Archives par mot-clé : bas Danube

Une mission sous le signe de l’eau

Sans battre les records d’avril 2013, le niveau de l’eau dans le delta du Danube est particulièrement élevé en ce moi d’octobre, malgré une météo quasi estivale sur Mila 23… …probablement les répercussions des inondations en Serbie, provoquées par les pluies diluviennes de septembre.

Les horizons archéologiques les plus anciens du site chalcolithique de Taraschina sont recouverts par les eaux du Danube.

Le site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondé (octobre 2014)
La zone 2 du site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondée (octobre 2014)

 

Les deux premières journées de la mission ont été consacrées au nettoyage du site et au pompage de la zone 2, qui sera légèrement agrandie cette semaine (notamment autour de la zone ayant livré les restes d’un individu en connexion anatomique, au sein des niveaux de démolition de l’habitat).

Pompage d'une partie de la zone 2 du site de Taraschina
Pompage d’une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Au regard de l’actuel niveau des eaux du Danube, si celles-ci ne baissent pas dans les jours à venir, cette nouvelle campagne de terrain devra se focaliser sur les horizons supérieurs du tell, correspondant à des accumulations de rejets domestiques, traduisant un changement dans l’organisation spatiale de l’occupation du site.

Les horizons les plus anciens, formés de la destruction d’unités domestiques en terre crue et de sols de circulation, feront l’objet d’une fouille en mars 2015, avant d’ouvrir une nouvelle zone de fouille sur le site n°2 de Taraschina.

 

Création d’un rétro-observatoire des changements sociaux et environnementaux dans le delta du Danube

La récente obtention d’un partenariat Hubert Curien entre la France et la Roumanie, intitulé « Archéologie du delta du Danube : un rétro-observatoire des changements sociaux », vient poser la première pierre d’un projet porté par le laboratoire GEODE (UMR 5602 du CNRS à Toulouse) et l’ICEM de Tulcea.

L’idée est de créer, dans la zone aval du cours du Danube – soit en plein cœur de la réserve UNESCO -, un rétro-observatoire des relations société-environnement. Le milieu y est en effet particulièrement exposé aux changements environnementaux (notamment durant le premier Holocène : 6000-3000 bc). Ce type d’outils, inédits en Roumanie, a notamment pour objectif de favoriser l’émergence de recherches inter-disciplinaires.

Un pêcheur du delta du Danube

Deux principales thématiques seront abordées dans le cadre du PHC :

1- l’analyse des modalités du peuplement du Néolithique au Moyen-Âge par l’exploitation d’archives archéologiques et géo-archéologiques (le programme est adossé à la mission archéologique Delta du Danube dirigée par L. Carozza) ;

2- l’étude de l’artificialisation de l’environnement par la détermination de l’impact des aménagements modernes (i.e. post XVIIe siècle) sur les milieux, dans le but d’évaluer leur poids dans les altérations actuelles du fonctionnement des milieux « naturels ». L’étude des archives cartographiques et textuelles permettra, au-delà d’un travail éco-historique autour de la micro-zone de Taraschina, la réalisation d’un atlas cartographique.

Ce dispositif original doit compléter la création -que nous espérons prochaine – d’un SEEG (Site d’Étude en Ecologie Globale) de l’Institut INEE du CNRS.

Carte du Delta du Danube datée de 1771 (Commission européenne du Danube)

 

Communication au colloque INQUA de Rhodes (septembre 2010)

Du 27 septembre au 5 octobre 2010, l’équipe du projet “Archéologie du delta du Danube” a participé à Rhodesau colloque INQUA 501- IGCP 521 Six Plenary Meeting.  Ce colloque a été pour nous l’occasion de presenter les premiers résultats obtenus lors de la campagne de terrain 2010. L’obtention de 9 datations C14 nous permet notamment aujourd’hui de mieux apprehender les rythmes du peuplement de la zone du bas Danube et d’envisager différents scénarii relatifs à l’évolution paléogéographique du delta du Danube. Le résumé de la communication est proposé ci-dessous :

New data on the archaeological settlement and paleogeography of the Lower Danube area (Romania)

par L. Carozza, J.-M. Carozza, C. Micu, S. Ailincai, D. Radu, C. Haita, M. Florea, A. Burens, F. Mihail, A. Balacescu, V. Radu

Introduction – Since 2008, the beginning of archaeological and paleo-environmental research has yielded a better understanding of protohistoric settlement in the present-day Danube delta area. Particularly in the zone of Mila 23 (collective of Crişan), archaeological excavations have delivered chronological and stratigraphic data relative to human occupation that began at the start of the 5th millennium BC.

State of archaeological knowledge – Archaeological information is rare in the lower Danube delta, and very little is known about Early Neolithic to Chalcolithic settlement within the delta. Field surveys on the Caraorman and Letea spits have revealed artifacts and construction from antiquity to the Middle Ages. Haşotti (1997) mentions flint finds but without archaeological context and chronological attribution. Vasiliu (1995) excavated tumuli from the Late Bronze Age and Medieval period in the same area. The only discoveries ascribable to the Neolithic were recorded near the delta, on the right bank of the Sfântu Gheorghe branch. Ceramic attributed to the Hamangia Culture (Middle Neolithic) was discovered at Mahmudia (Oberländer-Târnoveanu, 1980:55). Some sherds were found in Nufăru and are attributed to the Gumelniţa Culture (Enéolithic). In addition, Comşa (1971) also mentioned some sherds recovered on Popina Island in Lake Razim.

Field and analytical data – Archaeological excavation and surface surveying, coring, topographic study, and geophysical (magnetic) prospecting were carried out on the site of Taraschina during 2009 and the beginning of 2010. The aim of this work was to characterize the settlement, i.e., extent, nature, etc. and to refine the previous chronological attribution (based on ceramic typology) of the site by radiocarbon dating.

Results – The microtopographic analysis and coring establish that the site of Taraschina is a tell built up from a succession of paleosols, domestic structures, and sterile levels corresponding to the degradation of architecture. This type of stratigraphy is characteristic of this type of building structure. The singular dome shape emerging slightly from the reed bed lends credence to this assumption. The coring results exhibited a stratigraphic succession of at least 3.5 m. Radiocarbon dating of a domestic level at 3.20 m has to be below the present-day top soil was done. Material used for dating was a single seed extracted from an anthropogenic level associated with ceramic fragments and fish bones. Radiocarbon dating (4880–4580 BC) is clearly related to the first half of the 5th millennium and allows us to propose an attribution to the Boian Culture for the beginning of occupation. The abandonment of this site occurred during the Chalcolithic (4500–4300 BC). We observed a reoccupation during antiquity and the Medieval period. Paleo-ecological and stratigraphic data indicate that the archaeological site of Taraschina occupied, during Eneolithic time, an exposed, subaerial zone, probably located near one of the arms of the Danube and/or close to a lagoon.

A look forward – Other archaeological sources make it possible to specify the nature of the settlement network on a regional scale, in particular for the protohistoric period. Detailed cartography of these data has permitted reconstruction of an accurate chronological framework for the fluvial and coastal transformation and refining of our understanding of Danube delta growth. By widening the study surface, the aim of our contribution is to bring archaeological information face to face with paleogeographical sources.

Première diapositive de la présentation présentée au colloque INQUA de Rhodes