colloque d’Alexandria – 3-5 novembre 2010

Au début du mois de novembre, l’équipe de la mission archéologique a présenté une communication à l’occasion du colloque international « the Lower Danube in Prehistory : landscape changes and human-environment interactions ». Organisé dans le cadre du programme “Art Landscape Transformation EC Project 2007 – 4320” coordonné par l’université de Cardiff, ce colloque a réuni des archéologues et des paléo-environnementalistes travaillant en Roumanie mais également en Bulgarie. L’équipe tient plus particulièrement à remercier Pavel Mirea, conservateur du Teleorman County Museum, pour son invitation.

Dans l’attente de la publication très prochaine des actes de ce colloque, nous pouvons présenter le résumé de notre contribution.

Résumé :

Les fouilles archéologiques conduites sur l’habitat Chalcolithique de Taraschina (Mila 23), permettent de jeter un nouveau regard sur la plus ancienne occupation préhistorique avérée dans le delta du Danube. L’habitat de Taraschina forme actuellement une paléo-topographie bombée qui émerge d’environ 1 m au-dessus de la surface marécageuse du delta du Danube.

Les carottages réalisés sur le site archéologique montrent l’alternance de niveaux organiques, formés de déchets domestiques et de sols archéologiques avec des niveaux peu ou faiblement anthropisés. Les carottages réalisés sur le gisement montrent une forte homogénéité spatiale dans l’alternance de niveaux domestiques et de phase d’abandon. La séquence stratigraphique de cet habitat, puissante de 3 m, livre 4 niveaux d’occupation principaux qui s’échelonnent entre 4850 et 4350 bc.

En surface, les vestiges archéologiques sont inégalement répartis. Si la partie centrale du gisement présente une faible densité de vestiges, ces derniers sont très fréquents à la périphérie du site. Dans ce secteur, la fouille d’une première zone, a permis de mettre en évidence, sous le niveau de terre de labour, d’un premier niveau archéologique. La présence de grandes fosses, profondes de plus de 1,1 m, montre que l’on se trouve en bordure de la zone habitée.

L’analyse de ces dépotoirs permet de caractériser l’environnement durant le Chalcolithique (culture de Gumelnita A1), entre 4500 et 4300 bc. Les analyses archéozoologiques indiquent que le milieu était alors ouvert comme le montre la présence de mammifères domestiques. L’assemblage faunique traduit un milieu naturel extrêmement riche et diversifié avec des espaces forestiers, des espaces ouverts et des milieux humides (lacs, bras morts…).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.