Etudier l’histoire des inondations dans la vallée de Cetatuia sur la longue durée (Luncavita, Roumanie)

Dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’UMR 5602 Géode, l’équipe de la mission archéologique a obtenu un financement pour étudier les crises hydro-sédimentaires et la gestion des risques dans un petit bassin versant connecté au Danube :  la vallée de Cetatuia (Dobroudja, Roumanie).

Le projet « CHRISTO » a pour objectif de déterminer les trajectoires du risque torrentiel dans cette vallée. Ce bassin versant du Danube prend sa source dans une zone de petites montagnes situées à 250 m d’altitude puis il rejoint le cours du fleuve à une altitude de 15 m. Notre objectif est de déterminer les différentes trajectoires socio-environnementales, dans un contexte de changements de gestion de l’espace rural, de l’évolution des régimes de torrentialité et des tendances climatiques. En utilisant différents types de sources et en les croisant (archives sédimentaires, archives cartographiques et historiques, photographies anciennes, entretiens,…), nous caractériserons le régime des crues et des événements extrêmes qui se sont produits ces 500 dernières années. Il s’agira également d’observer le rôle des dispositifs d’atténuation et de protection mis en place plus récemment. Le projet ambitionne de proposer la mise en œuvre d’un dispositif de suivi hydrométéorologique de manière à mieux cerner les tendances des dynamiques contemporaines et la gestion du risque d’inondation dans le bassin versant.

Un travail préliminaire avait déja été conduit en 2015, dans cette vallée, avec la réalisation de plusieurs carottages.

Prélèvement d’une carotte sédimentaire (log) a l’aide d’un carottier à percussion
Mise en place du carottier
Extraction d’un log
Extraction de la carotte

Les données géomorphologiques recueillies permettent de reconstruire les évolutions du bassin versant durant les 500 dernières années. Nous disposons de plusieurs carottes sédimentaires (dont l’une de 5 mètres) couvrant l’ensemble du dernier millénaire, et dont la base est datée de 970+-30 BP (1017-1150 AD).

Fermeture d’une carotte tubée

Cette évolution rapide sur cet intervalle pourrait être liée aux effets combinés d’une augmentation de l’anthropisation et des évolutions climatiques propres au dernier millénaire. Cette évolution est cohérente avec les données récentes obtenues sur l’évolution du delta du Danube qui montrent une forte accélération de la sédimentation au cours de cette période.

4 mètres de carottes tubées prélevées dans la vallée de Cetatuia

A partir des données acquises dans le cadre de ce projet, nous souhaitons poser les réflexions et bases pour différentes actions futures :
– mise en place d’un site instrumenté et d’un observatoire (mesures météo, monitoring zones d’érosion, observation de l’évolution des zones, ouvrages de remédiation ou d’atténuation) ;
– développer les observations à l’échelle d’autres bassins versants moins impactés et développer un modèle régional ;
– travailler sur le lien entre crues des contributeurs et Danube ;             – questionner l’impact urbain pour la zone Tulcea, le développement de l’urbanisme et l’augmentation des évènements extrêmes.

Equipe scientifique :
Philippe Valette (responsable), Jean-Marc Antoine (Univ. Jean-Jaurès), Albane Burens (CNRS), Laurent Carozza (CNRS), Cristian Micu (ICEM), Jean-Michel Carozza (Univ. La Rochelle)

Mission d’étude des céramiques de l’habitat Néolithique ancien « Cris » de Negrilesti, au musée d’Histoire et d’Archéologie de Galati

En collaboration avec le musée de Galati et Costel Ilie, responsable de la fouille archéologique de Negrilesti, l’équipe franco-roumaine de la mission « Archéologie du delta du Danube » a engagé l’étude d‘ensembles céramiques et lithiques datant du Néolithique ancien.

Musée d’histoire, d’Archéologie et d’Ethnologie de Galati.
Département « Néolithique » du Musée de Galati

Ces mobiliers archéologiques sont issus d’un habitat situé le long d’un affluent du Siret, actuellement en cours de fouille par l’équipe du musée de Galati, sous la direction de Costel Ilie.

Ce site  revêt une importance majeure quant à nos connaissances du début de l’Holocène et du processus de néolithisation du bas Danube. En effet, sur l’ensemble du littoral de la mer Noire et dans la zone aval du bas Danube (Dobroudja et plaine roumaine), nous ignorons tout du processus de néolithisation, car aucun site n’y a, jusqu’à présent, été mis au jour. Sur le cours moyen du Siret et du Prut, nous connaissons en revanche des occupations attribuées au Néolithique ancien (culture Cris). Ces sites, souvent enfouis sous plusieurs mètres d’alluvions, sont encore largement méconnus.

D’un point de vue archéologique, l’objectif de cette étude est de caractériser la typologie et la technologie des récipients en céramique, l’origine des matières premières, les chaînes opératoires de fabrication et la fonction des récipients.

En avril 2018, une première mission d’étude a été réalisée par Laurent Carozza au musée de Galati, en collaboration avec Costel Ilie. Cette mission a permis l’étude de plus de 700 pièces céramiques.

Dessin des poteries néolithiques du site de Negrilesti (culture Cris) par L. Carozza en avril 2018.

Une seconde session se tiendra à l’automne. Elle viendra compléter les études engagées par Adrian Balasescu sur les faunes, et une première étude publiée de l’industrie sur matières dures animales (Belbiman, Ilie, Sztancs 2015 Artefacts made of osseous raw materials discovered at Negrileşti-„curtea şcolii” site, Galaţi county).

Vectorisation des dessins
Dessin de fragments de poteries issues de la fosse 10 du site de Negrilesti (L. Carozza CNRS UMR 5602 GEODE).

Inauguration de l’exposition « Entre terre et eau » à la cité de la Préhistoire (Orgnac-l’Aven)

L’inauguration de l’exposition internationale franco-roumaine « Entre terre et eau : Crises sociales et environnementales dans le delta du Danube à la fin du Néolithique » s’est tenue Vendredi 25 mai dernier, à la cité de la Préhistoire à Orgnac l’Aven, en présence de plusieurs représentants de la mission « Archéologie du Delta du Danube », membres du comité scientifique de l’exposition.

Elus, représentants officiels et membres de la mission « Archéologie du delta du Danube » du MAEE devant l’affiche de l’exposition

C’est en présence du Vice Consul général de Roumanie à Lyon M. Alexandru Corneanu, du Président du Conseil Départemental de l’Ardèche M. Laurent Ughetto, de Mme la Sous Préfet Hélène Debiève et de M. le Maire d’Orgnac M. René Ughetto que Robin Furestier de la Cité de la Préhistoire a ouvert la cérémonie par une présentation de l’exposition.

Discours inauguraux des représentants officiels.
Présentation de l’exposition par Robin Furestier (Cité de la Préhistoire) et Cristian Micu (ICEM)

Cristian Micu, co-responsable de la mission archéologique et commissaire de l’exposition avait spécialement fait le déplacement depuis la Roumanie à cette occasion.

Cette exposition, mise en scène par le musée de la Cité de la Préhistoire, retrace les travaux de la mission « Archéologie du delta du Danube », dans la perspective de sensibiliser un très large public à la question des changements climatiques passés, en s’interrogeant sur les raisons de la disparition d’une civilisation ou d’un modèle socio-économique. Face aux hypothèses catastrophistes d’un « désastre écologique » souvent mises en avant, les archéologues expliquent ici la nature complexe des relations unissant les sociétés à leur environnement.

« Mise en ambiance » de l’actuel delta du Danube

Proposition de restitution d’une maison chalcolithique gumelnita

Céramique chalcolithique de la culture Gumelnita, prêtée par le musée d’archéologie de l’ICEM (Tulcea, Roumanie)

Les travaux de la mission « Archéologie du delta du Danube » ont bénéficé du soutien financier et logistique du Ministère français des Affaires Etrangères, du CNRS, de l’UMR 5602 GEODE, de ICEM (Institut Eco Muséal de Tulcea), du Conseil Départemental de la Dobroudja, de la Réserve Naturelle du Delta du Danube ainsi que de la Commission de la recherche archéologique du Ministère de la Culture et de l’Identité Nationale roumain. Elle a obtenu le label « Année européenne du patrimoine culturel 2018 » du Ministère de la culture français.

Carpe séchée du delta du Danube, suspendue à la reproduction de maison chalcolithique roumaine.
Fac simile de vases chalcolithiques (de la culture Gumelnita), mis en scène dans la restitution de maison en terre chalcolithique.