Tous les articles par archeologie-danube

L’industrie lithique de Taraschina : premières données

Florian Mihail et Robin Furestier viennent d’engager l’étude de l’industrie lithique taillée recueillie sur le site de Taraschina lors des prospections de surface. Chaque pièce a été marquée, mesurée et à fait l’objet d’un inventaire. Pour l’occasion, une base de données spécifiquement dédiée à l’enregistrement des données typologiques, technologiques, taphonomiques et tracéologiques à été conçue par Michel Maillé. L’emploi de cette base de données sera étendu à l’ensemble des séries lithiques examinées dans le cadre du projet (sites de Luncavita, de Carcaliu…).

Étude de l'industrie lithique de Taraschina par R. Furestier et Fl. Mihail

À Taraschina, les premiers travaux montrent que la prospection de surface a livré un petit ensemble de 24 pièces. L’importante proportion de l’outillage (13 outils) constitue une caractéristique forte de cette petite série lithique (plus de 50 % des pièces). En revanche, la variabilité de l’outillage est faible ; les grattoirs sur lames ou éclats, de morphologies variées, représentent près de 50 % des outils. Le reste de l’outillage est composé de pièces à retouches marginales. Malgré un faible corpus, la série lithique de Taraschina semble témoigner d’une gestion spécifique des matières premières, pour la production de lames et d’éclats. La prépondérance des grattoirs est une caractéristique classique des sites chalcolithiques de la culture de Gumelniţa.

Tri des pièces lithiques de Taraschina

L’atelier lithique a donné lieu à l’organisation d’un stage d’initiation aux méthodes d’étude de l’industrie lithique, animé par Robin Furestier.

Tri du matériel par type de matière première

Une mission d’étude au centre archéologique de Celic Dere

L’ensemble de l’équipe s’est retrouvé à la base archéologique de Celic Dere du 23 juillet au 9 août 2010. Suite à la campagne de fouille qui s’est déroulée au printemps 2010 sur le site de Taraschina, une partie de la mission a été consacrée à l’étude des mobiliers et à la rédaction du rapport de fouille.

L’ICEM a mis à notre disposition le centre de recherche pré et protohistorique de Celic Dere. Cette base archéologique, crée par G. Simion, ancien directeur de l’ICEM décédé au printemps 2010, a abrité pendant de nombreuses années les campagnes de fouille que réalisait Monsieur Simion sur la nécropole protohistorique de Celic Dere, distante de quelques kilomètres de la base, dans la forêt.

La base archéologique de Celic Dere (R. Furestier)

Isolée dans la campagne roumaine, cette base offre un cadre idyllique pour une équipe de chercheurs. Coupé du téléphone portable et de l’internet, toutes les conditions étaient réunies pour que s’engage un travail collectif.

Célic Dere est réputé pour son monastère fondé vers le milieu du XIXe siècle par des moines qui avaient séjourné au mont Athos. Celic Dere a constitué un le pôle important de l’église orthodoxe dans la région du delta du Danube. Le monastère est aujourd’hui occupé par des nonnes.

Le monastère de Celic Dere à l'arrière plan d'un champ de tournesols (R. Furestier)

Il suffisait d’ajouter à la quiétude de ce lieu les excellents repas préparés par Petrana, gardienne du centre archéologique, pour assurer la réussite de cette première mission d’étude. Merci à elle pour son accueil et sa gentillesse dans les conditions de crise que traverse aujourd’hui la Roumanie…

Petrana aux fourneaux (R. Furestier)

Première campagne 2010 sur le site de Taraschina

Quelques semaines à peine après la création de la mission archéologique « Delta du Danube » du Ministère français des Affaires Étrangères et Européennes, l’équipe scientifique franco-roumaine (voir l’onglet « L’équipe scientifique ») a organisé une première session de travail début avril 2010.

Débarquement sur le site de Taraschina

Cette campagne a d’abord été consacrée au géoréférencement du site de Taraschina au GPS différentiel. Ce travail a été coordonne par Mihail Florea, topographe au musée national d’histoire de la Roumanie.

Géoréférencement au GPS différentiel
Implantation des points topographiques

Un des objectifs de cette session de travail sur le terrain était de préciser la localisation au sol des vestiges archéologiques par une prospection fine. Ce travail, déjà amorcé en 2009, a été poursuivi au mois d’avril dans le but d’affiner notre perception des zones de concentration du matériel et de déterminer la part relative des artefacts chalcolithiques par rapport aux éventuelles intrusions post néolithique.

Dans le but de préparer la campagne de fouille programmée pour le mois d’octobre prochain, la terre arable d’un secteur de plus de 70 m2 a été dégagée. Sur cette surface, on a pu recueillir un mobilier archéologique abondant (plus de 3 000 tessons de poterie et autant de fragments d’ossements animaux), à plus de 97% attribuable à la période chalcolithique (culture de Gumelnita A1). À la suite des décomptes effectués sur la globalité du matériel recueilli, on a pu observer que seuls 2,3% du mobilier pouvait être attribué à des occupations postérieures au Chalcolithique.

Décapage d'un secteur de plus de 70 mètres carrés

Parmi le mobilier chalcolithique collecté, on observe la présence d’une industrie lithique abondante, principalement caractérisée par la présence de lames et d’outils (grattoirs…) et d’une dizaine d’outils en os ou bois d’animal. La céramique, bien conservée, présente une forte diversité de formes et de décors.

Présentation de la mission archéologique

La mission archéologique « delta du Danube » que vient de créer la Ministère des Affaires Etrangères et Européennes a pour objectif principal d’étudier la nature du peuplement ancien dans le département de Tulcea, en Roumanie. Ce projet de recherche est centré sur la question des relations que les sociétés entretiennent avec leur environnement et plus spécifiquement sur les stratégies d’adaptation qu’elles ont mises en place lors d’épisodes de changements rapides (changements environnementaux, technologiques, symboliques…). À ce titre, la région du Bas-Danube et la Dobroudja constituent une zone du plus grand intérêt pour appréhender ces mécanismes complexes de co-évolution société-environnement.

carte Dobrougja gumelnita (coul)

L’élévation du niveau marin, et plus particulièrement la hausse du niveau de la mer Noire durant le 5e millénaire avant notre ère, sont à l’origine de transformations majeures de l’environnement et de l’espace géographique (trait de côte, forme du réseau hydrographique…). Nous mesurons encore très mal les conséquences de ces phénomènes sur les sociétés néolithiques et protohistoriques.

Dans cette perspective, notre projet de recherche vise non seulement à définir les causes des changements environnementaux, mais a également pour ambition de juger de la vulnérabilité sociétale face aux contraintes hydro-climatiques.

Notre projet s’inscrit pleinement dans la perspective d’étudier – grâce aux approches archéologiques, géomorphologiques et paléo-environnementales – les rythmes et les causalités des transformations sociales qui interviennent depuis la néolithisation (vers 6300 bc) jusqu’à l’avènement des sociétés historiques (vers 700 bc). Pour atteindre cet objectif ambitieux, il nous a semblé préférable de ne pas nous focaliser sur la fouille d’un gisement unique, mais plutôt de mettre en œuvre des approches davantage inspirées de l’archéologie spatiale. Il s’agira de multiplier les sondages sur des gisements reconnus en surface ou « accrochés » lors de fouilles anciennes et de travailler ainsi de manière diachronique sur les modalités de transformation du peuplement.

La mission archéologique se fonde sur les fouilles actuellement conduites sous la responsabilité de Cristian Micu sur l’habitat de plein air de Suhat à Isaccea (culture Boian-Giulesti/Hamangia III) et sur le Tell de Luncavita (culture Gumelnita A). Ces deux opérations, dont la fouille est financée par le Ministère Roumain de la Culture, livrent des données matérielles et paléo-environnementales essentielles, dont l’étude sera réalisée au sein de notre projet.

La reconnaissance d’un autre habitat datant de la fin du Néolithique a été engagée en 2009 sous la responsabilité de Cristian Micu et de Laurent Carozza. Localisé dans l’actuel delta du Danube, dans une zone emblématique inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, le site de Taraschina (Mila 23) fait l’objet d’une opération qui réunit l’ensemble des membres de l’équipe autour d’un projet fédérateur et ambitieux.

oiseaux
Sur la "route" de Taraschina (photo M. Florea)