Archives de catégorie : colloques

Présentation du site Dambul lui Haralambie (Roumanie) au colloque Pontica 2014

À l’occasion de la session internationale « Pontica 2014 » organisée par le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Constanta (Roumanie) les 2 et 3 octobre derniers, Sorin Ailincai a présenté, au nom de l’équipe franco-roumaine de la mission Delta du Danube, les travaux conduits sur le site chalcolithique submergé de Dambul lui Haralmabie.

 Titre de la communication :

Dambul lui Haralmabie (Commune de Crisan – dept de Tulcea) – un nouvel habitat chalcolithique submergé dans le delta du Danube.

 Auteurs :

CristianMicu (ICEM Tulcea), Laurent Carozza (UMR 5602), Jean-Michel Carozza (UMR 5602 et Université de Strasbourg), Florian Mihail (ICEM Tulcea), Tiberiu Groparu (Doctorant à l’Université Toulouse 2,), Erwan Messager (UMR 7264), Sorin Ailincai (ICEM Tulcea), Albane Burens (UMR 5602), Mihaela Danu (Université  Alexandru Ioan Cuza de Iasi), M. Haralambie, Catalin Mihail

Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine
Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine

 Résumé de la communication :

Les recherches récentes conduites dans le delta du Danube ont permis de mettre au jour un nouvel établissement daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère. Ce site se trouve à moins de trois kilomètres du tell submergé de Taraschina (commune de Maliuc), fouillé par la mission Franco-Roumaine, sous la direction de Cristian Micu. Le site a été découvert fortuitement par M. Haralambie qui a collecté, dans cette zone, du mobilier archéologique.

Le site Haralambie se trouve sur la rive gauche du canal Sontea, en face du petit canal artificiel Bucla, reliant le bras de Sulina au canal de Sontea. Les travaux d’aménagements de cette zone et l’édification de digues et de plateformes de stockage de roseaux ont provoqué des modifications importantes du milieu. Le tracé actuel du canal Sontea est ici totalement artificiel. Le mobilier archéologique a été collecté sur la berge, peu après des travaux de recalibrage du canal Sontea, dans les sédiments rejetés par la drague. Selon Monsieur Haralambie, inventeur du site, le sédiment est ici « brun et organique, mais on distingue également une argile jaune ».

Depuis la découverte du site, les prospections réalisées en période de basses eaux par Catalin Mihail ont permis de collecter de nombreux outils lithiques ainsi que de la céramique. Parmi les éléments de forme, on observe la présence d’un petit gobelet biconique et d’une petite écuelle carénée à bord ouvert. Les comparaisons typologiques permettent d’attribuer ce lot à la culture de Gumelnita.

Le mobilier lithique est constitué d’une centaine de pièces. L’essentiel de cette industrie a été réalisé sur de la matière première importée, issue de la plateforme Balkanique. On observe cependant un débitage sur matière locale, dont la source semble située en Dobroudja. Les stratégies technologiques s’inscrivent pleinement dans le modèle connu pour la culture Gumelnita. L’assemblage typologique varié (lames, grattoirs, pièces esquilées…), caractéristique des habitats, décrit un éventail d’activités pratiquées par une communauté dynamique.

 Aucun horizon archéologique n’ayant été décelé en surface ou dans les coupes du canal de Sontea, des carottages ont été réalisés dans la zone où apparaît le mobilier remonté en surface par les dragages. Les différentes carottes montrent qu’un ou deux horizon(s) archéologique(s) apparai(ssen)t entre les cotes de -2,50 et 2,80 sous la surface. Il s’agit de niveaux organiques, avec du mobilier archéologique. Deux datations C14 confirment la datation comprise entre 4647-4460 BC pour la base et 4614-4266 BC pour la dernière occupation reconnue. Les niveaux archéologiques sont aujourd’hui recouverts par plus de 2 mètres de sédiments fluvio-lacustres.

 Cet habitat aujourd’hui submergé, indique, à l’instar du tell de Taraschina, que durant la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, cette zone de l’actuel delta du Danube formait une plateforme exondée, située non loin de chenaux du Danube.

  Cette recherche a bénéficié du soutien du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes français dans le cadre de la mission archéologique franco-roumaine dirigée par L. Carozza et C. Micu, d’un financement via le PHC Franco-Roumain Brancusi dirigé par A. Burens et S. Ailincai. Des analyses ont été réalisées dans le cadre du Site d’Etude en Ecologie Globale « delta du Danube » financé par l’Institut Ecologie Environnement du CNRS.

Paysages fluviaux du delta du Danube : présentation d’un poster au colloque « Deltas and Wetlands »

Dans le cadre du 22e colloque scientifique « Deltas and Wetlands », qui s’est tenu à Tulcea (Roumanie) du 17 au 19 September dernier, Tiberiu Groparu (étudiant à l’université de Toulouse II) a présenté une partie des travaux qu’il a conduit sur le delta du Danube dans le cadre de son stage de Master 2 (avec Philippe Valette, Albane Burens, Jean-Michel Carozza et Laurent Carozza).

Le poster retrace, sur la base d’une approche géohistorique, l’évolution de l’hydrosystème et des paysages  fluviaux de la partie centrale du delta.

Tibériu Groparu a notamment mis à profit pour cette étude l’abondante documentation cartographique (datant du 19e siècle à nos jours) qu’il a rassemblée dans le cadre de son stage.

Tibériu, membre de l’équipe scientifique de la mission delta du Danube, est aujourd’hui inscrit en thèse sur le sujet « Trajectoire d’évolution d’un système deltaïque anthropisé par l’étude couplée archives cartographiques – archive sédimentaires : le delta du Danube au cours des 300 dernières années ».

Poster présenté au colloque "Deltas and Wetlands"
Poster présenté au colloque « Deltas and Wetlands »

colloque d’Alexandria – 3-5 novembre 2010

Au début du mois de novembre, l’équipe de la mission archéologique a présenté une communication à l’occasion du colloque international « the Lower Danube in Prehistory : landscape changes and human-environment interactions ». Organisé dans le cadre du programme « Art Landscape Transformation EC Project 2007 – 4320 » coordonné par l’université de Cardiff, ce colloque a réuni des archéologues et des paléo-environnementalistes travaillant en Roumanie mais également en Bulgarie. L’équipe tient plus particulièrement à remercier Pavel Mirea, conservateur du Teleorman County Museum, pour son invitation.

Dans l’attente de la publication très prochaine des actes de ce colloque, nous pouvons présenter le résumé de notre contribution.

Résumé :

Les fouilles archéologiques conduites sur l’habitat Chalcolithique de Taraschina (Mila 23), permettent de jeter un nouveau regard sur la plus ancienne occupation préhistorique avérée dans le delta du Danube. L’habitat de Taraschina forme actuellement une paléo-topographie bombée qui émerge d’environ 1 m au-dessus de la surface marécageuse du delta du Danube.

Les carottages réalisés sur le site archéologique montrent l’alternance de niveaux organiques, formés de déchets domestiques et de sols archéologiques avec des niveaux peu ou faiblement anthropisés. Les carottages réalisés sur le gisement montrent une forte homogénéité spatiale dans l’alternance de niveaux domestiques et de phase d’abandon. La séquence stratigraphique de cet habitat, puissante de 3 m, livre 4 niveaux d’occupation principaux qui s’échelonnent entre 4850 et 4350 bc.

En surface, les vestiges archéologiques sont inégalement répartis. Si la partie centrale du gisement présente une faible densité de vestiges, ces derniers sont très fréquents à la périphérie du site. Dans ce secteur, la fouille d’une première zone, a permis de mettre en évidence, sous le niveau de terre de labour, d’un premier niveau archéologique. La présence de grandes fosses, profondes de plus de 1,1 m, montre que l’on se trouve en bordure de la zone habitée.

L’analyse de ces dépotoirs permet de caractériser l’environnement durant le Chalcolithique (culture de Gumelnita A1), entre 4500 et 4300 bc. Les analyses archéozoologiques indiquent que le milieu était alors ouvert comme le montre la présence de mammifères domestiques. L’assemblage faunique traduit un milieu naturel extrêmement riche et diversifié avec des espaces forestiers, des espaces ouverts et des milieux humides (lacs, bras morts…).

Communication au colloque INQUA de Rhodes (septembre 2010)

Du 27 septembre au 5 octobre 2010, l’équipe du projet “Archéologie du delta du Danube” a participé à Rhodesau colloque INQUA 501- IGCP 521 Six Plenary Meeting.  Ce colloque a été pour nous l’occasion de presenter les premiers résultats obtenus lors de la campagne de terrain 2010. L’obtention de 9 datations C14 nous permet notamment aujourd’hui de mieux apprehender les rythmes du peuplement de la zone du bas Danube et d’envisager différents scénarii relatifs à l’évolution paléogéographique du delta du Danube. Le résumé de la communication est proposé ci-dessous :

New data on the archaeological settlement and paleogeography of the Lower Danube area (Romania)

par L. Carozza, J.-M. Carozza, C. Micu, S. Ailincai, D. Radu, C. Haita, M. Florea, A. Burens, F. Mihail, A. Balacescu, V. Radu

Introduction – Since 2008, the beginning of archaeological and paleo-environmental research has yielded a better understanding of protohistoric settlement in the present-day Danube delta area. Particularly in the zone of Mila 23 (collective of Crişan), archaeological excavations have delivered chronological and stratigraphic data relative to human occupation that began at the start of the 5th millennium BC.

State of archaeological knowledge – Archaeological information is rare in the lower Danube delta, and very little is known about Early Neolithic to Chalcolithic settlement within the delta. Field surveys on the Caraorman and Letea spits have revealed artifacts and construction from antiquity to the Middle Ages. Haşotti (1997) mentions flint finds but without archaeological context and chronological attribution. Vasiliu (1995) excavated tumuli from the Late Bronze Age and Medieval period in the same area. The only discoveries ascribable to the Neolithic were recorded near the delta, on the right bank of the Sfântu Gheorghe branch. Ceramic attributed to the Hamangia Culture (Middle Neolithic) was discovered at Mahmudia (Oberländer-Târnoveanu, 1980:55). Some sherds were found in Nufăru and are attributed to the Gumelniţa Culture (Enéolithic). In addition, Comşa (1971) also mentioned some sherds recovered on Popina Island in Lake Razim.

Field and analytical data – Archaeological excavation and surface surveying, coring, topographic study, and geophysical (magnetic) prospecting were carried out on the site of Taraschina during 2009 and the beginning of 2010. The aim of this work was to characterize the settlement, i.e., extent, nature, etc. and to refine the previous chronological attribution (based on ceramic typology) of the site by radiocarbon dating.

Results – The microtopographic analysis and coring establish that the site of Taraschina is a tell built up from a succession of paleosols, domestic structures, and sterile levels corresponding to the degradation of architecture. This type of stratigraphy is characteristic of this type of building structure. The singular dome shape emerging slightly from the reed bed lends credence to this assumption. The coring results exhibited a stratigraphic succession of at least 3.5 m. Radiocarbon dating of a domestic level at 3.20 m has to be below the present-day top soil was done. Material used for dating was a single seed extracted from an anthropogenic level associated with ceramic fragments and fish bones. Radiocarbon dating (4880–4580 BC) is clearly related to the first half of the 5th millennium and allows us to propose an attribution to the Boian Culture for the beginning of occupation. The abandonment of this site occurred during the Chalcolithic (4500–4300 BC). We observed a reoccupation during antiquity and the Medieval period. Paleo-ecological and stratigraphic data indicate that the archaeological site of Taraschina occupied, during Eneolithic time, an exposed, subaerial zone, probably located near one of the arms of the Danube and/or close to a lagoon.

A look forward – Other archaeological sources make it possible to specify the nature of the settlement network on a regional scale, in particular for the protohistoric period. Detailed cartography of these data has permitted reconstruction of an accurate chronological framework for the fluvial and coastal transformation and refining of our understanding of Danube delta growth. By widening the study surface, the aim of our contribution is to bring archaeological information face to face with paleogeographical sources.

Première diapositive de la présentation présentée au colloque INQUA de Rhodes