Tous les articles par archeologie-danube

Etudier l’histoire des inondations dans la vallée de Cetatuia sur la longue durée (Luncavita, Roumanie)

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’UMR 5602 Géode, l’équipe de la mission archéologique a obtenu un financement pour étudier les crises hydro-sédimentaires et la gestion des risques dans un petit bassin versant connecté au Danube :  la vallée de Cetatuia (Dobroudja, Roumanie).

Le projet « CHRISTO » a pour objectif de déterminer les trajectoires du risque torrentiel dans cette vallée. Ce bassin versant du Danube prend sa source dans une zone de petites montagnes situées à 250 m d’altitude puis il rejoint le cours du fleuve à une altitude de 15 m. Notre objectif est de déterminer les différentes trajectoires socio-environnementales, dans un contexte de changements de gestion de l’espace rural, de l’évolution des régimes de torrentialité et des tendances climatiques. En utilisant différents types de sources et en les croisant (archives sédimentaires, archives cartographiques et historiques, photographies anciennes, entretiens,…), nous caractériserons le régime des crues et des événements extrêmes qui se sont produits ces 500 dernières années. Il s’agira également d’observer le rôle des dispositifs d’atténuation et de protection mis en place plus récemment. Le projet ambitionne de proposer la mise en œuvre d’un dispositif de suivi hydrométéorologique de manière à mieux cerner les tendances des dynamiques contemporaines et la gestion du risque d’inondation dans le bassin versant.

Un travail préliminaire avait déja été conduit en 2015, dans cette vallée, avec la réalisation de plusieurs carottages.

Prélèvement d’une carotte sédimentaire (log) a l’aide d’un carottier à percussion
Mise en place du carottier
Extraction d’un log
Extraction de la carotte

Les données géomorphologiques recueillies permettent de reconstruire les évolutions du bassin versant durant les 500 dernières années. Nous disposons de plusieurs carottes sédimentaires (dont l’une de 5 mètres) couvrant l’ensemble du dernier millénaire, et dont la base est datée de 970+-30 BP (1017-1150 AD).

Fermeture d’une carotte tubée

Cette évolution rapide sur cet intervalle pourrait être liée aux effets combinés d’une augmentation de l’anthropisation et des évolutions climatiques propres au dernier millénaire. Cette évolution est cohérente avec les données récentes obtenues sur l’évolution du delta du Danube qui montrent une forte accélération de la sédimentation au cours de cette période.

4 mètres de carottes tubées prélevées dans la vallée de Cetatuia

A partir des données acquises dans le cadre de ce projet, nous souhaitons poser les réflexions et bases pour différentes actions futures :
– mise en place d’un site instrumenté et d’un observatoire (mesures météo, monitoring zones d’érosion, observation de l’évolution des zones, ouvrages de remédiation ou d’atténuation) ;
– développer les observations à l’échelle d’autres bassins versants moins impactés et développer un modèle régional ;
– travailler sur le lien entre crues des contributeurs et Danube ;             – questionner l’impact urbain pour la zone Tulcea, le développement de l’urbanisme et l’augmentation des évènements extrêmes.

Equipe scientifique :
Philippe Valette (responsable), Jean-Marc Antoine (Univ. Jean-Jaurès), Albane Burens (CNRS), Laurent Carozza (CNRS), Cristian Micu (ICEM), Jean-Michel Carozza (Univ. La Rochelle)

Mission d’étude des céramiques de l’habitat Néolithique ancien « Cris » de Negrilesti, au musée d’Histoire et d’Archéologie de Galati

En collaboration avec le musée de Galati et Costel Ilie, responsable de la fouille archéologique de Negrilesti, l’équipe franco-roumaine de la mission « Archéologie du delta du Danube » a engagé l’étude d‘ensembles céramiques et lithiques datant du Néolithique ancien.

Musée d’histoire, d’Archéologie et d’Ethnologie de Galati.
Département « Néolithique » du Musée de Galati

Ces mobiliers archéologiques sont issus d’un habitat situé le long d’un affluent du Siret, actuellement en cours de fouille par l’équipe du musée de Galati, sous la direction de Costel Ilie.

Ce site  revêt une importance majeure quant à nos connaissances du début de l’Holocène et du processus de néolithisation du bas Danube. En effet, sur l’ensemble du littoral de la mer Noire et dans la zone aval du bas Danube (Dobroudja et plaine roumaine), nous ignorons tout du processus de néolithisation, car aucun site n’y a, jusqu’à présent, été mis au jour. Sur le cours moyen du Siret et du Prut, nous connaissons en revanche des occupations attribuées au Néolithique ancien (culture Cris). Ces sites, souvent enfouis sous plusieurs mètres d’alluvions, sont encore largement méconnus.

D’un point de vue archéologique, l’objectif de cette étude est de caractériser la typologie et la technologie des récipients en céramique, l’origine des matières premières, les chaînes opératoires de fabrication et la fonction des récipients.

En avril 2018, une première mission d’étude a été réalisée par Laurent Carozza au musée de Galati, en collaboration avec Costel Ilie. Cette mission a permis l’étude de plus de 700 pièces céramiques.

Dessin des poteries néolithiques du site de Negrilesti (culture Cris) par L. Carozza en avril 2018.

Une seconde session se tiendra à l’automne. Elle viendra compléter les études engagées par Adrian Balasescu sur les faunes, et une première étude publiée de l’industrie sur matières dures animales (Belbiman, Ilie, Sztancs 2015 Artefacts made of osseous raw materials discovered at Negrileşti-„curtea şcolii” site, Galaţi county).

Vectorisation des dessins
Dessin de fragments de poteries issues de la fosse 10 du site de Negrilesti (L. Carozza CNRS UMR 5602 GEODE).

Inauguration de l’exposition « Entre terre et eau » à la cité de la Préhistoire (Orgnac-l’Aven)

L’inauguration de l’exposition internationale franco-roumaine « Entre terre et eau : Crises sociales et environnementales dans le delta du Danube à la fin du Néolithique » s’est tenue Vendredi 25 mai dernier, à la cité de la Préhistoire à Orgnac l’Aven, en présence de plusieurs représentants de la mission « Archéologie du Delta du Danube », membres du comité scientifique de l’exposition.

Elus, représentants officiels et membres de la mission « Archéologie du delta du Danube » du MAEE devant l’affiche de l’exposition

C’est en présence du Vice Consul général de Roumanie à Lyon M. Alexandru Corneanu, du Président du Conseil Départemental de l’Ardèche M. Laurent Ughetto, de Mme la Sous Préfet Hélène Debiève et de M. le Maire d’Orgnac M. René Ughetto que Robin Furestier de la Cité de la Préhistoire a ouvert la cérémonie par une présentation de l’exposition.

Discours inauguraux des représentants officiels.
Présentation de l’exposition par Robin Furestier (Cité de la Préhistoire) et Cristian Micu (ICEM)

Cristian Micu, co-responsable de la mission archéologique et commissaire de l’exposition avait spécialement fait le déplacement depuis la Roumanie à cette occasion.

Cette exposition, mise en scène par le musée de la Cité de la Préhistoire, retrace les travaux de la mission « Archéologie du delta du Danube », dans la perspective de sensibiliser un très large public à la question des changements climatiques passés, en s’interrogeant sur les raisons de la disparition d’une civilisation ou d’un modèle socio-économique. Face aux hypothèses catastrophistes d’un « désastre écologique » souvent mises en avant, les archéologues expliquent ici la nature complexe des relations unissant les sociétés à leur environnement.

« Mise en ambiance » de l’actuel delta du Danube

Proposition de restitution d’une maison chalcolithique gumelnita

Céramique chalcolithique de la culture Gumelnita, prêtée par le musée d’archéologie de l’ICEM (Tulcea, Roumanie)

Les travaux de la mission « Archéologie du delta du Danube » ont bénéficé du soutien financier et logistique du Ministère français des Affaires Etrangères, du CNRS, de l’UMR 5602 GEODE, de ICEM (Institut Eco Muséal de Tulcea), du Conseil Départemental de la Dobroudja, de la Réserve Naturelle du Delta du Danube ainsi que de la Commission de la recherche archéologique du Ministère de la Culture et de l’Identité Nationale roumain. Elle a obtenu le label « Année européenne du patrimoine culturel 2018 » du Ministère de la culture français.

Carpe séchée du delta du Danube, suspendue à la reproduction de maison chalcolithique roumaine.
Fac simile de vases chalcolithiques (de la culture Gumelnita), mis en scène dans la restitution de maison en terre chalcolithique.

 

Les travaux de la mission « delta du Danube » s’exposent à la Cité de la Préhistoire (Orgnac)

Après 10 années recherche et de nombreuses présentations et publications en direction de la communauté scientifique, la mission franco-roumaine « Archéologie du Delta du Danube » (MEAE, CNRS GEODE, ICEM) valorise ses résultats par une exposition grand public intitulée « Entre terre et eau : Crises sociales et environnementales dans le delta du Danube à la fin du Néolithique ». Cette exposition ambitionne de faire connaître le quotidien des communautés humaines de la fin du Néolithique en Dobroudja du nord (Roumanie). Elle vise à sensibiliser le grand public à la question des changements climatiques passés,  à la manière dont les sociétés anciennes se sont ou non adaptées aux nouvelles conditions environnementales et à leur capacité à faire face à ces crises, voire à se transformer.

L’affiche de l’exposition

 

Montage des panneaux
Assemblage d’un panneau de l’exposition
Montage et vérification des caisses-ateliers à manipuler par le public
clou du spectacle à découvrir au musée… un superbe vase de la culture Gumelnita. RV à Orgnac pour la suite de l’effeuillage 😉

Cette exposition est créée à la Cité de la Préhistoire du Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac (Ardèche, France), en collaboration avec l’Institut de recherche éco-muséal de Tulcea (Roumanie). Elle sera présentée au public du 1er mai au 15 novembre 2018 ; l’inauguration aura lieu le 25 mai 2018.

En 2019, dans le cadre de la saison France-Roumanie, nous proposerons une version itinérante de l’exposition, en différents lieux, musées et institutions partenaires en Roumanie.

Les recherches interdisciplinaires présentées dans le cadre de l’exposition sont soutenues par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères (France), le CNRS, le ministère de la Culture et de l’identité nationale (Roumanie), le conseil départemental de Tulcea, l’Institut Français de Roumanie. L’exposition est financée par la municipalité d’Orgnac-l’Aven, le Département de l’Ardèche et le Ministère de la Culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), elle a reçu le label « Année européenne du patrimoine culturel 2018 » du Ministère de la culture français

pièces en terre cuite inspirées de modèles archéologiques de la culture Gumelnita avant leur mise en place
maison en terre inspirée des modèles chalcolithiques roumains

Comité scientifique et de pilotage : Sorin Alincai, Adrian Balasescu, Albane Burens, Laurent Carozza, Jean-Michel Carozza, Robin Furestier, Laurence Manolakakis, Cristian Micu, Sylvie Philibert, Dragomir Popovici, Noelle Provenzano, Valentin Radu et Philippe Valette

Commissariat de l’exposition : Robin Furestier, Cristian Micu

Assistance au commissariat : Françoise Prud’homme, Florian Mihail

L’équipe adresse ses remerciements à la Réserve Naturelle du Delta du Danube, la Commission de la recherche archéologique du Ministère de la Culture et de l’Identité Nationale roumain, à Monsieur Iulian Vizauer (directeur de la Direction de la Culture du Département de Tulcea), à l’Institut Français de Bucarest (notamment Michel Roy et Jean-Luc Bermonte, Yaëlle Bouyer, Marine Villemur, Pierre-Yves Mignant et Vincent Boschero), à l’Institut INEE du CNRS (en les personnes de Stéphanie Thiébault et Robert Chenorkian), au Musée des Confluences de Lyon, au laboratoire CNRS-GEODE et à l’ICEM.

Et aussi à l’ensemble de l’équipe de la Cité de la Préhistoire : Patricia Guillermin, Françoise Prud’homme, Philippe Barth, Maelys Raynaud, Sonia Stocchetti, Hub Gomez ainsi que Lisa Léandri.

Nous adressons surtout, une pensée émue à l’ensemble des chercheurs de la mission archéologique sans qui rien n’aurait été possible : Patricia Anderson (CNRS CEPAM, UMR 7264), Marie Balasse (CNRS, UMR UMR 7209), Laurent Bouby (CNRS, UMR ISEM), Albane Burens (CNRS, UMR 5602 Géode), Pierre Camps (CNRS, UMR 5243), Jean-Michel Carozza (Université de La Rochelle, UMR Lienss), Laurent Carozza (CNRS, UMR 5602 Géode), Michel Errera (Musée royal de l’Afrique centrale, Belgique), Tiberiu Groparu (Université de Toulouse 2), Jean-Jacques Laurens, François Lévêque (Université de La Rochelle, UMR LIENSs), Michel Maillé (UMR 5608 TRACES), Laurence Manolakakis (CNRS, UMR 8215 Trajectoires), Erwan Messager (CNRS, UMR 5204), Sylvie Philibert (CNRS, UMR 5608 TRACES), Noelle Provenzano (CNRS, UMR 5140 ASM), Philippe Valette (UMR 5602 Géode), Sorin Ailincai (ICEM Tulcea), Adina Ailincai, (ICEM Tulcea), Adrian Balasescu (Institut d?Archéologie Vasile Parvan), Mihaela Danu (Université de Iasi), Radu Dimitriu (GEOECOMAR), Mihail Florea (Musée National d’Histoire de Bucarest), Luciana Ghinda (Université d?histoire de Bucarest), Constantin Haïta (Musée National d’Histoire de Bucarest), Cristian Micu (ICEM, Tulcea), Florian Mihail (ICEM Tulcea), Marcel Mindrescu (Université de Suceava), Gicu Opreanu (GEOECOMAR), Mihaela Melinte (GEOECOMAR), Valentin Radu (Musée National d’Histoire de Bucarest) et tous les étudiants qui ont travaillé à nos cotés… Merci à tous.

A très vite pour la découverte de l’exposition !

Le delta du Danube au « Café Géo » de Toulouse

 

Dans le cadre des Cafés Géographiques organisés chaque mois à Toulouse, Laurent Carozza et Philippe Valette ont présenté jeudi 11 avril 2018 aux toulousains leurs récents travaux sur le delta du Danube. Leur présentation, intitulée « Le delta du Danube entre naturalité et artificialité : regards géohistoriques sur plusieurs siècles d’interventions humaines » s’est poursuivie par des échanges nourris avec le public, confortablement installé au café « Les délices de Saturnin », sur la belle place Saint Sernin !

 

 

Résumé de la présentation de Laurent et Philippe :

Le delta du Danube est le 2e delta d’Europe par sa superficie (3446 km2). De forme grossièrement triangulaire, il est composé de trois bras principaux (Chilia, Sulina, Saint Georges). Cette vaste zone humide est un espace amphibie, lieu d’une biodiversité remarquable, classé réserve de biosphère depuis 1990. Si le delta du Danube véhicule une image de forte naturalité, il n’en reste pas moins que cet espace est occupé par les hommes, qui sont à l’origine d’une artificialité croissante des lieux.
L’approche géoarchéologique a montré que 167 sites anciens sont présents dans la zone de réserve de biosphère du delta. La collaboration franco-roumaine sur le site de Taraschina révèle une occupation humaine à l’époque du Bronze ancien et au Chalcolithique. Dès cette époque, des sociétés agro-pastorales s’installent dans le delta et exploitent leur environnement, ce qui va à l’encontre de l’idée d’un territoire « vide ».
Et pourtant, cette image a perduré de nombreuses années jusqu’à se retrouver dans les représentations cartographiques anciennes. Le delta a fait l’objet d’appropriations diverses de la part de nombreux pays jusqu’à sa fixation actuelle. Au cours des derniers siècles, l’artificialisation du delta est allée croissante autour des activités de la pêche, de l’agriculture, de l’exploitation du roseau mais aussi de l’amélioration de la navigation. Dans ce contexte, la période communiste constitue le paroxysme de cette artificialisation des paysages du delta (poldérisation, endiguement, pisciculture,…).
Aujourd’hui, les pélicans sont emblématiques du delta et de sa part de naturalité mais , paradoxe des temps, le delta du Danube est aussi composé d’un certain nombre d’artificialités liées aux héritages humains.

 

lien vers le site des Cafés Géo de Toulouse :

Les Cafés Géographiques de Toulouse

Prochain Café Géo : mercredi 23 mai : Cheminer vers Compostelle. Regards de géographe et empreintes territoriales. Sortie proposée par Alain Cazenave-Piarrot, Nils Brunet et Sébastien Rayssac

Conférence au musée de Préhistoire d’Orgnac-l’Aven [1] à l’occasion du trentième anniversaire du musée, le 24/03/17

Les derniers agriculteurs du delta du Danube il y a 6200 ans 

histoire d’une crise socio-environnementale

Les raisons qui font qu’une « civilisation » ou qu’un modèle socio-économique disparaît font l’objet de nombreux travaux et de recherches dans différents champs disciplinaires des sciences humaines et sociales (histoire, anthropologie sociale, archéologie…) mais également des sciences de l’environnement. Déprise, abandon, destruction, crise… forment autant d’arguments utilisés pour illustrer le déclin des sociétés. Durant les dernières décennies, les hypothèses « catastrophistes », donnant à la notion de « désastre écologique » un écho particulier, se sont développées, notamment sous l’impulsion de Jared Diamond[2]. En contrepoint, archéologues et anthropologues[3] se sont mobilisés pour critiquer les hypothèses hautement déterministes de ce courant de pensée (déterminisme géographique). Leur argumentaire porte sur la nature complexe des relations qui unissent les sociétés avec leur environnement, sans pour autant se focaliser sur le seul « aveuglement environnemental des civilisations disparues ».

Les travaux sur les liens des sociétés passées avec leur environnement trouvent aujourd’hui un écho favorable, tant nos sociétés contemporaines sont confrontées à des changements globaux (changement climatique). Dans ce contexte, « l’homme ne cesse de construire et reconstruire ses visions du passé et de l’avenir ». Répondre à la question « comment les climats du passé nous éclairent sur l’avenir » est devenu un axe prioritaire de la recherche. L’analyse des changements socio-environnementaux passés nous éclaire ainsi sur les conséquences actuelles du réchauffement global.

 

Les 30 ans du Musée de la Cité de la Préhistoire – Nouvelle exposition temporaire : « Entre Terre et Eau » sur les travaux de la mission archéologique « delta du Danube »

 

 

programme de la célébration des 30 ans du Musée de Préhistoire d’Orgnac

 

Présentation de la conférence : Les derniers agriculteurs du delta du Danube il y a 6200 ans
histoire d’une crise socio-environnementale (photo : F. Prud’Homme)

 

[1] https://www.orgnac.com/

[2] De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, de Jared Diamond (Gallimard, 2000, rééd. 2007). Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, (Gallimard, NRF Essais, 2006)

[3] McAnany Patricia and Norman Yoffee (eds), Questioning Collapse. Human Resilience, Ecological Vulnerability, and the Aftermath of Empire, Cambridge University Press, Cambridge, 2010.

Renouvellement de la mission franco-roumaine « delta du Danube » (2018-2021)

La mission archéologique « delta du Danube », créée en 2010 puis renouvelée en 2014, vient d’être reconduite pour un nouveau contrat quadriennal (2018-2021) par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Depuis 2010, la mission s’est donné pour objectif d’étudier le peuplement de la zone du bas Danube au cours de la Préhistoire récente (du Néolithique à l’âge du Bronze) et les relations qu’entretenaient les sociétés avec leur environnement.

L’achèvement de la fouille du tell chalcolithique de Taraschina constitue la priorité de ce dernier contrat. L’enjeu de la fouille réside dans l’étude d’une zone d’habitats, formée d’unités d’habitations incendiées datant du 45e siècle avant notre ère. Dans cette zone, les bâtiments sont particulièrement bien conservés et présentent des murs en élévation et des niveaux d’effondrement des architectures en terre crue. Toute la question est, pour l’équipe franco-roumaine, de mieux comprendre  les modalités de l’abandon temporaire du tell, vers 4450-4350 BC, et le développement du nombre des unités d’habitations incendiées.

Parallèlement à la fouille et à la publication du site de Taraschina, l’équipe poursuivra l’étude de plusieurs sites inédits et prépare la publication des données acquises entre autres sur le tell de Luncavita et le site de Carcaliu.

Couverture du rapport 2014-2017 de la mission archéologique « delta du Danube ».

Après de nombreuses présentations à la communauté scientifique, l’équipe a souhaité valoriser ses travaux auprès du grand public dans le cadre de l’exposition « Entre terre et eau – crises sociales et environnementales dans le delta du Danube il y a 6200 ans », organisée à la Cité de la Préhistoire (structure intégrée au Grand Site de France de l’Aven d’Orgnac, Ardèche, France),  en étroite collaboration avec le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Tulcea (Dobroudja, Roumanie), sous l’égide de l’Institut éco-muséal (ICEM). Cette manifestation est soutenue par l’Institut Français de Bucarest. Elle ouvrira ses portes au public français en avril 2018. Une version itinérante de l’exposition sera présentée en Roumanie au sein de différents musées d’archéologie et dans
les représentations françaises au travers de 4 Instituts Français.
Dans le cadre de la « Saison France-Roumanie », l’équipe organisera en juin 2019 un colloque international intitulé « « Géohistoire des zones humides : artificialisation, restauration, adaptation ». Ce colloque, qui se tiendra en Roumanie, sera organisé conjointement par les membres de la mission archéologique « delta du Danube », le CNRS et le Site d’Etude en Ecologie Globale Danube, l’UMR GEODE, le Groupe d’Histoire des Zones Humides, l’ICEM et l’Institut du Delta du Danube.

Fouille d’un bâtiment incendié sur le tell de Taraschina

La mission archéologique « Delta du Danube », créée en 2010, a pour objet d’appréhender le rôle des changements environnementaux dans la zone du bas Danube (Roumanie) durant le premier Holocène : c’est-à-dire depuis la Néolithisation jusqu’au début de l’Antiquité (soit 6300-600 BC). L’équipe cherche à déterminer l’impact des communautés humaines sur leur environnement et à évaluer l’incidence des changements environnementaux (forçages climatiques, événements extrêmes, crises environnementales) pour les communautés humaines passées.

Cette année, trois missions de terrain ont été consacrées à la fouille archéologique du site chalcolithique de Taraschina (mars, juin et septembre 2016). 
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina
Les abords du tell chalcolithique de Taraschina

Ce site correspond à un tell (sorte d’habitat pluri-stratifié) situé dans l’actuel delta du Danube, en plein cœur de la réserve Biosphère delta du Danube – Unesco. Daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, ce site constitue le plus ancien témoignage de peuplement du delta.
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
Localisation du site de Taraschina dans le delta du Danube (Roumanie)
L’équipe franco-roumaine, formée de 12 personnes a fouillé sur le site une zone de 180m2 où sont apparus des bâtiments incendiés, repérés lors d’une une campagne de prospection géophysique en 2015.
fouille2016-2
Fouille et relevé du niveau d’apparition du bâtiment incendié
Carte des anomalies magnétiques établies par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
Carte des anomalies magnétiques établie par F. Lévêque (LIENSs) suite aux prospections géophysiques conduites sur le site de Taraschina
La problématique des bâtiments incendiés est propre à l’ensemble du Chalcolithique de l’aire Carpatho-Balkanique ; on rencontre des bâtiments incendiés sur l’ensemble des tells fouillés. La fouille de ces bâtiments offre l’intérêt de présenter des structures d’habitat particulièrement bien préservées, mais l’essentiel des questionnements porte sur le caractère intentionnel, ou non, de la mise à feu de certaines unités domestiques.
Niveau d'apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Niveau d’apparition des premiers blocs de terre à bâtir du bâtiment incendié
Dans le cas spécifique du tell de Taraschina, notre approche de ce phénomène s’opère de manière intégrée, en prenant en compte les facteurs socio-économiques mais également environnementaux.

La fouille de ces bâtiments incendiés intervient alors que nous disposons d’une bonne maîtrise du cadre chronologique et culturel relatif à la formation du tell ainsi que d’un modèle socio-économique et environnemental relatif aux transformations du milieu et des modalités d’exploitation des ressources. L’exploitation des données issues des précédentes campagnes de carottages montre que les niveaux d’incendie ne sont répartis de manière uniforme dans le temps. On observe une nette prédominance du nombre des niveaux incendiés durant l’intervalle 4350-4150 BC au détriment du début de la séquence d’occupation 4800-4450 BC.
fouille-juin
Fouille du tell de Taraschina (juin 2016)
Les résultats acquis depuis 2010 dans le delta du Danube ont permis de proposer des hypothèses relatives à l’importance des facteurs environnementaux (forçages externes) dans l’histoire des communautés de la fin du Néolithique dans cette zone. Ces communautés d’agriculteurs et d’éleveurs ont été confrontées à des changements environnementaux rapides : élévation du niveau marin, modifications du milieu (régime hydrologique) et des paysages... Ces changements, parfois brutaux, ont impacté le quotidien de ces communautés, jusqu’à provoquer, dans certains cas, leur départ de la zone de l’actuel delta du Danube. A l’échelle régionale (littoral de la mer Noire et bas Danube), les facteurs de forçages externes semblent tout aussi puissants et on observe une véritable rupture socio-environnementale à la fin du 6ème millénaire avant notre ère (crise des élites sociales, mise à mal des réseaux d’échanges, changement de système économique et de système de représentation).

Aujourd’hui, nos travaux permettent de relativiser l’importance des hypothèses relatives au seul impact de l’élévation rapide du niveau marin « black sea flooding ». Nos recherches dans le domaine de la géomorphologie fluviale montrent que les effets cumulés de l’élévation du niveau marin et d’événements climatiques de type RCC 6.2-5.8 Ky BP (Rapid Climate Change) ont localement pu impliquer des modifications radicales du milieu, sans qu’aucune stratégie d’adaptation n’ait pu être développée par les communautés humaines.

Nos travaux s’orientent maintenant vers l’établissement de modèles pour l’intervalle 5000-1500 BC durant lequel différentes crises environnementales ont pu être identifiées. Dans une démarche plus historiographique, il nous semble à présent intéressant de travailler, dans la plus longue durée, sur les récits en lien avec les crises socio-environnementales (imaginaire, récits mythologiques…).

Présentation du site Dambul lui Haralambie (Roumanie) au colloque Pontica 2014

À l’occasion de la session internationale « Pontica 2014 » organisée par le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Constanta (Roumanie) les 2 et 3 octobre derniers, Sorin Ailincai a présenté, au nom de l’équipe franco-roumaine de la mission Delta du Danube, les travaux conduits sur le site chalcolithique submergé de Dambul lui Haralmabie.

 Titre de la communication :

Dambul lui Haralmabie (Commune de Crisan – dept de Tulcea) – un nouvel habitat chalcolithique submergé dans le delta du Danube.

 Auteurs :

CristianMicu (ICEM Tulcea), Laurent Carozza (UMR 5602), Jean-Michel Carozza (UMR 5602 et Université de Strasbourg), Florian Mihail (ICEM Tulcea), Tiberiu Groparu (Doctorant à l’Université Toulouse 2,), Erwan Messager (UMR 7264), Sorin Ailincai (ICEM Tulcea), Albane Burens (UMR 5602), Mihaela Danu (Université  Alexandru Ioan Cuza de Iasi), M. Haralambie, Catalin Mihail

Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine
Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine

 Résumé de la communication :

Les recherches récentes conduites dans le delta du Danube ont permis de mettre au jour un nouvel établissement daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère. Ce site se trouve à moins de trois kilomètres du tell submergé de Taraschina (commune de Maliuc), fouillé par la mission Franco-Roumaine, sous la direction de Cristian Micu. Le site a été découvert fortuitement par M. Haralambie qui a collecté, dans cette zone, du mobilier archéologique.

Le site Haralambie se trouve sur la rive gauche du canal Sontea, en face du petit canal artificiel Bucla, reliant le bras de Sulina au canal de Sontea. Les travaux d’aménagements de cette zone et l’édification de digues et de plateformes de stockage de roseaux ont provoqué des modifications importantes du milieu. Le tracé actuel du canal Sontea est ici totalement artificiel. Le mobilier archéologique a été collecté sur la berge, peu après des travaux de recalibrage du canal Sontea, dans les sédiments rejetés par la drague. Selon Monsieur Haralambie, inventeur du site, le sédiment est ici « brun et organique, mais on distingue également une argile jaune ».

Depuis la découverte du site, les prospections réalisées en période de basses eaux par Catalin Mihail ont permis de collecter de nombreux outils lithiques ainsi que de la céramique. Parmi les éléments de forme, on observe la présence d’un petit gobelet biconique et d’une petite écuelle carénée à bord ouvert. Les comparaisons typologiques permettent d’attribuer ce lot à la culture de Gumelnita.

Le mobilier lithique est constitué d’une centaine de pièces. L’essentiel de cette industrie a été réalisé sur de la matière première importée, issue de la plateforme Balkanique. On observe cependant un débitage sur matière locale, dont la source semble située en Dobroudja. Les stratégies technologiques s’inscrivent pleinement dans le modèle connu pour la culture Gumelnita. L’assemblage typologique varié (lames, grattoirs, pièces esquilées…), caractéristique des habitats, décrit un éventail d’activités pratiquées par une communauté dynamique.

 Aucun horizon archéologique n’ayant été décelé en surface ou dans les coupes du canal de Sontea, des carottages ont été réalisés dans la zone où apparaît le mobilier remonté en surface par les dragages. Les différentes carottes montrent qu’un ou deux horizon(s) archéologique(s) apparai(ssen)t entre les cotes de -2,50 et 2,80 sous la surface. Il s’agit de niveaux organiques, avec du mobilier archéologique. Deux datations C14 confirment la datation comprise entre 4647-4460 BC pour la base et 4614-4266 BC pour la dernière occupation reconnue. Les niveaux archéologiques sont aujourd’hui recouverts par plus de 2 mètres de sédiments fluvio-lacustres.

 Cet habitat aujourd’hui submergé, indique, à l’instar du tell de Taraschina, que durant la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, cette zone de l’actuel delta du Danube formait une plateforme exondée, située non loin de chenaux du Danube.

  Cette recherche a bénéficié du soutien du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes français dans le cadre de la mission archéologique franco-roumaine dirigée par L. Carozza et C. Micu, d’un financement via le PHC Franco-Roumain Brancusi dirigé par A. Burens et S. Ailincai. Des analyses ont été réalisées dans le cadre du Site d’Etude en Ecologie Globale « delta du Danube » financé par l’Institut Ecologie Environnement du CNRS.

Une mission sous le signe de l’eau

Sans battre les records d’avril 2013, le niveau de l’eau dans le delta du Danube est particulièrement élevé en ce moi d’octobre, malgré une météo quasi estivale sur Mila 23… …probablement les répercussions des inondations en Serbie, provoquées par les pluies diluviennes de septembre.

Les horizons archéologiques les plus anciens du site chalcolithique de Taraschina sont recouverts par les eaux du Danube.

Le site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondé (octobre 2014)
La zone 2 du site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondée (octobre 2014)

 

Les deux premières journées de la mission ont été consacrées au nettoyage du site et au pompage de la zone 2, qui sera légèrement agrandie cette semaine (notamment autour de la zone ayant livré les restes d’un individu en connexion anatomique, au sein des niveaux de démolition de l’habitat).

Pompage d'une partie de la zone 2 du site de Taraschina
Pompage d’une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Au regard de l’actuel niveau des eaux du Danube, si celles-ci ne baissent pas dans les jours à venir, cette nouvelle campagne de terrain devra se focaliser sur les horizons supérieurs du tell, correspondant à des accumulations de rejets domestiques, traduisant un changement dans l’organisation spatiale de l’occupation du site.

Les horizons les plus anciens, formés de la destruction d’unités domestiques en terre crue et de sols de circulation, feront l’objet d’une fouille en mars 2015, avant d’ouvrir une nouvelle zone de fouille sur le site n°2 de Taraschina.