La mission sur le terrain : fouille du tell chalcolithique de Taraschina

Point fort de la mission «Archéologie du delta du Danube» depuis 2010, la fouille du tell chalcolithique de Taraschina s’est déroulée cette année en août et septembre derniers, en plein cœur de la réserve naturelle du delta du Danube.

Vue panoramique du site de Taraschina
Delta du Danube (septembre 2018)
Delta du Danube (septembre 2018)

Cette fouille nécessite une logistique spécifique, puisque l’accès au site ne peut s’opérer qu’en bateau depuis les bases de vies qui se trouvent à plus de 45 minutes / 1 heure de barque du site. Le transport des fouilleurs, du matériel et des instruments de terrain (géophysique, carottage, topographie…), requiert des moyens techniques spécifiques (barques, ponton…).

La fouille porte actuellement sur la zone 3 , soit une surface de 120 m2, divisée en deux secteurs distincts.

Taraschina : vue de la zone 3 (septembre 2018)
la zone 3 en cours de fouille (septembre 2018)

Depuis l’année 2017, nous concentrons l’ensemble des moyens de terrain à la fouille d’un vaste bâtiment incendié, mis au jour lors des prospections géophysiques et des carottages.

L’objectif de la fouille est d’étudier un bâtiment dont nous savons qu’il a été partiellement détruit par incendie, vers 4350 BC, à un moment où va s’opérer l’abandon temporaire du tell de Taraschina.

L’état exceptionnel de conservation du site permet d’aborder la problématique de la destruction par le feu, volontaire ou non, des unités d’habitations. Note but est de décrire le processus de démantèlement de ce bâtiment, de manière à discriminer ce qui relève de faits anthropiques (d’origine humaine), de processus naturels. L’équipe quantifie chaque élément mis au jour dans les niveaux de destruction de la maison et les informations sont consignées dans une base de données.

Enregistrement des informations sur le terrain, dans une base de données.

Les différents horizons archéologiques sont échantillonnés de manière à en identifier le contenu. Des analyses en laboratoire dans les université de Toulouse et de Iasi permettront de quantifier la matière organique, la présence de phytolithes (microfossiles de cellules végétales) et sphérolithes (Concrétions minérales), ou encore de micro-fossilles non polliniques. Ces analyses permettront notamment à l’équipe de caractériser les activités qui se sont déroulées à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. L’un des enjeux majeurs de la fouille est en effet d’établir le lien spatial existant entre le bâtiment incendié et les activités qui ont pu être exercées à l’extérieur (stockages, activités spécialisées, transformation matières premières…).

La découverte d’une alène en cuivre (poinçoin) montre que l’environnement extérieur proche de la maison accueillait des activités domestiques liées au traitement des ressources végétales (mouture, confection, réparation des outillages…) et animales (boucherie, pêche…).

Dans la maison, nous avons trouvé de nombreux pesons (poids de métiers à tisser) qui montrent que certaines activités de production artisanales se sont déroulées à l’intérieur du bâtiment. La fouille a livré des pièces énigmatiques, tels de gros galets dont nous ignorons la fonction. Ces découvertes nous interrogent quant à l’éventualité de productions textiles, et peut être du traitement des peaux (ces pièces devront faire l’objet d’une étude tracéologique après nettoyage).

Enfin, notre objectif est de mieux comprendre l’intégration de cette unité d’habitation dans l’environnement global du tell. Les campagnes précédentes ont montré l’existence de zones « vides », non bâties, au sein desquelles ont pu s’exercer des productions spécialisées (traitement des récoltes de céréales), ou artisanales à l’instar de la production céramique (dans la zone 2).

La fouille de septembre 2018 a mis au jour plus de 550 kg de terre à bâtir, correspondant à l’effondrement d’une partie des parois de la maison incendiée, mais également de portions du plafond de cette unité.

Blocs de terre à bâtir provenant de l’effondrement des parois du bâtiment incendié.

L’ensemble du mobilier archéologique mis au jour en septembre dernier sera lavé, dessiné, quantifié, pesé et étudié par des spécialistes français et roumains en juillet 2019, lors d’une longue mission d’étude dans la base archéologique de Celic Dere.

prochaine mission de fouille à Taraschina… août/septembre 2019 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.