Archives de catégorie : Non classé

Pour fêter ses 10 années de fouille, le site de Taraschina entre dans la collection en ligne « Grands sites archéologiques »

2010-2020 : l’équipe franco-roumaine, conduite par L.Carozza et C. Micu, fête cette année les 10 ans de la mission « Archéologie du delta du Danube » et les 10 ans de fouille du tell chalcolithique de Taraschina.

Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le Ministère de la Culture français réserve une place de choix au site de Taraschina au sein de la prestigieuse collection de référence « Grands sites archéologiques ».

Cette semaine, l’équipe rédige la fiche du site qui sera mise en ligne sous peu. Parallèlement , nous préparons quelques courtes séquences vidéos  et diaporamas qui viendront enrichir le site.

Nous avons le plaisir de vous proposer, en avant première, un petit film présentant quelques-unes de nos activités de terrain sur le site.

Bon visionnage !

 

Lien vers le site web « Grands sites archéologiques »

https://archeologie.culture.fr/fr/focus/collection-grands-sites-archeologiques

Le CNRS crée l’IRP « GÉOARCHÉOLOGIE ET GÉOHISTOIRE DU DELTA DU DANUBE »

Nous sommes heureux de vous annoncer la création d’un tout nouveau projet de recherche international et collaboratif entre la France et la Roumanie, intitulé « Géoarchéologie et Géohistoire du delta du Danube« . Ce projet vient consolider des collaborations déjà établies de longue date entre ces deux pays dans le cadre 1- du Site d’Etude en Ecologie Globale « SEEG Danube » de l’Institut Ecologie Environnement du CNRS et 2- de la Mission « Archéologie du delta du Danube » portée par Laurent Carozza (CNRS UMR 5602 GEODE, Toulouse) et Cristian Micu (ICEM, Tulcea) .Il a pour objet de permettre l’organisation de réunions de travail ou de séminaires, le développement d’activités de recherche communes y compris des recherches de terrain, et l’encadrement d’étudiants. 

Il réunit, dans une même équipe, archéologues, géomorphologues, bio-archéologues et géographes dont le but est de constituer un pôle international interdisciplinaire de recherche et de formation à la recherche autour d’une problématique géo-archéologique dans la zone du bas Danube. L’IRP s’articule autour de six centres de recherche français et roumains. Il est porté par le laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS-Université Toulouse Jean-Jaurès (France) et l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iasi, Faculté de Biologie, (Bioarchaeology Research Group) pour la Roumanie. Les équipes de l’UMR 7266 LIENSs (CNRS-Université de La Rochelle), l’Institut d’Archéologie « Vasile Parvan » de l’Académie Roumaine, l’Institut de Recherche Eco-Muséal (ICEM“Gavrila Simion” de Tulcea et l’Université de Bucarest ( le Département d’Histoire Antique, Archéologie et Histoire de l’Art de la Faculté d’Histoire et la plateforme « ArchaeoSciences#RO ») participent à ce programme.

Un blog scientifique dédié au projet sera bientôt disponible ainsi qu’une adresse électronique spécifique. Keep in touch 😉

Renouvellement de la mission franco-roumaine « delta du Danube » (2018-2021)

La mission archéologique « delta du Danube », créée en 2010 puis renouvelée en 2014, vient d’être reconduite pour un nouveau contrat quadriennal (2018-2021) par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Depuis 2010, la mission s’est donné pour objectif d’étudier le peuplement de la zone du bas Danube au cours de la Préhistoire récente (du Néolithique à l’âge du Bronze) et les relations qu’entretenaient les sociétés avec leur environnement.

L’achèvement de la fouille du tell chalcolithique de Taraschina constitue la priorité de ce dernier contrat. L’enjeu de la fouille réside dans l’étude d’une zone d’habitats, formée d’unités d’habitations incendiées datant du 45e siècle avant notre ère. Dans cette zone, les bâtiments sont particulièrement bien conservés et présentent des murs en élévation et des niveaux d’effondrement des architectures en terre crue. Toute la question est, pour l’équipe franco-roumaine, de mieux comprendre  les modalités de l’abandon temporaire du tell, vers 4450-4350 BC, et le développement du nombre des unités d’habitations incendiées.

Parallèlement à la fouille et à la publication du site de Taraschina, l’équipe poursuivra l’étude de plusieurs sites inédits et prépare la publication des données acquises entre autres sur le tell de Luncavita et le site de Carcaliu.

Couverture du rapport 2014-2017 de la mission archéologique « delta du Danube ».

Après de nombreuses présentations à la communauté scientifique, l’équipe a souhaité valoriser ses travaux auprès du grand public dans le cadre de l’exposition « Entre terre et eau – crises sociales et environnementales dans le delta du Danube il y a 6200 ans », organisée à la Cité de la Préhistoire (structure intégrée au Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac, Ardèche, France),  en étroite collaboration avec le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Tulcea (Dobroudja, Roumanie), sous l’égide de l’Institut éco-muséal (ICEM). Cette manifestation est soutenue par l’Institut Français de Bucarest. Elle ouvrira ses portes au public français en avril 2018. Une version itinérante de l’exposition sera présentée en Roumanie au sein de différents musées d’archéologie et dans
les représentations françaises au travers de 4 Instituts Français.
Dans le cadre de la « Saison France-Roumanie », l’équipe organisera en juin 2019 un colloque international intitulé « « Géohistoire des zones humides : artificialisation, restauration, adaptation ». Ce colloque, qui se tiendra en Roumanie, sera organisé conjointement par les membres de la mission archéologique « delta du Danube », le CNRS et le Site d’Etude en Ecologie Globale Danube, l’UMR GEODE, le Groupe d’Histoire des Zones Humides, l’ICEM et l’Institut du Delta du Danube.

faune domestique aux abords des villages du delta du Danube

Mila 23 : évocation d'un film de Kusturica
Mila 23 : évocation d’un film de Kusturica

cochon en semi liberté

cochon en semi liberté à Mila 23

Charette à Caraorman
Charette à Caraorman

cheval chevaux1

chevaux et ânes à Caraorman dans les ruines de l'usine de verre
 ruines de l’usine de verre à Caraorman

chèvre nourrie à la main à Mila 23
chèvre nourrie à la main – Mila 23

chevres

vaca 10

Mila 23
Mila 23

vaches nageuses à Mila 23
vaches nageuses à Mila 23

Caraorman : ruines de l'usine
Caraorman : ruines de l’usine

vestiges... non archéologiques
vestiges… non archéologiques

vaca11

vaca12

vaches à Sulina
vaches à Sulina

chien - Mila 23
chien – Mila 23

chien devant un tas de briques crues
chien devant un tas de briques crues

chien

 

chat et chien sur le quai de Mila 23
chat et chien sur le quai de Mila 23

 

chat acrobate assoiffé
chat acrobate assoiffé

le retour de la pêche...
le retour de la pêche…

chat rebel
chat rebel

dindon poule

poules vaca

clichés : A. Burens CNRS – Mission du MAEE Delta du Danube et SEEG INEE Delta du Danube

barques traditionnelles dans le delta du Danube

pêcheur sur le Danube
pêcheur sur le Danube (@ A. Burens CNRS)

 

Mila 23
Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

barque échouée à Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

vestige éphémère d'un presque révolu
vestige éphémère d’un temps presque révolu (@ A. Burens CNRS)

 

barque posée devant la ferme de Mila 23
barque posée devant la ferme de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

cimetière de Mila 23
cimetière de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

le canal de Mila 23 de potron minet
le canal de Mila 23 de potron minet (@ A. Burens CNRS)

un refuge pour la faune
un refuge pour la faune (@ A. Burens CNRS)

la végétation reprend ses droits
la végétation reprend ses droits (@ A. Burens CNRS)

 

pour finir, version métal et couleur
pour finir, version métal et couleur

Le Bas Danube au Ve millénaire : un premier ouvrage à paraître

La Dobroudja est une terre fertile pour les archéologues. Ainsi, la zone du bas Danube — et plus particulièrement les départements de Constanţa et de Tulcea — constitue t’elle une région d’une immense richesse archéologique. Depuis bientôt un siècle et demi, de très nombreux chercheurs se sont intéressés à l’émergence des premières sociétés complexes et hiérarchisées, à la fin du Néolithique. Il n’est pas anodin que deux projets de recherche consacrés aux habitats de cette période se soient développés ces dernières années. C’est tout naturellement que ces deux équipes ont choisi de mettre en commun leurs données et de présenter, dans un ouvrage synthétique, les premiers résultats de leurs programmes respectifs. L’ouvrage se décompose en deux parties complémentaires. La première, consacrée au programme Chronos – Chronologie et interactions humaines dans l’énéolithique, dresse un état des connaissances nouvelles sur l’habitat et l’occupation de l’espace. La seconde, centrée sur les liens qui unissent société et environnement durant le 5e millénaire avant notre ère, présente les premières données relatives à la fouille de l’habitat submergé de Taraschina, situé dans le delta du Danube. Ainsi, ce volume donne t-il un aperçu des résultats encore inédits acquis très récemment par les deux projets de recherche, dont les objectifs convergent, même si les approches scientifiques et les méthodes mises en œuvre peuvent se différencier.

 

référence de l’ouvrage :

Carozza, Bem, Micu (ed.) – Société et environnement dans la zone du bas Danube durant le 5ème millénaire avant notre ère – Maison d’édition de l’université Alexandu Ioan Cuza de Iasi, 415 p.

 

couverture de l'ouvrage : Société et environnement dans la zone du bas Danube durant le Ve millénaire avant notre ère

 

Visite d’une journaliste du quotidien « Obiectiv »

Le 28 juillet, l’équipe a reçu la visite de Florenta Gravila, journaliste au Quotidien « Obiectiv ». Cristian Micu a ainsi pu exposer la problématique de la recherche que nous conduisons dans le delta du Danube, une zone très sensible tant du point de vue patrimonial qu’environnemental. Florenta a été marquée par l’ancienneté des vestiges découverts à Taraschina, ce qui a valu ce titre quelque peu osé «  Des vestiges historiques plus vieux que Stonehenge découverts dans le delta du Danube ».

La "une" du quotidien Obiectiv datée du 29 juillet 2010

Cet entretien avec la journaliste a été l’occasion d’aborder la situation très difficile que connaissent les chercheurs roumains pendant cette période de crise mais aussi d’exposer la manière dont est organisée la recherche en France. Dans le contexte européen de réorganisation du dispositif de la recherche, les deux pays ont à faire face à une transformation des politiques de recherche, des institutions et du rôle croissant de l’université.