questionner l’impact urbain pour la zone Tulcea, le développement de l’urbanisme et l’augmentation des évènements extrêmes.

Equipe scientifique :
Philippe Valette (responsable), Jean-Marc Antoine (Univ. Jean-Jaurès), Albane Burens (CNRS), Laurent Carozza (CNRS), Cristian Micu (ICEM), Jean-Michel Carozza (Univ. La Rochelle)

Deuxième campagne de fouille à Taraschina

La seconde campagne de fouille conduite à Taraschina cette année a permis d’ouvrir, en octobre dernier, quelques 94 m2 de fouille sur la zone 2 du site. Ce nouveau secteur, très riche en mobilier archéologique (céramique, faune, silex, torchis…) paraît marquer la limite de la zone de concentration des profondes fosses découvertes en zone 1.

Le niveau exceptionnellement bas du Danube — s’il a rendu l’accès au site très difficile — a néanmoins permis à l’équipe de fouiller dans leur totalité le remplissage de fosses et de silos particulièrement profonds, habituellement inaccessibles. À la base de ces creusements sont apparus des horizons livrant les vestiges de probables unités d’habitation en terre crue.  L’unique opportunité que représentait le niveau très bas du fleuve nous a également permis de finaliser la fouille (dans la zone 1) du silo ayant livré, en 2010, un fragment de statuette anthropomorphe en os.

Fouille de la zone 2 du site de Taraschina – octobre 2012

En fin de campagne, la remontée du niveau du Danube a permis d’acheminer par barque, sur le site, un carottier à percussion. Quelques 5 carottages ont ainsi pu finalement être réalisés selon 2 transects. Plusieurs carottes ont été prélevées en périphérie du site, au cœur d’une très dense « forêt » de roseaux, difficile d’accès. Les carottes prélevées en tube ont été rapatriées en France. Elles seront ouvertes et échantillonnées en décembre prochain au laboratoire GEODE de Toulouse. Elles permettront notamment à Erwan Messager (laboratoire CEPAM de  Nice) et  Mihaela Danu (Université de Iasi – Roumanie) d’affiner l’étude des phytolithes amorcée l’année passée.

Carottage au milieu des roseaux, à quelques dizaines de mètres de la fouille

 

Sur la route de Taraschina, par un petit matin d’octobre

 

Réalisation de carottages dans la zone de Taraschina

Durant le mois d’octobre 2010, une campagne de carottage a été réalisée sur le site archéologique de Taraschina et dans son environnement proche. Dans cette zone, la hauteur de la nappe phréatique ne permet pas de reconnaître l’ensemble de la séquence stratigraphique par la fouille. L’équipe a opté pour la réalisation de carottages profonds, de manière à identifier la puissance des horizons archéologiques. Une première campagne de prospection par tarriérage n’avait pas permis d’atteindre la base de la séquence en 2009.

carottage dans la roselière autour du site de Taraschina

L’utilisation d’un carottier mécanique à percussion a ainsi permis de reconnaître toute la stratigraphie de l’habitat chalcolithique de Taraschina. Deux carottes réalisées sur le site montrent que les horizons archéologiques se développent sur plus de 3 mètres. On observe l’alternance de niveaux archéologiques formés de sols et de dépotoirs avec des horizons stériles, formés d’un sédiment clair. Cette stratigraphie montre la présence d’au moins 4 niveaux d’occupations distincts. L’un des enjeux de cette campagne de carottage est de caractériser la nature du substratum sur lequel reposent les niveaux d’habitat. Longues de plus de 8 mètres, les deux carotte font actuellement l’objet d’analyses.

carottage à la gouge sur le site chalcolithique de Taraschina

En dehors du site archéologique, l’équipe a effectué 4 autres carottes dont le but est de mieux comprendre la nature du milieu durant la période chalcolithique. Deux carottes tubées sont en cours d’analyse. Elles montrent des étapes d’évolution rapide de l’environnement, avec notamment la présence de phases de crues. Des datations sont en cours, et l’équipe est dans l’attente des premiers résultats…

relevé d'un log par costantion Haita