Archives de catégorie : Étude

Etudier l’histoire des inondations dans la vallée de Cetatuia sur la longue durée (Luncavita, Roumanie)

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’UMR 5602 Géode, l’équipe de la mission archéologique a obtenu un financement pour étudier les crises hydro-sédimentaires et la gestion des risques dans un petit bassin versant connecté au Danube :  la vallée de Cetatuia (Dobroudja, Roumanie).

Le projet « CHRISTO » a pour objectif de déterminer les trajectoires du risque torrentiel dans cette vallée. Ce bassin versant du Danube prend sa source dans une zone de petites montagnes situées à 250 m d’altitude puis il rejoint le cours du fleuve à une altitude de 15 m. Notre objectif est de déterminer les différentes trajectoires socio-environnementales, dans un contexte de changements de gestion de l’espace rural, de l’évolution des régimes de torrentialité et des tendances climatiques. En utilisant différents types de sources et en les croisant (archives sédimentaires, archives cartographiques et historiques, photographies anciennes, entretiens,…), nous caractériserons le régime des crues et des événements extrêmes qui se sont produits ces 500 dernières années. Il s’agira également d’observer le rôle des dispositifs d’atténuation et de protection mis en place plus récemment. Le projet ambitionne de proposer la mise en œuvre d’un dispositif de suivi hydrométéorologique de manière à mieux cerner les tendances des dynamiques contemporaines et la gestion du risque d’inondation dans le bassin versant.

Un travail préliminaire avait déja été conduit en 2015, dans cette vallée, avec la réalisation de plusieurs carottages.

Prélèvement d’une carotte sédimentaire (log) a l’aide d’un carottier à percussion
Mise en place du carottier
Extraction d’un log
Extraction de la carotte

Les données géomorphologiques recueillies permettent de reconstruire les évolutions du bassin versant durant les 500 dernières années. Nous disposons de plusieurs carottes sédimentaires (dont l’une de 5 mètres) couvrant l’ensemble du dernier millénaire, et dont la base est datée de 970+-30 BP (1017-1150 AD).

Fermeture d’une carotte tubée

Cette évolution rapide sur cet intervalle pourrait être liée aux effets combinés d’une augmentation de l’anthropisation et des évolutions climatiques propres au dernier millénaire. Cette évolution est cohérente avec les données récentes obtenues sur l’évolution du delta du Danube qui montrent une forte accélération de la sédimentation au cours de cette période.

4 mètres de carottes tubées prélevées dans la vallée de Cetatuia

A partir des données acquises dans le cadre de ce projet, nous souhaitons poser les réflexions et bases pour différentes actions futures :
– mise en place d’un site instrumenté et d’un observatoire (mesures météo, monitoring zones d’érosion, observation de l’évolution des zones, ouvrages de remédiation ou d’atténuation) ;
– développer les observations à l’échelle d’autres bassins versants moins impactés et développer un modèle régional ;
– travailler sur le lien entre crues des contributeurs et Danube ;             – questionner l’impact urbain pour la zone Tulcea, le développement de l’urbanisme et l’augmentation des évènements extrêmes.

Equipe scientifique :
Philippe Valette (responsable), Jean-Marc Antoine (Univ. Jean-Jaurès), Albane Burens (CNRS), Laurent Carozza (CNRS), Cristian Micu (ICEM), Jean-Michel Carozza (Univ. La Rochelle)

Mission d’étude des céramiques de l’habitat Néolithique ancien « Cris » de Negrilesti, au musée d’Histoire et d’Archéologie de Galati

En collaboration avec le musée de Galati et Costel Ilie, responsable de la fouille archéologique de Negrilesti, l’équipe franco-roumaine de la mission « Archéologie du delta du Danube » a engagé l’étude d‘ensembles céramiques et lithiques datant du Néolithique ancien.

Musée d’histoire, d’Archéologie et d’Ethnologie de Galati.
Département « Néolithique » du Musée de Galati

Ces mobiliers archéologiques sont issus d’un habitat situé le long d’un affluent du Siret, actuellement en cours de fouille par l’équipe du musée de Galati, sous la direction de Costel Ilie.

Ce site  revêt une importance majeure quant à nos connaissances du début de l’Holocène et du processus de néolithisation du bas Danube. En effet, sur l’ensemble du littoral de la mer Noire et dans la zone aval du bas Danube (Dobroudja et plaine roumaine), nous ignorons tout du processus de néolithisation, car aucun site n’y a, jusqu’à présent, été mis au jour. Sur le cours moyen du Siret et du Prut, nous connaissons en revanche des occupations attribuées au Néolithique ancien (culture Cris). Ces sites, souvent enfouis sous plusieurs mètres d’alluvions, sont encore largement méconnus.

D’un point de vue archéologique, l’objectif de cette étude est de caractériser la typologie et la technologie des récipients en céramique, l’origine des matières premières, les chaînes opératoires de fabrication et la fonction des récipients.

En avril 2018, une première mission d’étude a été réalisée par Laurent Carozza au musée de Galati, en collaboration avec Costel Ilie. Cette mission a permis l’étude de plus de 700 pièces céramiques.

Dessin des poteries néolithiques du site de Negrilesti (culture Cris) par L. Carozza en avril 2018.

Une seconde session se tiendra à l’automne. Elle viendra compléter les études engagées par Adrian Balasescu sur les faunes, et une première étude publiée de l’industrie sur matières dures animales (Belbiman, Ilie, Sztancs 2015 Artefacts made of osseous raw materials discovered at Negrileşti-„curtea şcolii” site, Galaţi county).

Vectorisation des dessins
Dessin de fragments de poteries issues de la fosse 10 du site de Negrilesti (L. Carozza CNRS UMR 5602 GEODE).

Renouvellement de la mission franco-roumaine « delta du Danube » (2018-2021)

La mission archéologique « delta du Danube », créée en 2010 puis renouvelée en 2014, vient d’être reconduite pour un nouveau contrat quadriennal (2018-2021) par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Depuis 2010, la mission s’est donné pour objectif d’étudier le peuplement de la zone du bas Danube au cours de la Préhistoire récente (du Néolithique à l’âge du Bronze) et les relations qu’entretenaient les sociétés avec leur environnement.

L’achèvement de la fouille du tell chalcolithique de Taraschina constitue la priorité de ce dernier contrat. L’enjeu de la fouille réside dans l’étude d’une zone d’habitats, formée d’unités d’habitations incendiées datant du 45e siècle avant notre ère. Dans cette zone, les bâtiments sont particulièrement bien conservés et présentent des murs en élévation et des niveaux d’effondrement des architectures en terre crue. Toute la question est, pour l’équipe franco-roumaine, de mieux comprendre  les modalités de l’abandon temporaire du tell, vers 4450-4350 BC, et le développement du nombre des unités d’habitations incendiées.

Parallèlement à la fouille et à la publication du site de Taraschina, l’équipe poursuivra l’étude de plusieurs sites inédits et prépare la publication des données acquises entre autres sur le tell de Luncavita et le site de Carcaliu.

Couverture du rapport 2014-2017 de la mission archéologique « delta du Danube ».

Après de nombreuses présentations à la communauté scientifique, l’équipe a souhaité valoriser ses travaux auprès du grand public dans le cadre de l’exposition « Entre terre et eau – crises sociales et environnementales dans le delta du Danube il y a 6200 ans », organisée à la Cité de la Préhistoire (structure intégrée au Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac, Ardèche, France),  en étroite collaboration avec le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Tulcea (Dobroudja, Roumanie), sous l’égide de l’Institut éco-muséal (ICEM). Cette manifestation est soutenue par l’Institut Français de Bucarest. Elle ouvrira ses portes au public français en avril 2018. Une version itinérante de l’exposition sera présentée en Roumanie au sein de différents musées d’archéologie et dans
les représentations françaises au travers de 4 Instituts Français.
Dans le cadre de la « Saison France-Roumanie », l’équipe organisera en juin 2019 un colloque international intitulé « « Géohistoire des zones humides : artificialisation, restauration, adaptation ». Ce colloque, qui se tiendra en Roumanie, sera organisé conjointement par les membres de la mission archéologique « delta du Danube », le CNRS et le Site d’Etude en Ecologie Globale Danube, l’UMR GEODE, le Groupe d’Histoire des Zones Humides, l’ICEM et l’Institut du Delta du Danube.

Présentation du site Dambul lui Haralambie (Roumanie) au colloque Pontica 2014

À l’occasion de la session internationale « Pontica 2014 » organisée par le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Constanta (Roumanie) les 2 et 3 octobre derniers, Sorin Ailincai a présenté, au nom de l’équipe franco-roumaine de la mission Delta du Danube, les travaux conduits sur le site chalcolithique submergé de Dambul lui Haralmabie.

 Titre de la communication :

Dambul lui Haralmabie (Commune de Crisan – dept de Tulcea) – un nouvel habitat chalcolithique submergé dans le delta du Danube.

 Auteurs :

CristianMicu (ICEM Tulcea), Laurent Carozza (UMR 5602), Jean-Michel Carozza (UMR 5602 et Université de Strasbourg), Florian Mihail (ICEM Tulcea), Tiberiu Groparu (Doctorant à l’Université Toulouse 2,), Erwan Messager (UMR 7264), Sorin Ailincai (ICEM Tulcea), Albane Burens (UMR 5602), Mihaela Danu (Université  Alexandru Ioan Cuza de Iasi), M. Haralambie, Catalin Mihail

Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine
Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine

 Résumé de la communication :

Les recherches récentes conduites dans le delta du Danube ont permis de mettre au jour un nouvel établissement daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère. Ce site se trouve à moins de trois kilomètres du tell submergé de Taraschina (commune de Maliuc), fouillé par la mission Franco-Roumaine, sous la direction de Cristian Micu. Le site a été découvert fortuitement par M. Haralambie qui a collecté, dans cette zone, du mobilier archéologique.

Le site Haralambie se trouve sur la rive gauche du canal Sontea, en face du petit canal artificiel Bucla, reliant le bras de Sulina au canal de Sontea. Les travaux d’aménagements de cette zone et l’édification de digues et de plateformes de stockage de roseaux ont provoqué des modifications importantes du milieu. Le tracé actuel du canal Sontea est ici totalement artificiel. Le mobilier archéologique a été collecté sur la berge, peu après des travaux de recalibrage du canal Sontea, dans les sédiments rejetés par la drague. Selon Monsieur Haralambie, inventeur du site, le sédiment est ici « brun et organique, mais on distingue également une argile jaune ».

Depuis la découverte du site, les prospections réalisées en période de basses eaux par Catalin Mihail ont permis de collecter de nombreux outils lithiques ainsi que de la céramique. Parmi les éléments de forme, on observe la présence d’un petit gobelet biconique et d’une petite écuelle carénée à bord ouvert. Les comparaisons typologiques permettent d’attribuer ce lot à la culture de Gumelnita.

Le mobilier lithique est constitué d’une centaine de pièces. L’essentiel de cette industrie a été réalisé sur de la matière première importée, issue de la plateforme Balkanique. On observe cependant un débitage sur matière locale, dont la source semble située en Dobroudja. Les stratégies technologiques s’inscrivent pleinement dans le modèle connu pour la culture Gumelnita. L’assemblage typologique varié (lames, grattoirs, pièces esquilées…), caractéristique des habitats, décrit un éventail d’activités pratiquées par une communauté dynamique.

 Aucun horizon archéologique n’ayant été décelé en surface ou dans les coupes du canal de Sontea, des carottages ont été réalisés dans la zone où apparaît le mobilier remonté en surface par les dragages. Les différentes carottes montrent qu’un ou deux horizon(s) archéologique(s) apparai(ssen)t entre les cotes de -2,50 et 2,80 sous la surface. Il s’agit de niveaux organiques, avec du mobilier archéologique. Deux datations C14 confirment la datation comprise entre 4647-4460 BC pour la base et 4614-4266 BC pour la dernière occupation reconnue. Les niveaux archéologiques sont aujourd’hui recouverts par plus de 2 mètres de sédiments fluvio-lacustres.

 Cet habitat aujourd’hui submergé, indique, à l’instar du tell de Taraschina, que durant la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, cette zone de l’actuel delta du Danube formait une plateforme exondée, située non loin de chenaux du Danube.

  Cette recherche a bénéficié du soutien du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes français dans le cadre de la mission archéologique franco-roumaine dirigée par L. Carozza et C. Micu, d’un financement via le PHC Franco-Roumain Brancusi dirigé par A. Burens et S. Ailincai. Des analyses ont été réalisées dans le cadre du Site d’Etude en Ecologie Globale « delta du Danube » financé par l’Institut Ecologie Environnement du CNRS.

Vue synthétique de la stratigraphie du site chalcolithique de Taraschina

À la veille d’une nouvelle campagne de fouille sur le site de Taraschina, le travail de synthétisation de la stratigraphie du site était d’actualité. C’est désormais chose faite avec la production du tout nouveau diagramme stratigraphique de la zone 2 !

Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)
Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)

L’analyse des unités stratigraphiques (Us) des sites stratifiés est essentielle à la compréhension de la chronologie des sites. Le diagramme stratigraphique représente l’ensemble de la chronologie stratigraphique du site sous une forme graphique simplifiée (Harris 1979) qui structure notamment les relations entre les différentes Us. Il présente les relations d’antériorité, de postériorité et de contemporanéité des unités stratigraphiques déterminées sur le terrain lors de la fouille.

Sur ce diagramme les Us sont mises en relation avec le relevé des carottes réalisées sur le site (à gauche et à droite du diagramme). Le niveau de la nappe phréatique est représenté en bleu, ce qui met clairement en évidence que les niveaux d’occupation anthropiques les plus anciens sont aujourd’hui ennoyés. Le substrat lœssique (représenté en jaune) est quant à lui recouvert par les eaux du Danube sur plus d’un mètre de hauteur.

 

Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.
Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.

Le diagramme fournit une première lecture chronologique relative du site. Il sera complété après la mission de septembre et octobre prochains.

Fin du premier quadriennal de la Mission Archéologie du delta du Danube

En cet automne 2013, nous fêtons (déjà) la fin de la quatrième année de la mission du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes « Archéologie du delta du Danube ». Plus de 20 personnes forment le cœur de l’équipe scientifique et nombre de collaborateurs participent activement à ses travaux.

Ces quatre années auront été l’occasion de tisser des liens forts avec des équipes de recherche roumaines : l’Institut de recherche Eco-Muséal de Tulcea, l’Université de Iasi, le Musée d’Histoire de la Roumanie, l’Institut Geo-Eco-Mar… et les institutions gestionnaires du delta du Danube (la Réserve Biosphère, l’Institut de Recherche sur le delta du Danube, le Conseil Départemental de Tulcea).

Notre équipe occupe aujourd’hui un rôle moteur dans le développement des recherches archéologiques et paléo-environnementales en Dobrodgea.

Nous sommes particulièrement heureux que l’institut INEE du CNRS ait récemment créé (pour appuyer nos travaux) un rétro-observatoire des relations société-environnement dans le delta du Daube (SEEG – Site d’Etude en Ecologie Globale, L. Carozza dir.).

Le bilan quadriennal 2010-2013 de la mission, fort de ses 430 pages, vient d’être envoyé au MAEE, dans l’espoir que le Ministère nous renouvelle sa confiance pour 4 années supplémentaires…

couverture du rapport 2010-2013 de la mission "delta du Danube"
couverture du rapport 2010-2013 de la mission « delta du Danube »

Proposition de contrat doctoral – UMR 5602

L’UMR 5602 lance un appel à candidature sur un CDU (Contrat Doctoral Unique) sur le thème : ‘Trajectoire d’évolution d’un système deltaïque anthropisé par l’étude couplée archives cartographiques – archive sédimentaires : Le delta du Danube au cours des 300 dernières années »

Contact : Jean-Michel Carozza carozza@unistra.fr

Délais de réponse : 4 septembre 2013 , délais de rigueur.

Les dossiers de candidature sera envoyés par courrier électronique en 3 exemplaires à :

– Jean-Michel Carozza, directeur de thèse carozza@unistra.fr

– Didier Galop, Directeur de l’Unité (didier.galop@univ-tlse2.fr )

– Dominique Laffly, Président de la commission doctorale (dominique.laffly@univ-tlse2.fr ).

 

Téléchargez le profil du contrat doctoral ici :

Contrat doctoral Danube (GEODE)

Création d’un rétro-observatoire des changements sociaux et environnementaux dans le delta du Danube

La récente obtention d’un partenariat Hubert Curien entre la France et la Roumanie, intitulé « Archéologie du delta du Danube : un rétro-observatoire des changements sociaux », vient poser la première pierre d’un projet porté par le laboratoire GEODE (UMR 5602 du CNRS à Toulouse) et l’ICEM de Tulcea.

L’idée est de créer, dans la zone aval du cours du Danube – soit en plein cœur de la réserve UNESCO -, un rétro-observatoire des relations société-environnement. Le milieu y est en effet particulièrement exposé aux changements environnementaux (notamment durant le premier Holocène : 6000-3000 bc). Ce type d’outils, inédits en Roumanie, a notamment pour objectif de favoriser l’émergence de recherches inter-disciplinaires.

Un pêcheur du delta du Danube

Deux principales thématiques seront abordées dans le cadre du PHC :

1- l’analyse des modalités du peuplement du Néolithique au Moyen-Âge par l’exploitation d’archives archéologiques et géo-archéologiques (le programme est adossé à la mission archéologique Delta du Danube dirigée par L. Carozza) ;

2- l’étude de l’artificialisation de l’environnement par la détermination de l’impact des aménagements modernes (i.e. post XVIIe siècle) sur les milieux, dans le but d’évaluer leur poids dans les altérations actuelles du fonctionnement des milieux « naturels ». L’étude des archives cartographiques et textuelles permettra, au-delà d’un travail éco-historique autour de la micro-zone de Taraschina, la réalisation d’un atlas cartographique.

Ce dispositif original doit compléter la création -que nous espérons prochaine – d’un SEEG (Site d’Étude en Ecologie Globale) de l’Institut INEE du CNRS.

Carte du Delta du Danube datée de 1771 (Commission européenne du Danube)

 

Numérisation 3D d’une statuette Gumelnita du site de Taraschina

En 2011, la découverte d’une statuette anthropomorphe au fond d’un silo du site de Taraschina a constitué un moment fort sur le terrain, car ce type d’objet est rarement trouvé dans un contexte d’habitat. L’étude typologique et technologique de cette pièce exceptionnelle en os, attribuée à la phase A1 de la culture Gumelnita, a permis d’établir que le fragment découvert correspondait vraisemblablement à une ébauche et que le processus de fabrication de la statuette aurait été interrompu avant l’achèvement complet de la pièce.

C’est dans le but de permettre une analyse technologique plus poussée de la pièce, par F. Mihail et N. Provenzano, que l’équipe a décidé de numériser en 3 dimensions la statuette.

Modèle numérique 3D mappé de la statuette anthropomorphe Gumelnita (au format pdf 3D).

Ce travail a été réalisé grâce à un scanner à bras de la plateforme 3D du laboratoire toulousain GEODE (UMR 5602 – UMR 7005). Ce scanner est équipé d’une tête laser dont la précision infra-millimétrique atteint les 35μm (19200 points/seconde). Cette nouvelle génération de scanner laser terrestre offre une résolution d’autant plus fine que l’inclinaison de la tête laser, dans toutes les orientations, permet de pallier au phénomène des zones d’ombres induites par d’autres types de scanners.

Numérisation 3D de la statuette à l’aide du scanner à bras ScanArm. La statuette est fixée sur une pince permettant de la numériser sous toutes ses faces (plateforme 3D GEODE UMR 5602 / UMR 7002).

 

Visualisation sur écran PC de la numérisation 3D en cours de la statuette (logiciel Geomagic).

Un jeu de photographies haute résolution de la statuette a été mappée sur le nuage de points 3D, afin de donner au modèle numérique un rendu photo-réaliste.

 

Mappage du modèle numérique 3D à l’aide de photographies haute définition de la statuette en os (Emmanuel MOISAN – INSA Strasbourg).

Un export du fichier au format pdf3D permet aux chercheurs de l’équipe de visualiser la pièce en 3D, actuellement conservée au musée d’archéologie de Tulcea (ICEM), mais surtout de réaliser des observations fines (prises de mesures, examen des stries de fabrication, extraction automatique des sections de l’objet…). Le modèle 3D permet notamment de visualiser en détail la morphologie des perforations effectuées par rotation en bordure de la tête de la statuette et de mieux appréhender les modalités de fabrication de l’objet qui, de toute évidence, paraît avoir été réalisé par une personne inexpérimentée, en témoignent les nombreuses maladresses jalonnant l’ensemble des étapes de la fabrication de la statuette.

Réalisation de coupes et prises de mesures sur le modèle numérique de la statuette (pdf 3D).

Une présentation de cette étude sera faite au colloque EAA intitulé « From Bone to Bead : Developments in European Research on Worked Osseous Materials », qui se tiendra fin août à Helsinki.

Une cuisson expérimentale à Issaccea

Les observations technologiques réalisées l’année passée sur le mobilier du site Gumelnita A2 de Carcaliu avaient permis à Albane et Sorin de mettre en évidence trois chaînes opératoires de façonnage et de finition de ce bel ensemble céramique chalcolithique. Ces chaînes opératoires sont notamment caractérisées par l’emploi de plusieurs techniques de montage, parfois combinées entre elles : le montage au colombin, le modelage et le battage. Cette étude préliminaire tendait à privilégier l’hypothèse d’un système de production local, reflétant la maîtrise de savoir-faire techniques complexes et variés.

La mission organisée à Issacea cet été à été l’occasion de conduire un travail expérimental visant à reproduire expérimentalement les différents types de récipients de Carcaliu (jarres, écuelles, gobelets, couvercles…) selon les étapes de façonnage et de finition des 3 chaînes opératoires reconstituées. L’objectif était pour nous de comparer les référentiels expérimentaux avec leurs homologues archéologiques, dans le but de valider ou d’invalider les modèles de reconstitution proposés en 2010.

Le travail de montage et de finition des céramiques a été réalisé par Albane et Sorin en une semaine. Le façonnage des pièces n’a pas posé de difficultés majeures même si les fortes chaleurs estivales nous ont contraint à éviter de multiplier les temps de pause dans le montage des vases. L’étape de séchage a nécessité environ une semaine, ce qui s’est avéré un peu sous estimé pour les jarres les plus volumineuses, aux parois épaisses.

Façonnage de céramique selon les chaînes opératoires définies à partir des stigmates observés sur la cérie céramique chalcolithique de Carcaliu

La cuisson des poteries a été réalisée à proximité du dépôt archéologique d’Issaccea, selon le procédé dit «de la meule ouverte. Après un temps de préchauffage des poteries autour du feu, les vases ont été positionnés au centre du foyer et recouverts de combustible. La cuisson à proprement parlé a duré une quarantaine de minutes. Nous avons ensuite recouvert le foyer de matière organique humide, afin notamment de protéger les vases d’un refroidissement trop rapide: un vent assez fort soufflait en effet depuis le début de la matinée.

Cuisson et défournement des poteries expérimentales

Si l’on excepte les 2 jarres les plus volumineuses [dont le temps de séchage trop court a induit l’éclatement d’une partie de la surface extérieure des vases], la cuisson s’est parfaitement déroulée, livrant une fournée d’écuelles, gobelets, couvercles et statuettes aux couleurs chamois à noir.

Après observation de la surface des récipients expérimentaux, les céramiques ont été fracturées dans le but d’en étudier également la section, à titre comparatif avec leurs homologues archéologiques. Le travail de comparaison, actuellement en cours, a permis de valider les observations effectuées sur le mobilier archéologique. La publication de ces travaux est prévue pour la fin de l’année 2011.

Fracturation des céramiques expérimentales pour observer les stigmates de montage en section