Archives de catégorie : Rencontres

Le delta du Danube au « Café Géo » de Toulouse

 

Dans le cadre des Cafés Géographiques organisés chaque mois à Toulouse, Laurent Carozza et Philippe Valette ont présenté jeudi 11 avril 2018 aux toulousains leurs récents travaux sur le delta du Danube. Leur présentation, intitulée « Le delta du Danube entre naturalité et artificialité : regards géohistoriques sur plusieurs siècles d’interventions humaines » s’est poursuivie par des échanges nourris avec le public, confortablement installé au café « Les délices de Saturnin », sur la belle place Saint Sernin !

 

 

Résumé de la présentation de Laurent et Philippe :

Le delta du Danube est le 2e delta d’Europe par sa superficie (3446 km2). De forme grossièrement triangulaire, il est composé de trois bras principaux (Chilia, Sulina, Saint Georges). Cette vaste zone humide est un espace amphibie, lieu d’une biodiversité remarquable, classé réserve de biosphère depuis 1990. Si le delta du Danube véhicule une image de forte naturalité, il n’en reste pas moins que cet espace est occupé par les hommes, qui sont à l’origine d’une artificialité croissante des lieux.
L’approche géoarchéologique a montré que 167 sites anciens sont présents dans la zone de réserve de biosphère du delta. La collaboration franco-roumaine sur le site de Taraschina révèle une occupation humaine à l’époque du Bronze ancien et au Chalcolithique. Dès cette époque, des sociétés agro-pastorales s’installent dans le delta et exploitent leur environnement, ce qui va à l’encontre de l’idée d’un territoire « vide ».
Et pourtant, cette image a perduré de nombreuses années jusqu’à se retrouver dans les représentations cartographiques anciennes. Le delta a fait l’objet d’appropriations diverses de la part de nombreux pays jusqu’à sa fixation actuelle. Au cours des derniers siècles, l’artificialisation du delta est allée croissante autour des activités de la pêche, de l’agriculture, de l’exploitation du roseau mais aussi de l’amélioration de la navigation. Dans ce contexte, la période communiste constitue le paroxysme de cette artificialisation des paysages du delta (poldérisation, endiguement, pisciculture,…).
Aujourd’hui, les pélicans sont emblématiques du delta et de sa part de naturalité mais , paradoxe des temps, le delta du Danube est aussi composé d’un certain nombre d’artificialités liées aux héritages humains.

 

lien vers le site des Cafés Géo de Toulouse :

Les Cafés Géographiques de Toulouse

Prochain Café Géo : mercredi 23 mai : Cheminer vers Compostelle. Regards de géographe et empreintes territoriales. Sortie proposée par Alain Cazenave-Piarrot, Nils Brunet et Sébastien Rayssac

Conférence au musée de Préhistoire d’Orgnac-l’Aven [1] à l’occasion du trentième anniversaire du musée, le 24/03/17

Les derniers agriculteurs du delta du Danube il y a 6200 ans 

histoire d’une crise socio-environnementale

Les raisons qui font qu’une « civilisation » ou qu’un modèle socio-économique disparaît font l’objet de nombreux travaux et de recherches dans différents champs disciplinaires des sciences humaines et sociales (histoire, anthropologie sociale, archéologie…) mais également des sciences de l’environnement. Déprise, abandon, destruction, crise… forment autant d’arguments utilisés pour illustrer le déclin des sociétés. Durant les dernières décennies, les hypothèses « catastrophistes », donnant à la notion de « désastre écologique » un écho particulier, se sont développées, notamment sous l’impulsion de Jared Diamond[2]. En contrepoint, archéologues et anthropologues[3] se sont mobilisés pour critiquer les hypothèses hautement déterministes de ce courant de pensée (déterminisme géographique). Leur argumentaire porte sur la nature complexe des relations qui unissent les sociétés avec leur environnement, sans pour autant se focaliser sur le seul « aveuglement environnemental des civilisations disparues ».

Les travaux sur les liens des sociétés passées avec leur environnement trouvent aujourd’hui un écho favorable, tant nos sociétés contemporaines sont confrontées à des changements globaux (changement climatique). Dans ce contexte, « l’homme ne cesse de construire et reconstruire ses visions du passé et de l’avenir ». Répondre à la question « comment les climats du passé nous éclairent sur l’avenir » est devenu un axe prioritaire de la recherche. L’analyse des changements socio-environnementaux passés nous éclaire ainsi sur les conséquences actuelles du réchauffement global.

 

Les 30 ans du Musée de la Cité de la Préhistoire – Nouvelle exposition temporaire : « Entre Terre et Eau » sur les travaux de la mission archéologique « delta du Danube »

 

 

programme de la célébration des 30 ans du Musée de Préhistoire d’Orgnac

 

Présentation de la conférence : Les derniers agriculteurs du delta du Danube il y a 6200 ans
histoire d’une crise socio-environnementale (photo : F. Prud’Homme)

 

[1] https://www.orgnac.com/

[2] De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, de Jared Diamond (Gallimard, 2000, rééd. 2007). Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, (Gallimard, NRF Essais, 2006)

[3] McAnany Patricia and Norman Yoffee (eds), Questioning Collapse. Human Resilience, Ecological Vulnerability, and the Aftermath of Empire, Cambridge University Press, Cambridge, 2010.

barques traditionnelles dans le delta du Danube

pêcheur sur le Danube
pêcheur sur le Danube (@ A. Burens CNRS)

 

Mila 23
Mila 23 (@ A. Burens CNRS)
barque échouée à Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

vestige éphémère d'un presque révolu
vestige éphémère d’un temps presque révolu (@ A. Burens CNRS)

 

barque posée devant la ferme de Mila 23
barque posée devant la ferme de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

cimetière de Mila 23
cimetière de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

le canal de Mila 23 de potron minet
le canal de Mila 23 de potron minet (@ A. Burens CNRS)
un refuge pour la faune
un refuge pour la faune (@ A. Burens CNRS)
la végétation reprend ses droits
la végétation reprend ses droits (@ A. Burens CNRS)

 

pour finir, version métal et couleur
pour finir, version métal et couleur

Les recherches archéologiques en Dobrodgea s’exposent à Bucarest

À l’occasion de la Journée internationale des musées, le Musée National du Paysan Roumain,
Le Musée National d’Histoire Naturelle « Grigore Antipa » 
et le Musée National de Géologie de l’Institut Géologique de Roumanie, en partenariat avec l’Ambassade de France et l’Institut Français de Roumanie ont réalisé l’exposition « Dobrogea. Entre terre et mer, l’empreinte du temps et des hommes ».

Cette exposition, qui implique de très nombreuses institutions de recherches roumaines et françaises a pour objet la présentation du riche patrimoine de la région de la Dobrodgea. L’exposition présente des données, souvent inédites, issues des programmes de coopération scientifique franco-roumains dans le domaine de l’archéologie, de la géologie ou de la préservation de la biodiversité.

L’inauguration de l’exposition se tiendra le vendredi 18 mai à Bucarest, à
 en présence de Son Excellence M. Philippe Gustin, Ambassadeur de la France, et de M. Mircea Diaconu, Ministre de la Culture et du Patrimoine National.

L’exposition se tiendra au Studio Horia Bernea du Musée National du Paysan Roumain de Bucarest 
(3, Bd. Kiseleff, Secteur 1)

En préambule à l’exposition sur la Dobrogea, le séminaire  » Recherches croisées en Dobrogea « , se déroulera du 17 au 18 mai prochain au Musée National de Géologie.

Cette rencontre aura pour sujet principal la région de la Dobrogea, et se proposera d’exposer les recherches multidisciplinaires des équipes de scientifiques roumains et français en archéologie, géologie, paléontologie, biodiversité, réunissant ainsi de manière inédite des disciplines proches par l’appréhension du temps, mais parfois très différentes par les sujets traités et les méthodes utilisées.

Ce colloque soutenu par l’Institut Français de Roumanie à travers les « ateliers scientifiques franco-roumains » a pu voir le jour grâce à l’implication de nombreuses institutions universitaires et muséales. Son comité d’organisation est composé de :

– Dr. Prof. Jean-Paul Saint Martin, Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris

– Dr. Silviu Radan, INCD GeoEcoMar

– Dr. Antoneta Seghedi, INCD GeoEcoMar

– Dr. Vasilica Lungu, Institut d’Archéologie Vasile Pârvan de l’Academie Roumaine

– Dr. Iuliana Lazar, de l’Université de Bucarest

– Dr. Alexandru Andrasanu, de l’Université de Bucurest

– Dr. Cristian Micu, Institutul de Cercetari Eco-Muzeale Tulcea

Le programme de ces deux journées sera riche avec de nombreuses conférences sur des thèmes variés : patrimoine et réserves naturelles, droits de cité, etc…

Journées portes ouvertes sur le site de Hârşova

Les membres de la mission archéologique ont été invités par MM. Dragomir Popovici et Bernard Randoin à visiter la fouille du tell de Hârşova à l’occasion des journées portes ouvertes organisées sur le tell le 7 août dernier.

Vue depuis le sommet du tell de Hârsova

Le site de Hârşova est exceptionnel ;  la stratigraphie des habitats chalcolithiques formant ce tell approche les 14 mètres de hauteur. Un programme de coopération archéologique franco-roumain a été mis en place en 1993 sur le site, associant archéologues du Musée National d’Histoire de Roumanie, du Musée d’Histoire Nationale et d’Archéologie de Constanta et des chercheurs français.

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une coopération engagée en 1991 entre le Ministère de la Culture et de la Francophonie et le Ministère de la Culture Roumain.

La journée a commencé par la visite du musée de Hârsova où le directeur du musée de Constanta a prononcé un  discours de bienvenue. Le conservateur du musée de Hârsova a présenté au public les premiers registres d’inventaire des collections, récemment redécouverts dans les archives. Ces livres, dont le plus ancien remonte à 1904, retracent l’histoire des collections.

Présentation des premiers registres d'inventaire des collections par le conservateur du musée de Hârsova

La visite du musée a permis d’observer de riches collections, dont la majeure partie est issue des fouilles conduites sur le tell. L’essentiel des objets présentés se rapporte à la Culture de Gumelnita, c’est-à-dire au Chalcolithique (vers 4200 bc). L’ouillage retrace le mode de vie de cette communauté agro-pastorale installée en bordure du Danube. L’exploitation des ressources du fleuve (pêche) et de la rypisylve (chasse, collecte de coquillages…) caractérise l’économie de ces sociétés sédentaires.

La suite de la journée a été consacrée d’une part à la visite de la fouille archéologique en cours de la porte monumentale de la citadelle antique et byzantine, et d’autre part à la fouille conduite à la base du tell par Dragomir Popovici. Pour la seconde année, son équipe réalise des sondages à la base du site, après avoir, pendant plusieurs années, exploré de manière extensive une vaste surface d’habitat. Des travaux modernes conduisent aujourd’hui l’équipe à explorer l’étape initiale de la formation du site. Les coupes redressées montrent, dès cette étape, l’édification de maisons de terre et de bois, dont certaines sont incendiées. Le palimpseste formé par les niveaux de circulation et de dégradation de ces architectures représente un écheveau stratigraphique d’une immense complexité. On doit à l’équipe de Hârsova d’avoir initié, au début des années 1990, des méthodes d’enregistrement et d’observation tout à fait novatrices. Aujourd’hui, toute une génération de néolithiciens roumains formés sur le chantier école de Hârsova applique ces méthodes sur de nombreux autres sites chalcolithiques.

Présentation de la stratigraphie du site de Hârsova par Dragomir Popovici

Avec la gentillesse et la convivialité qui le caractérisent, Dragomir Popovici a convié l’équipe à poursuivre les échanges autour d’un repas typique de la région du bas Danube. Après la dégustation de carpe et d’alose fumées à l’apéritif, nous avons pu déguster une délicieuse ciorba de peste (soupe de poisson) ainsi que du poisson grillé. L’après-midi caniculaire s’est achevé par des échanges aussi divers que fructueux.

Alose fumée
Repas à l'ombre d'un accacia

Notre équipe tiens à chaleureusement remercier Dragomir Popovici, Bernard Randoin et  l’ensemble de l’équipe de fouille pour leur accueil.

Vous pouvez retrouver leurs travaux sur le site internet « vivre au bord du Danube il y a 6500 ans » http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/harsova/fr/