Archives de catégorie : terrain

La mission sur le terrain : fouille du tell chalcolithique de Taraschina

Point fort de la mission «Archéologie du delta du Danube» depuis 2010, la fouille du tell chalcolithique de Taraschina s’est déroulée cette année en août et septembre derniers, en plein cœur de la réserve naturelle du delta du Danube.

Vue panoramique du site de Taraschina
Delta du Danube (septembre 2018)
Delta du Danube (septembre 2018)

Cette fouille nécessite une logistique spécifique, puisque l’accès au site ne peut s’opérer qu’en bateau depuis les bases de vies qui se trouvent à plus de 45 minutes / 1 heure de barque du site. Le transport des fouilleurs, du matériel et des instruments de terrain (géophysique, carottage, topographie…), requiert des moyens techniques spécifiques (barques, ponton…).

La fouille porte actuellement sur la zone 3 , soit une surface de 120 m2, divisée en deux secteurs distincts.

Taraschina : vue de la zone 3 (septembre 2018)
la zone 3 en cours de fouille (septembre 2018)

Depuis l’année 2017, nous concentrons l’ensemble des moyens de terrain à la fouille d’un vaste bâtiment incendié, mis au jour lors des prospections géophysiques et des carottages.

L’objectif de la fouille est d’étudier un bâtiment dont nous savons qu’il a été partiellement détruit par incendie, vers 4350 BC, à un moment où va s’opérer l’abandon temporaire du tell de Taraschina.

L’état exceptionnel de conservation du site permet d’aborder la problématique de la destruction par le feu, volontaire ou non, des unités d’habitations. Note but est de décrire le processus de démantèlement de ce bâtiment, de manière à discriminer ce qui relève de faits anthropiques (d’origine humaine), de processus naturels. L’équipe quantifie chaque élément mis au jour dans les niveaux de destruction de la maison et les informations sont consignées dans une base de données.

Enregistrement des informations sur le terrain, dans une base de données.

Les différents horizons archéologiques sont échantillonnés de manière à en identifier le contenu. Des analyses en laboratoire dans les université de Toulouse et de Iasi permettront de quantifier la matière organique, la présence de phytolithes (microfossiles de cellules végétales) et sphérolithes (Concrétions minérales), ou encore de micro-fossilles non polliniques. Ces analyses permettront notamment à l’équipe de caractériser les activités qui se sont déroulées à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. L’un des enjeux majeurs de la fouille est en effet d’établir le lien spatial existant entre le bâtiment incendié et les activités qui ont pu être exercées à l’extérieur (stockages, activités spécialisées, transformation matières premières…).

La découverte d’une alène en cuivre (poinçoin) montre que l’environnement extérieur proche de la maison accueillait des activités domestiques liées au traitement des ressources végétales (mouture, confection, réparation des outillages…) et animales (boucherie, pêche…).

Dans la maison, nous avons trouvé de nombreux pesons (poids de métiers à tisser) qui montrent que certaines activités de production artisanales se sont déroulées à l’intérieur du bâtiment. La fouille a livré des pièces énigmatiques, tels de gros galets dont nous ignorons la fonction. Ces découvertes nous interrogent quant à l’éventualité de productions textiles, et peut être du traitement des peaux (ces pièces devront faire l’objet d’une étude tracéologique après nettoyage).

Enfin, notre objectif est de mieux comprendre l’intégration de cette unité d’habitation dans l’environnement global du tell. Les campagnes précédentes ont montré l’existence de zones « vides », non bâties, au sein desquelles ont pu s’exercer des productions spécialisées (traitement des récoltes de céréales), ou artisanales à l’instar de la production céramique (dans la zone 2).

La fouille de septembre 2018 a mis au jour plus de 550 kg de terre à bâtir, correspondant à l’effondrement d’une partie des parois de la maison incendiée, mais également de portions du plafond de cette unité.

Blocs de terre à bâtir provenant de l’effondrement des parois du bâtiment incendié.

L’ensemble du mobilier archéologique mis au jour en septembre dernier sera lavé, dessiné, quantifié, pesé et étudié par des spécialistes français et roumains en juillet 2019, lors d’une longue mission d’étude dans la base archéologique de Celic Dere.

prochaine mission de fouille à Taraschina… août/septembre 2019 !

Etudier l’histoire des inondations dans la vallée de Cetatuia sur la longue durée (Luncavita, Roumanie)

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’UMR 5602 Géode, l’équipe de la mission archéologique a obtenu un financement pour étudier les crises hydro-sédimentaires et la gestion des risques dans un petit bassin versant connecté au Danube :  la vallée de Cetatuia (Dobroudja, Roumanie).

Le projet « CHRISTO » a pour objectif de déterminer les trajectoires du risque torrentiel dans cette vallée. Ce bassin versant du Danube prend sa source dans une zone de petites montagnes situées à 250 m d’altitude puis il rejoint le cours du fleuve à une altitude de 15 m. Notre objectif est de déterminer les différentes trajectoires socio-environnementales, dans un contexte de changements de gestion de l’espace rural, de l’évolution des régimes de torrentialité et des tendances climatiques. En utilisant différents types de sources et en les croisant (archives sédimentaires, archives cartographiques et historiques, photographies anciennes, entretiens,…), nous caractériserons le régime des crues et des événements extrêmes qui se sont produits ces 500 dernières années. Il s’agira également d’observer le rôle des dispositifs d’atténuation et de protection mis en place plus récemment. Le projet ambitionne de proposer la mise en œuvre d’un dispositif de suivi hydrométéorologique de manière à mieux cerner les tendances des dynamiques contemporaines et la gestion du risque d’inondation dans le bassin versant.

Un travail préliminaire avait déja été conduit en 2015, dans cette vallée, avec la réalisation de plusieurs carottages.

Prélèvement d’une carotte sédimentaire (log) a l’aide d’un carottier à percussion

Mise en place du carottier

Extraction d’un log

Extraction de la carotte

Les données géomorphologiques recueillies permettent de reconstruire les évolutions du bassin versant durant les 500 dernières années. Nous disposons de plusieurs carottes sédimentaires (dont l’une de 5 mètres) couvrant l’ensemble du dernier millénaire, et dont la base est datée de 970+-30 BP (1017-1150 AD).

Fermeture d’une carotte tubée

Cette évolution rapide sur cet intervalle pourrait être liée aux effets combinés d’une augmentation de l’anthropisation et des évolutions climatiques propres au dernier millénaire. Cette évolution est cohérente avec les données récentes obtenues sur l’évolution du delta du Danube qui montrent une forte accélération de la sédimentation au cours de cette période.

4 mètres de carottes tubées prélevées dans la vallée de Cetatuia

A partir des données acquises dans le cadre de ce projet, nous souhaitons poser les réflexions et bases pour différentes actions futures :
– mise en place d’un site instrumenté et d’un observatoire (mesures météo, monitoring zones d’érosion, observation de l’évolution des zones, ouvrages de remédiation ou d’atténuation) ;
– développer les observations à l’échelle d’autres bassins versants moins impactés et développer un modèle régional ;
– travailler sur le lien entre crues des contributeurs et Danube ;             – questionner l’impact urbain pour la zone Tulcea, le développement de l’urbanisme et l’augmentation des évènements extrêmes.

Equipe scientifique :
Philippe Valette (responsable), Jean-Marc Antoine (Univ. Jean-Jaurès), Albane Burens (CNRS), Laurent Carozza (CNRS), Cristian Micu (ICEM), Jean-Michel Carozza (Univ. La Rochelle)

Renouvellement de la mission franco-roumaine « delta du Danube » (2018-2021)

La mission archéologique « delta du Danube », créée en 2010 puis renouvelée en 2014, vient d’être reconduite pour un nouveau contrat quadriennal (2018-2021) par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Depuis 2010, la mission s’est donné pour objectif d’étudier le peuplement de la zone du bas Danube au cours de la Préhistoire récente (du Néolithique à l’âge du Bronze) et les relations qu’entretenaient les sociétés avec leur environnement.

L’achèvement de la fouille du tell chalcolithique de Taraschina constitue la priorité de ce dernier contrat. L’enjeu de la fouille réside dans l’étude d’une zone d’habitats, formée d’unités d’habitations incendiées datant du 45e siècle avant notre ère. Dans cette zone, les bâtiments sont particulièrement bien conservés et présentent des murs en élévation et des niveaux d’effondrement des architectures en terre crue. Toute la question est, pour l’équipe franco-roumaine, de mieux comprendre  les modalités de l’abandon temporaire du tell, vers 4450-4350 BC, et le développement du nombre des unités d’habitations incendiées.

Parallèlement à la fouille et à la publication du site de Taraschina, l’équipe poursuivra l’étude de plusieurs sites inédits et prépare la publication des données acquises entre autres sur le tell de Luncavita et le site de Carcaliu.

Couverture du rapport 2014-2017 de la mission archéologique « delta du Danube ».

Après de nombreuses présentations à la communauté scientifique, l’équipe a souhaité valoriser ses travaux auprès du grand public dans le cadre de l’exposition « Entre terre et eau – crises sociales et environnementales dans le delta du Danube il y a 6200 ans », organisée à la Cité de la Préhistoire (structure intégrée au Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac, Ardèche, France),  en étroite collaboration avec le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Tulcea (Dobroudja, Roumanie), sous l’égide de l’Institut éco-muséal (ICEM). Cette manifestation est soutenue par l’Institut Français de Bucarest. Elle ouvrira ses portes au public français en avril 2018. Une version itinérante de l’exposition sera présentée en Roumanie au sein de différents musées d’archéologie et dans
les représentations françaises au travers de 4 Instituts Français.
Dans le cadre de la « Saison France-Roumanie », l’équipe organisera en juin 2019 un colloque international intitulé « « Géohistoire des zones humides : artificialisation, restauration, adaptation ». Ce colloque, qui se tiendra en Roumanie, sera organisé conjointement par les membres de la mission archéologique « delta du Danube », le CNRS et le Site d’Etude en Ecologie Globale Danube, l’UMR GEODE, le Groupe d’Histoire des Zones Humides, l’ICEM et l’Institut du Delta du Danube.

Fouille d’un bâtiment incendié sur le tell de Taraschina

La mission archéologique « Delta du Danube », créée en 2010, a pour objet d’appréhender le rôle des changements environnementaux dans la zone du bas Danube (Roumanie) durant le premier Holocène : c’est-à-dire depuis la Néolithisation jusqu’au début de l’Antiquité (soit 6300-600 BC). L’équipe cherche à déterminer l’impact des communautés humaines sur leur environnement et à évaluer l’incidence des changements environnementaux (forçages climatiques, événements extrêmes, crises environnementales) pour les communautés humaines passées.

Cette année, trois missions de terrain ont été consacrées à la fouille archéologique du site chalcolithique de Taraschina (mars, juin et septembre 2016). 

Les abords du tell chalcolithique de Taraschina
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina


Ce site correspond à un tell (sorte d’habitat pluri-stratifié) situé dans l’actuel delta du Danube, en plein cœur de la réserve Biosphère delta du Danube – Unesco. Daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, ce site constitue le plus ancien témoignage de peuplement du delta.

Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)

L’équipe franco-roumaine, formée de 12 personnes a fouillé sur le site une zone de 180m2 où sont apparus des bâtiments incendiés, repérés lors d’une une campagne de prospection géophysique en 2015.

fouille2016-2
Fouille et relevé du niveau d’apparition du bâtiment incendié

Carte des anomalies magnétiques établies par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
Carte des anomalies magnétiques établie par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina

La problématique des bâtiments incendiés est propre à l’ensemble du Chalcolithique de l’aire Carpatho-Balkanique ; on rencontre des bâtiments incendiés sur l’ensemble des tells fouillés. La fouille de ces bâtiments offre l’intérêt de présenter des structures d’habitat particulièrement bien préservées, mais l’essentiel des questionnements porte sur le caractère intentionnel, ou non, de la mise à feu de certaines unités domestiques.

Niveau d'apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Niveau d’apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié

Dans le cas spécifique du tell de Taraschina, notre approche de ce phénomène s’opère de manière intégrée, en prenant en compte les facteurs socio-économiques mais également environnementaux.

La fouille de ces bâtiments incendiés intervient alors que nous disposons d’une bonne maîtrise du cadre chronologique et culturel relatif à la formation du tell ainsi que d’un modèle socio-économique et environnemental relatif aux transformations du milieu et des modalités d’exploitation des ressources. L’exploitation des données issues des précédentes campagnes de carottages montre que les niveaux d’incendie ne sont répartis de manière uniforme dans le temps. On observe une nette prédominance du nombre des niveaux incendiés durant l’intervalle 4350-4150 BC au détriment du début de la séquence d’occupation 4800-4450 BC.

fouille-juin
Fouille du tell de Taraschina (juin 2016)

Les résultats acquis depuis 2010 dans le delta du Danube ont permis de proposer des hypothèses relatives à l’importance des facteurs environnementaux (forçages externes) dans l’histoire des communautés de la fin du Néolithique dans cette zone. Ces communautés d’agriculteurs et d’éleveurs ont été confrontées à des changements environnementaux rapides : élévation du niveau marin, modifications du milieu (régime hydrologique) et des paysages... Ces changements, parfois brutaux, ont impacté le quotidien de ces communautés, jusqu’à provoquer, dans certains cas, leur départ de la zone de l’actuel delta du Danube. A l’échelle régionale (littoral de la mer Noire et bas Danube), les facteurs de forçages externes semblent tout aussi puissants et on observe une véritable rupture socio-environnementale à la fin du 6ème millénaire avant notre ère (crise des élites sociales, mise à mal des réseaux d’échanges, changement de système économique et de système de représentation).

Aujourd’hui, nos travaux permettent de relativiser l’importance des hypothèses relatives au seul impact de l’élévation rapide du niveau marin « black sea flooding ». Nos recherches dans le domaine de la géomorphologie fluviale montrent que les effets cumulés de l’élévation du niveau marin et d’événements climatiques de type RCC 6.2-5.8 Ky BP (Rapid Climate Change) ont localement pu impliquer des modifications radicales du milieu, sans qu’aucune stratégie d’adaptation n’ait pu être développée par les communautés humaines.

Nos travaux s’orientent maintenant vers l’établissement de modèles pour l’intervalle 5000-1500 BC durant lequel différentes crises environnementales ont pu être identifiées. Dans une démarche plus historiographique, il nous semble à présent intéressant de travailler, dans la plus longue durée, sur les récits en lien avec les crises socio-environnementales (imaginaire, récits mythologiques…).

Une mission sous le signe de l’eau

Sans battre les records d’avril 2013, le niveau de l’eau dans le delta du Danube est particulièrement élevé en ce moi d’octobre, malgré une météo quasi estivale sur Mila 23… …probablement les répercussions des inondations en Serbie, provoquées par les pluies diluviennes de septembre.

Les horizons archéologiques les plus anciens du site chalcolithique de Taraschina sont recouverts par les eaux du Danube.

Le site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondé (octobre 2014)
La zone 2 du site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondée (octobre 2014)

 

Les deux premières journées de la mission ont été consacrées au nettoyage du site et au pompage de la zone 2, qui sera légèrement agrandie cette semaine (notamment autour de la zone ayant livré les restes d’un individu en connexion anatomique, au sein des niveaux de démolition de l’habitat).

Pompage d'une partie de la zone 2 du site de Taraschina
Pompage d’une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Au regard de l’actuel niveau des eaux du Danube, si celles-ci ne baissent pas dans les jours à venir, cette nouvelle campagne de terrain devra se focaliser sur les horizons supérieurs du tell, correspondant à des accumulations de rejets domestiques, traduisant un changement dans l’organisation spatiale de l’occupation du site.

Les horizons les plus anciens, formés de la destruction d’unités domestiques en terre crue et de sols de circulation, feront l’objet d’une fouille en mars 2015, avant d’ouvrir une nouvelle zone de fouille sur le site n°2 de Taraschina.

 

Vue synthétique de la stratigraphie du site chalcolithique de Taraschina

À la veille d’une nouvelle campagne de fouille sur le site de Taraschina, le travail de synthétisation de la stratigraphie du site était d’actualité. C’est désormais chose faite avec la production du tout nouveau diagramme stratigraphique de la zone 2 !

Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)
Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)

L’analyse des unités stratigraphiques (Us) des sites stratifiés est essentielle à la compréhension de la chronologie des sites. Le diagramme stratigraphique représente l’ensemble de la chronologie stratigraphique du site sous une forme graphique simplifiée (Harris 1979) qui structure notamment les relations entre les différentes Us. Il présente les relations d’antériorité, de postériorité et de contemporanéité des unités stratigraphiques déterminées sur le terrain lors de la fouille.

Sur ce diagramme les Us sont mises en relation avec le relevé des carottes réalisées sur le site (à gauche et à droite du diagramme). Le niveau de la nappe phréatique est représenté en bleu, ce qui met clairement en évidence que les niveaux d’occupation anthropiques les plus anciens sont aujourd’hui ennoyés. Le substrat lœssique (représenté en jaune) est quant à lui recouvert par les eaux du Danube sur plus d’un mètre de hauteur.

 

Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.
Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.

Le diagramme fournit une première lecture chronologique relative du site. Il sera complété après la mission de septembre et octobre prochains.

Prospecter les ressources siliceuses de Dobrodgea du Nord

Les premiers travaux de caractérisation des industries lithiques de la Dobrodgea du nord, réalisés par Robin Furestier et Florian Mihail depuis 2010, nous ont conduits à nous interroger sur l’origine des matières premières employées au Chalcolithique sur les sites archéologiques étudiés dans le cadre de la mission franco-roumaine. C’est tout naturellement que l’équipe s’est tournée vers Laurence Manolakakis (chercheur spécialisé dans l’étude des systèmes de productions lithiques taillées des sociétés agro-pastorales des Balkans et dans la gestion des ressources lithiques) pour engager un travail de prospection et d’analyse des ressources siliceuses exploitées.

Florian Mihail, Robin Furestier et Laurence Manolakakis sur le terrain
Florian Mihail, Robin Furestier et Laurence Manolakakis sur le terrain

Au-delà des silex importés de la plateforme pré-balkanique du nord-est de la Bulgarie (supports laminaires essentiellement), les sites archéologiques de Dobrodgea livrent outils et éclats réalisés à partir de matières premières à ce jour non identifiées.

Une première campagne de prospections pédestres a été réalisée à l’occasion de la mission de juillet dernier, dans le but de pallier les carences d’informations disponibles sur la région. Les prospections se sont fondées d’une part sur les indications de localisation des matières premières publiées par Paunescu (Paunescu 1998), et d’autre part sur les données de la carte géologique.

Les formations du Trias supérieur (Carnien) et du Crétacé (Cénomanien, Turonien, Coniacien) ont été prospectées, autour des collines de Somova, Mineri, Victoria, Bestepe dans un premier temps, puis dans les environs de Closca, General Praporgescu, Mircea Voda et Traian, ou encore de Nicolae Balcescu, Slava Rusa, Babadag et Mihai Bravu.

prospections 02

Au terme de cette campagne, deux silex et plusieurs silicifications incomplètes ont été découverts et échantillonnés.  Au-delà, l’équipe a prélevé des échantillons de calcaires, de grès, de quartz (et autre roches) pour améliorer notre connaissance des ressources lithiques potentiellement utilisées par les Néolithiques.

PROSPECTIONS 03

Paysages du delta du Danube au fil de l’eau

 

barque à l'arrêt
barque à l’arrêt (A. Burens CNRS)

jeux de lumière et de reflets dans les eaux du Danubejeux de lumière et de reflets dans les eaux du Danube (A. Burens CNRS)

 paysage 1

d'où l'intérêt de toujours naviguer avec une tronçonneuse...
d’où l’intérêt de  naviguer avec une tronçonneuse… (A. Burens CNRS)

paysage 2

paysage 3

jonction des canaux
jonction des canaux (A. Burens CNRS)

 

près de Mila 23
près de Mila 23 (A. Burens CNRS)

ROM_137
vers Mla 23 (A. Burens CNRS)

 

accès à Taraschina
accès à Taraschina (A. Burens CNRS)

 

brume matinale
brume matinale (A. Burens CNRS)

 

paysage de pêche
paysage de pêche (A. Burens CNRS)

 

canal à Mila 23
canal à Mila 23 (A. Burens CNRS)

 

bois mort sur les eaux du Danube
bois mort sur les eaux du Danube (A. Burens CNRS)

 

...
… (A. Burens CNRS)

 

pont à Mila 23
pont à Mila 23 (A. Burens CNRS)

Lac Isac
le Lac Isac (A. Burens CNRS)

ROM_560
les dunes de sable de Caraorman (A. Burens CNRS)

 

Caraorman
Caraorman (A. Burens CNRS)

sulina
Sulina… la plage (A. Burens CNRS)

Taraschina sous les eaux du Danube

Avril 2013 : le Danube est à son plus haut niveau depuis près d’un siècle dans plusieurs régions du Sud-Est de l’Europe…

En Roumanie, le delta du fleuve accuse difficilement les répercussions des très fortes précipitations enregistrées cet hiver et ce printemps dans les différents pays d’Europe centrale traversés par le Danube (Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie…).

Le site archéologique de Taraschina, en cours de fouille par l’équipe scientifique franco-roumaine de la Mission archéologique « Delta du Danube », s’est retrouvé noyé sous plusieurs dizaines de centimètres d’eau !

Le site de Taraschina sous les eaux du Danube - avril 2013
Le site de Taraschina sous les eaux du Danube – avril 2013

À l’occasion de prospections conduites en avril dans le delta, un détour par le site de Taraschina nous a permis d’accéder, en bateau, directement sur la zone de fouille…  recouverte par les hautes eaux du Danube.

Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina
Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina

Suite des travaux de terrain après la décrue…