Archives de catégorie : Étude

Mission d’étude à Issacea

Du 21 juillet au 12 aout, l’équipe de la mission archéologique delta du Danube s’est installée dans la base archéologique de l’ICEM, située à Issacea, sur les bords du Danube. Cette mission d’étude avait pour objectif principal de traiter les mobiliers de deux dernières campagnes de fouilles réalisées sur le site de Taraschina. Le traitement des mobiliers, la réalisation de tamisages et de tris ont permis d’achever l’étude des ensembles mobiliers céramiques et lithiques. L’organisation du dépôt de fouille et l’équipement en bacs plastiques permet aujourd’hui de disposer d’un espace de stockage rationalisé.

Un autre objectif de cette mission était de poursuivre l’étude d’ensembles mobiliers des sites chalcolithiques de Luncavita et de Carcaliu, dans la perspective de leur publication. Ces deux sites ont fait, en 2010, l’objet de datations radiocarbone dans le but de caractériser la séquence chronoculturelle. C’est pourquoi nous avons entrepris l’étude de ces ensembles mobiliers.

Enfin, l’équipe a développé, avec le soutien de la mairie de Luncavita, un atelier d’archéologie expérimentale. L’étude technologique et typologique des ensembles céramiques du tell de Luncavita a permis de caractériser des chaînes opératoires de montage des poteries. Cette approche a été complétée par la réalisation d’analogues expérimentaux et d’une cuisson expérimentale conduite à la fin de la mission.

Au final, cette mission a permis l’acquisition de très nombreuses données qui vont faire l’objet d’une publication monographique, actuellement en cours de rédaction.

Une partie de l'équipe devant la base archéologique d'Issacea

Taraschina… ouverture des carottes

A la fin du mois de décembre, l’une des carottes prélevées en marge de l’habitat Chalcolithique de Taraschina a été ouverte afin d’être échantillonnée. Cette opération a été conduite au laboratoire de géographie physique du Géode en présence de Jean-Michel Carozza (géomorphologue) et de François Levêque (géophysicien).

Échantillonage de la carotte 10 du site de Taraschina à l'aide de boites pvc de 1cc

La découpe des gaines plastiques, d’un diamètre de 5 cm, a permis de préparer les sédiments.

Après nettoyage et photographie, la stratigraphie a été relevée et un échantillonnage a été réalisé, selon un pas régulier de 1 cm, tout au long des 3 mètres de la séquence. Cette maille serrée a pour but de conduire une étude à très haute résolution de cette séquence. Des échantillons ont été mesurés au laboratoire LIENSs de La Rochelle pour obtenir une courbe du signal magnétique. Des tests palynologiques sont en cours de réalisation au Géode et des échantillons ont été transmis à Mihaela Melinte du laboratoire de Géologique et d’Ecologie Marine de Bucarest pour rechercher la présence de nanoplanctons. La seconde moitié de la carotte a fait l’objet d’analyses XRF au laboratoire EPOC de Bordeaux.

Détail d'un tronçon de la carotte 10 de Taraschina. Les différences de couleur et de texture indiquent des changements de dynamiques sédimentaires (crues).

Les premiers résultats sont attendus pour le printemps, et 4 datations radiocarbone sont en cours de réalisation pour estimer l’âge de la base de la séquence.

publication du bilan d’activité 2009 des recherches archéologiques à Taraschina

L’équipe de la mission archéologique vient de publier un  article qui dresse le bilan des recherches conduites en 2009 sur le site de Taraschina. Chaque année, l’équipe publiera dans la revue roumaine  Peuce un bilan de ses activités de recherche. Cet article porte plus particulièrement sur les sondages et les prospections de surfaces conduites en 2009 sur le site.

carte de distribution des céramiques en surface du site de Taraschina

Cet article est téléchargeable sur la plateforme Hal SHS à l’adresse suivante : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00550225/fr/

CAROZZA (L.), MICU (C.), BURENS (A.), MIHAIL (F.), CAROZZA (J.-M.), FLOREA (M.), FURESTIER (R.), HAITA (C.), BALASESCU (A.), RADU (V.) – Le projet delta du Danube : société et environnement durant le Néolithique et les âges des Métaux dans le delta du Danube. In : PEUCE, serie noua VIII, 2010, p. 9-26.

Séance photo au musée d’histoire de Tulcea

L’étude de la série céramique de l’habitat de Carcaliu a donné lieu à réalisation d’une séance de prises de vues au musée d’histoire de Tulcea. Une partie des mobiliers issus de la fouille conduite par Madame Lazurca dans les années 80 est conservée dans les réserves du Musée et présenté dans les vitrines de l’exposition permanente.

Près de 80 formes complètes et/ou restaurées ont été photographiées.

Grand vase de stockage du site de Carcaliu (Gumelnita A2)

Installé dans les réserves du musée, le studio photo improvisé s’est déplacé dans les salles d’exposition. Les céramiques les plus imposantes, dont l’une mesure plus de 1 mètre de diamètre, n’ont pu être transportées.

studio photo improvisé dans les réserves du musée d'histoire et d'archéologie de Tulcea (ICEM)

L’achèvement prochain du dessin de ces pièces par Sorin Ailincai marquera la fin de l’acquisition de la base iconographique préalable à la publication de la monographie su site.

Préparation de la monographie du site Gumelnita de Carcaliu

Depuis le début de l’année, l’équipe a engagé l’étude du site chalcolithique de Carcaliu, en vue de sa publication  monographique. Cet habitat ouvert occupe un petit éperon surplombant la plaine du Danube. Le site, fouillé au début des années 1980 par Mme Elena Lazurca, a livré près de  7 unités d’habitation ainsi qu’une très grande quantité de mobilier céramique. L’outillage lithique et en matière dure animale – tout aussi abondant – est de grande qualité.

L'équipe de fouille dirigée par Mme Lazurca au début des années 80 sur le site de Carcaliu

L’ensemble de la documentation archéographique et les archives de terrain produites par Madame Lazurca a été numérisé cet été ; les minutes de terrain ont été synthétisées, les mobiliers archéologiques ont été inventoriés et, pour l’essentiel, photographiés et dessinés. Cette riche documentation permet d’envisager la publication d’une première monographie au cours de l’année 2011 en étroite collaboration avec  Madame Lazurca qui a confié toute la documentation de ses fouilles à notre collègue Crsitan Micu, et qui  souhaite que notre équipe publie ses travaux.

Numérisation des archives de fouille du site de Carcaliu
Lavage du mobilier céramique de Carcaliu en vue de son étude technologique

Première image des faunes consommées et chassées sur le site de Taraschina

Durant près d’une semaine, Adrian Balacesu et Valentin Radu, tous deux chercheurs au Musée national d’histoire de la Roumanie à Bucarest et membres de l’équipe d’études interdisciplinaires, ont rejoint l’équipe à la base archéologique de Celic Dere pour réaliser l’étude des restes archéozoologiques mis au jour en 2009 et 2010 sur le site de Taraschina.

Détermination des restes de poissons par Valentin Radu (R. Furestier)
Vertèbre de silure (site de Taraschina) (A. Burens)

Un laboratoire a été installé dans le but de réaliser le dénombrement, la pesée et la détermination de chaque reste. Leur étude a porté sur le mobilier découvert en prospection de surface. Elle montre la présence de plusieurs classes d’animaux : mollusques, poissons, reptiles, oiseaux et mammifères.

Observation de traces sur une ulna de canidé par Adrian Balasescu et Noelle Provenzano (site de Taraschina) (R. Furestier)

Parmi les mollusques, les coquillages genre Unio sont dominants. On note par ailleurs les restes de carapaces et de plastrons de tortue aquatique Emys orbicularis. Les mammifères sont essentiellement  représentés par des espèces domestiques : le bœuf, le mouton, la chèvre et le cochon. On observe également des faunes sauvages telles que le cerf ou le sanglier. Ces espèces sauvages décrivent un milieu naturel extrêmement diversifié, peut-être forestier, que l’on pourrait opposer à un paysage ouvert que soutend la pratique de l’élevage de bovins et d’ovicaprinés.

La poursuite de l’étude des faunes chassées et collectées devrait permettre de mieux connaître la nature de l’environnement naturel parcouru par les habitants de la zone de Taraschina, vers 4500 avant J.C. L’analyse des espèces élevées permettra quant à elle de mieux comprendre la gestion des troupeaux, et, peut-être, de déterminer l’existence éventuelle des pratiques spécialisées.

Décompter, peser, cartographier

Au printemps 2010, la mission conduite sur le site de Taraschina (Mila 23) s’était accompagnée, en fin de séjour, du traitement d’une partie du mobilier archéologique issu de la prospection de surface et des sondages (lavage, tri, décompte des artefacts…). L’analyse des mobiliers restait à faire.

Mobilier archéologique lavé, en cours de séchage à Mila 23
Lavage du mobilier du site de Taraschina

Dans cet objectif, l’équipe réunie cet été à la base archéologique de Celic Dere a choisi de réaliser une base de données permettant de quantifier chacun des types de matériaux (céramique, silex taillé, restes osseux, fragments de grès…)  récoltés en prospection ou recueilli dans chacun des ensembles stratigraphiques. À ce jour, plus de 8000 tessons de céramique ont été collectés sur le site, puis inventoriés et dessinés (lorsqu’ils présentaient une forme caractéristique).

L’exploitation de cette base de données permet d’établir des cartes thématiques, comme ici la distribution des céramiques en surface du site. La présence de fortes concentrations suggère l’existence de zones de rejet ou la présence d’unités d’habitation.

Site de Taraschina. Carte de répartition du mobilier céramique issu des prospections de surface.

L’industrie lithique de Taraschina : premières données

Florian Mihail et Robin Furestier viennent d’engager l’étude de l’industrie lithique taillée recueillie sur le site de Taraschina lors des prospections de surface. Chaque pièce a été marquée, mesurée et à fait l’objet d’un inventaire. Pour l’occasion, une base de données spécifiquement dédiée à l’enregistrement des données typologiques, technologiques, taphonomiques et tracéologiques à été conçue par Michel Maillé. L’emploi de cette base de données sera étendu à l’ensemble des séries lithiques examinées dans le cadre du projet (sites de Luncavita, de Carcaliu…).

Étude de l'industrie lithique de Taraschina par R. Furestier et Fl. Mihail

À Taraschina, les premiers travaux montrent que la prospection de surface a livré un petit ensemble de 24 pièces. L’importante proportion de l’outillage (13 outils) constitue une caractéristique forte de cette petite série lithique (plus de 50 % des pièces). En revanche, la variabilité de l’outillage est faible ; les grattoirs sur lames ou éclats, de morphologies variées, représentent près de 50 % des outils. Le reste de l’outillage est composé de pièces à retouches marginales. Malgré un faible corpus, la série lithique de Taraschina semble témoigner d’une gestion spécifique des matières premières, pour la production de lames et d’éclats. La prépondérance des grattoirs est une caractéristique classique des sites chalcolithiques de la culture de Gumelniţa.

Tri des pièces lithiques de Taraschina

L’atelier lithique a donné lieu à l’organisation d’un stage d’initiation aux méthodes d’étude de l’industrie lithique, animé par Robin Furestier.

Tri du matériel par type de matière première

Une mission d’étude au centre archéologique de Celic Dere

L’ensemble de l’équipe s’est retrouvé à la base archéologique de Celic Dere du 23 juillet au 9 août 2010. Suite à la campagne de fouille qui s’est déroulée au printemps 2010 sur le site de Taraschina, une partie de la mission a été consacrée à l’étude des mobiliers et à la rédaction du rapport de fouille.

L’ICEM a mis à notre disposition le centre de recherche pré et protohistorique de Celic Dere. Cette base archéologique, crée par G. Simion, ancien directeur de l’ICEM décédé au printemps 2010, a abrité pendant de nombreuses années les campagnes de fouille que réalisait Monsieur Simion sur la nécropole protohistorique de Celic Dere, distante de quelques kilomètres de la base, dans la forêt.

La base archéologique de Celic Dere (R. Furestier)

Isolée dans la campagne roumaine, cette base offre un cadre idyllique pour une équipe de chercheurs. Coupé du téléphone portable et de l’internet, toutes les conditions étaient réunies pour que s’engage un travail collectif.

Célic Dere est réputé pour son monastère fondé vers le milieu du XIXe siècle par des moines qui avaient séjourné au mont Athos. Celic Dere a constitué un le pôle important de l’église orthodoxe dans la région du delta du Danube. Le monastère est aujourd’hui occupé par des nonnes.

Le monastère de Celic Dere à l'arrière plan d'un champ de tournesols (R. Furestier)

Il suffisait d’ajouter à la quiétude de ce lieu les excellents repas préparés par Petrana, gardienne du centre archéologique, pour assurer la réussite de cette première mission d’étude. Merci à elle pour son accueil et sa gentillesse dans les conditions de crise que traverse aujourd’hui la Roumanie…

Petrana aux fourneaux (R. Furestier)