faune domestique aux abords des villages du delta du Danube

Mila 23 : évocation d'un film de Kusturica
Mila 23 : évocation d’un film de Kusturica

cochon en semi liberté

cochon en semi liberté à Mila 23
Charette à Caraorman
Charette à Caraorman

cheval chevaux1

chevaux et ânes à Caraorman dans les ruines de l'usine de verre
 ruines de l’usine de verre à Caraorman
chèvre nourrie à la main à Mila 23
chèvre nourrie à la main – Mila 23

chevres

vaca 10

Mila 23
Mila 23
vaches nageuses à Mila 23
vaches nageuses à Mila 23
Caraorman : ruines de l'usine
Caraorman : ruines de l’usine
vestiges... non archéologiques
vestiges… non archéologiques

vaca11

vaca12

vaches à Sulina
vaches à Sulina
chien - Mila 23
chien – Mila 23
chien devant un tas de briques crues
chien devant un tas de briques crues

chien

 

chat et chien sur le quai de Mila 23
chat et chien sur le quai de Mila 23

 

chat acrobate assoiffé
chat acrobate assoiffé
le retour de la pêche...
le retour de la pêche…
chat rebel
chat rebel

dindon poule

poules vaca

clichés : A. Burens CNRS – Mission du MAEE Delta du Danube et SEEG INEE Delta du Danube

Paysages du delta du Danube au fil de l’eau

 

barque à l'arrêt
barque à l’arrêt (A. Burens CNRS)

jeux de lumière et de reflets dans les eaux du Danubejeux de lumière et de reflets dans les eaux du Danube (A. Burens CNRS)

 paysage 1

d'où l'intérêt de toujours naviguer avec une tronçonneuse...
d’où l’intérêt de  naviguer avec une tronçonneuse… (A. Burens CNRS)

paysage 2

paysage 3

jonction des canaux
jonction des canaux (A. Burens CNRS)

 

près de Mila 23
près de Mila 23 (A. Burens CNRS)
ROM_137
vers Mla 23 (A. Burens CNRS)

 

accès à Taraschina
accès à Taraschina (A. Burens CNRS)

 

brume matinale
brume matinale (A. Burens CNRS)

 

paysage de pêche
paysage de pêche (A. Burens CNRS)

 

canal à Mila 23
canal à Mila 23 (A. Burens CNRS)

 

bois mort sur les eaux du Danube
bois mort sur les eaux du Danube (A. Burens CNRS)

 

...
… (A. Burens CNRS)

 

pont à Mila 23
pont à Mila 23 (A. Burens CNRS)
Lac Isac
le Lac Isac (A. Burens CNRS)
ROM_560
les dunes de sable de Caraorman (A. Burens CNRS)

 

Caraorman
Caraorman (A. Burens CNRS)
sulina
Sulina… la plage (A. Burens CNRS)

barques traditionnelles dans le delta du Danube

pêcheur sur le Danube
pêcheur sur le Danube (@ A. Burens CNRS)

 

Mila 23
Mila 23 (@ A. Burens CNRS)
barque échouée à Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

vestige éphémère d'un presque révolu
vestige éphémère d’un temps presque révolu (@ A. Burens CNRS)

 

barque posée devant la ferme de Mila 23
barque posée devant la ferme de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

cimetière de Mila 23
cimetière de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

le canal de Mila 23 de potron minet
le canal de Mila 23 de potron minet (@ A. Burens CNRS)
un refuge pour la faune
un refuge pour la faune (@ A. Burens CNRS)
la végétation reprend ses droits
la végétation reprend ses droits (@ A. Burens CNRS)

 

pour finir, version métal et couleur
pour finir, version métal et couleur

Taraschina sous les eaux du Danube

Avril 2013 : le Danube est à son plus haut niveau depuis près d’un siècle dans plusieurs régions du Sud-Est de l’Europe…

En Roumanie, le delta du fleuve accuse difficilement les répercussions des très fortes précipitations enregistrées cet hiver et ce printemps dans les différents pays d’Europe centrale traversés par le Danube (Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie…).

Le site archéologique de Taraschina, en cours de fouille par l’équipe scientifique franco-roumaine de la Mission archéologique « Delta du Danube », s’est retrouvé noyé sous plusieurs dizaines de centimètres d’eau !

Le site de Taraschina sous les eaux du Danube - avril 2013
Le site de Taraschina sous les eaux du Danube – avril 2013
À l’occasion de prospections conduites en avril dans le delta, un détour par le site de Taraschina nous a permis d’accéder, en bateau, directement sur la zone de fouille…  recouverte par les hautes eaux du Danube.
Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina
Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina

Suite des travaux de terrain après la décrue…

La mission « Delta du Danube » sur Radio Romania Cultural

Le 2 avril 2013, Cristian Micu (ICEM Tulcea) et Adrian Balasescu (MNIR Bucarest) présenteront, au nom de toute l’équipe scientifique, les principaux résultats de la mission archéologique franco-roumaine « Delta du Danube » sur les ondes de Radio Romania Cultural. Ils seront interviewés par la journaliste Mihaela Ghita dans le cadre de son émission «Planeta radio – Stiinta la ea acasa » ou « Radio Planète – La science à la maison ».

Vous pourrez écouter et visualiser l’émission en direct à partir de 16h05 (heure française) à l’adresse suivante :

http://www.radioromaniacultural.ro/grilas/program

en cliquant sur le programme ou sur le lien « asculta online »

logo radio romania

Bonne écoute !

Création d’un rétro-observatoire des changements sociaux et environnementaux dans le delta du Danube

La récente obtention d’un partenariat Hubert Curien entre la France et la Roumanie, intitulé « Archéologie du delta du Danube : un rétro-observatoire des changements sociaux », vient poser la première pierre d’un projet porté par le laboratoire GEODE (UMR 5602 du CNRS à Toulouse) et l’ICEM de Tulcea.

L’idée est de créer, dans la zone aval du cours du Danube – soit en plein cœur de la réserve UNESCO -, un rétro-observatoire des relations société-environnement. Le milieu y est en effet particulièrement exposé aux changements environnementaux (notamment durant le premier Holocène : 6000-3000 bc). Ce type d’outils, inédits en Roumanie, a notamment pour objectif de favoriser l’émergence de recherches inter-disciplinaires.

Un pêcheur du delta du Danube

Deux principales thématiques seront abordées dans le cadre du PHC :

1- l’analyse des modalités du peuplement du Néolithique au Moyen-Âge par l’exploitation d’archives archéologiques et géo-archéologiques (le programme est adossé à la mission archéologique Delta du Danube dirigée par L. Carozza) ;

2- l’étude de l’artificialisation de l’environnement par la détermination de l’impact des aménagements modernes (i.e. post XVIIe siècle) sur les milieux, dans le but d’évaluer leur poids dans les altérations actuelles du fonctionnement des milieux « naturels ». L’étude des archives cartographiques et textuelles permettra, au-delà d’un travail éco-historique autour de la micro-zone de Taraschina, la réalisation d’un atlas cartographique.

Ce dispositif original doit compléter la création -que nous espérons prochaine – d’un SEEG (Site d’Étude en Ecologie Globale) de l’Institut INEE du CNRS.

Carte du Delta du Danube datée de 1771 (Commission européenne du Danube)

 

Deuxième campagne de fouille à Taraschina

La seconde campagne de fouille conduite à Taraschina cette année a permis d’ouvrir, en octobre dernier, quelques 94 m2 de fouille sur la zone 2 du site. Ce nouveau secteur, très riche en mobilier archéologique (céramique, faune, silex, torchis…) paraît marquer la limite de la zone de concentration des profondes fosses découvertes en zone 1.

Le niveau exceptionnellement bas du Danube — s’il a rendu l’accès au site très difficile — a néanmoins permis à l’équipe de fouiller dans leur totalité le remplissage de fosses et de silos particulièrement profonds, habituellement inaccessibles. À la base de ces creusements sont apparus des horizons livrant les vestiges de probables unités d’habitation en terre crue.  L’unique opportunité que représentait le niveau très bas du fleuve nous a également permis de finaliser la fouille (dans la zone 1) du silo ayant livré, en 2010, un fragment de statuette anthropomorphe en os.

Fouille de la zone 2 du site de Taraschina – octobre 2012

En fin de campagne, la remontée du niveau du Danube a permis d’acheminer par barque, sur le site, un carottier à percussion. Quelques 5 carottages ont ainsi pu finalement être réalisés selon 2 transects. Plusieurs carottes ont été prélevées en périphérie du site, au cœur d’une très dense « forêt » de roseaux, difficile d’accès. Les carottes prélevées en tube ont été rapatriées en France. Elles seront ouvertes et échantillonnées en décembre prochain au laboratoire GEODE de Toulouse. Elles permettront notamment à Erwan Messager (laboratoire CEPAM de  Nice) et  Mihaela Danu (Université de Iasi – Roumanie) d’affiner l’étude des phytolithes amorcée l’année passée.

Carottage au milieu des roseaux, à quelques dizaines de mètres de la fouille

 

Sur la route de Taraschina, par un petit matin d’octobre

 

les recherches franco-roumaines s’exposent à Tulcea

Jeudi 20 septembre à 12 heures se tiendra l’inauguration de l’exposition « Dobrogea – Entre terre et mer, l’empreinte du temps et des hommes » au musée d’Histoire et d’Archéologie de Tulcea, dans le parc du Monument de la ville. Pour la première fois depuis juillet, l’exposition présentée à Bucarest en mai 2011, quitte la capitale pour être présentée en Dobrogea. L’ensemble de l’équipe de l’ICEM de Tulcea a participé à l’accrochage et à l’installation des trois modules de l’exposition.

 

Montage de l’exposition au musée d’histoire et d’archéologie de Tulcea.

L’inauguration se tiendra en présence de représentants du Conseil Départemental de Tulcea, de l’Institut Français de Bucarest et de Monsieur Pierre-Marie Blanquet, représentant du Conseil Général de l’Aveyron. Cette collectivité territoriale soutient depuis bientôt 15 ans, via son agence de développement « Acoopi », les recherches scientifiques et archéologiques en Dobrogea.

Numérisation 3D d’une statuette Gumelnita du site de Taraschina

En 2011, la découverte d’une statuette anthropomorphe au fond d’un silo du site de Taraschina a constitué un moment fort sur le terrain, car ce type d’objet est rarement trouvé dans un contexte d’habitat. L’étude typologique et technologique de cette pièce exceptionnelle en os, attribuée à la phase A1 de la culture Gumelnita, a permis d’établir que le fragment découvert correspondait vraisemblablement à une ébauche et que le processus de fabrication de la statuette aurait été interrompu avant l’achèvement complet de la pièce.

C’est dans le but de permettre une analyse technologique plus poussée de la pièce, par F. Mihail et N. Provenzano, que l’équipe a décidé de numériser en 3 dimensions la statuette.

Modèle numérique 3D mappé de la statuette anthropomorphe Gumelnita (au format pdf 3D).

Ce travail a été réalisé grâce à un scanner à bras de la plateforme 3D du laboratoire toulousain GEODE (UMR 5602 – UMR 7005). Ce scanner est équipé d’une tête laser dont la précision infra-millimétrique atteint les 35μm (19200 points/seconde). Cette nouvelle génération de scanner laser terrestre offre une résolution d’autant plus fine que l’inclinaison de la tête laser, dans toutes les orientations, permet de pallier au phénomène des zones d’ombres induites par d’autres types de scanners.

Numérisation 3D de la statuette à l’aide du scanner à bras ScanArm. La statuette est fixée sur une pince permettant de la numériser sous toutes ses faces (plateforme 3D GEODE UMR 5602 / UMR 7002).

 

Visualisation sur écran PC de la numérisation 3D en cours de la statuette (logiciel Geomagic).

Un jeu de photographies haute résolution de la statuette a été mappée sur le nuage de points 3D, afin de donner au modèle numérique un rendu photo-réaliste.

 

Mappage du modèle numérique 3D à l’aide de photographies haute définition de la statuette en os (Emmanuel MOISAN – INSA Strasbourg).

Un export du fichier au format pdf3D permet aux chercheurs de l’équipe de visualiser la pièce en 3D, actuellement conservée au musée d’archéologie de Tulcea (ICEM), mais surtout de réaliser des observations fines (prises de mesures, examen des stries de fabrication, extraction automatique des sections de l’objet…). Le modèle 3D permet notamment de visualiser en détail la morphologie des perforations effectuées par rotation en bordure de la tête de la statuette et de mieux appréhender les modalités de fabrication de l’objet qui, de toute évidence, paraît avoir été réalisé par une personne inexpérimentée, en témoignent les nombreuses maladresses jalonnant l’ensemble des étapes de la fabrication de la statuette.

Réalisation de coupes et prises de mesures sur le modèle numérique de la statuette (pdf 3D).

Une présentation de cette étude sera faite au colloque EAA intitulé « From Bone to Bead : Developments in European Research on Worked Osseous Materials », qui se tiendra fin août à Helsinki.

Société et environnement dans le delta du Danube – Territoire des Hommes, Territoire de l’Eau