Le delta du Danube au « Café Géo » de Toulouse

 

Dans le cadre des Cafés Géographiques organisés chaque mois à Toulouse, Laurent Carozza et Philippe Valette ont présenté jeudi 11 avril 2018 aux toulousains leurs récents travaux sur le delta du Danube. Leur présentation, intitulée « Le delta du Danube entre naturalité et artificialité : regards géohistoriques sur plusieurs siècles d’interventions humaines » s’est poursuivie par des échanges nourris avec le public, confortablement installé au café « Les délices de Saturnin », sur la belle place Saint Sernin !

 

 

Résumé de la présentation de Laurent et Philippe :

Le delta du Danube est le 2e delta d’Europe par sa superficie (3446 km2). De forme grossièrement triangulaire, il est composé de trois bras principaux (Chilia, Sulina, Saint Georges). Cette vaste zone humide est un espace amphibie, lieu d’une biodiversité remarquable, classé réserve de biosphère depuis 1990. Si le delta du Danube véhicule une image de forte naturalité, il n’en reste pas moins que cet espace est occupé par les hommes, qui sont à l’origine d’une artificialité croissante des lieux.
L’approche géoarchéologique a montré que 167 sites anciens sont présents dans la zone de réserve de biosphère du delta. La collaboration franco-roumaine sur le site de Taraschina révèle une occupation humaine à l’époque du Bronze ancien et au Chalcolithique. Dès cette époque, des sociétés agro-pastorales s’installent dans le delta et exploitent leur environnement, ce qui va à l’encontre de l’idée d’un territoire « vide ».
Et pourtant, cette image a perduré de nombreuses années jusqu’à se retrouver dans les représentations cartographiques anciennes. Le delta a fait l’objet d’appropriations diverses de la part de nombreux pays jusqu’à sa fixation actuelle. Au cours des derniers siècles, l’artificialisation du delta est allée croissante autour des activités de la pêche, de l’agriculture, de l’exploitation du roseau mais aussi de l’amélioration de la navigation. Dans ce contexte, la période communiste constitue le paroxysme de cette artificialisation des paysages du delta (poldérisation, endiguement, pisciculture,…).
Aujourd’hui, les pélicans sont emblématiques du delta et de sa part de naturalité mais , paradoxe des temps, le delta du Danube est aussi composé d’un certain nombre d’artificialités liées aux héritages humains.

 

lien vers le site des Cafés Géo de Toulouse :

Les Cafés Géographiques de Toulouse

Prochain Café Géo : mercredi 23 mai : Cheminer vers Compostelle. Regards de géographe et empreintes territoriales. Sortie proposée par Alain Cazenave-Piarrot, Nils Brunet et Sébastien Rayssac


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.