Le site de Taraschina

Le site de Taraschina est localisé à 4,5 km au sud-ouest du village de Mila 23 (commune de Crisan, Dobrouja), dans le Delta du Danube. Il culmine actuellement à près 2 m au-dessus du niveau de l’eau. Le site est bordé, sur un de ses côtés, par un canal artificiel dont l’aménagement est assez récent (deuxième moitie du 20e siècle). D’un autre côté, il est bordé de surfaces couvertes de roseaux.

Photographie satellitaire du site de Taraschina (à l'est du lac)

Les villageois lipovens (minorité russe vivant dans le delta du Danube) nomment le périmètre dans lequel se trouvent les matériels archéologiques « Mahila », toponyme que nous pourrions traduire par « cimetière ». Il est probable que les habitants aient associé la présence de nombreux tessons et de restes osseux à la surface du sol aux traces d’un ancien espace funéraire.

Jusqu’à très récemment (moins de 20 ans), la surface du site était défrichée et faisait l’objet de petites cultures et de jardinage.

Le site de Taraschina a été mis au jour en 1970, grâce à des informations orales transmises auprès de l’ICEM de Tulcea. En 2008, dans le cadre d’un Partenariat Hubert Curien (qui s’intéressait aux modalités du peuplement chalcolithique de la Dobroudja), nous avons réalisé une prospection ayant pour objectifs la géo-localisastion du site par GPS et la précision de son attribution chronologique.

Le site de Taraschina vu depuis le canal

L’étude de ce site chalcolithique fait désormais l’objet d’une fouille archéologique franco-roumaine, sous la direction conjointe de Cristian Micu et Laurent Carozza, dans le cadre d’une mission archéologique du Ministère Français des Affaires Étrangères et Européennes.

Les vestiges archéologiques découverts sur le site couvrent l’essentiel de sa surface (sorte de bombement ovalaire, large de 90 m pour un développement maximal de 140 mètres). Malgré les difficultés d’accès, nous pouvons estimer que le site couvre une superficie de près de 8000 m2. Le contexte géomorphologique du gisement (au coeur du delta du Danube) induit que les apports sédimentaires récents ont pu totalement masquer les anciens reliefs, aujourd’hui recouverts d’apports alluviaux.

La campagne de terrain réalisée en 2009 nous a permis de vérifier que le site présente des conditions de conservation optimales. Les carottages réalisés montrent une succession stratigraphique formée de l’alternance d’horizons domestiques et de niveaux de destruction des bâtiments en terre crue. Avec une puissance supérieure à 3 mètres, le site s’apparente de toute évidence à un tell, c’est-à-dire à une succession, en un même lieu, de structures domestiques.

campagne archéologique sur le site de Taraschina (avril 2010)

Les premières reconstitutions environnementales pourraient suggérer que le tell de Taraschina est installé non loin d’un bras du fleuve, ou a proximité d’une vaste lagune. L’abandon du site, au milieu du 5e millénaire avant notre ère, pourrait résulter de la remontée du niveau marin et de l’inondation de vastes zones.

L’étude de ce gisement ouvre les portes de la compréhension du peuplement ancien de la partie intérieure du delta du Danube.

Une réflexion au sujet de « Le site de Taraschina »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société et environnement dans le delta du Danube – Territoire des Hommes, Territoire de l’Eau