Le site de Luncavita

Le site chalcolithique de Luncavita (Dobroudja, Roumanie) est localisé entre les monts Macin et le Danube, à la base de hautes collines boisées (environ 200-300 m). Il prend place à proximité d’un ancien marais poissonneux. Le ruisseau qui coule à ses pieds s’étire sur une distance d’environ 4,5 km et débouche dans la plaine du Danube. Le tell – sorte de colline artificielle formée par les ruines des habitats chalcolithiques – est daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère ; il appartient à la culture dite de « Gumelnita ».

Le tell de Luncavita

La fouille du site chalcolithique de Luncavita, dirigée par Cristian Micu (ICEM), a été engagée dès1998. Elle a pour objectif d’étudier cet établissement stratifié. Cette recherche, engagée par une équipe pluri-institutionnelle, a intégré dès 2002 un chercheur français, Michel Maillé (EHESS), qui assure aujourd’hui la co-responsabilité scientifique de cette opération, dans le cadre de la convention qui lie les départements de l’Aveyron (France) et de Tulcea (Roumanie). L’équipe réunit aujourd’hui, outre des chercheurs de l’ICEM, des spécialistes du Musée National d’Histoire de Roumanie (Bucarest) et des chercheurs français de plusieurs laboratoire CNRS : les UMR 5608 et 5602 de Toulouse ainsi que l’UMR 5140 de Montpellier-Lattes.

L’intérêt du site réside dans la conduite de recherches stratigraphiques et extensives. La séquence stratigraphique, puissante de plus de 4 m, couvre l’ensemble de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère ; elle propose un phasage chronologique et culturel fondé sur la reconnaissance d’unités domestiques (maisons), de dépotoirs…

coupe stratigraphique du tell de Luncavita
Foyer aménagé à l'intérieur d'une maison

La lecture extensive de l’habitat de Luncavita découle de la volonté de caractériser les occupations au-delà de la stricte zone de formation du tell. En effet, les prospections de surface réalisées dans un périmètre de 500 m autour du site ont permis d’identifier des épandages de mobilier. Le couplage avec des prospections géophysiques (électrique et géoradar) a révélé la présence d’indices d’un fossé qui délimite le tell stricto sensu. ). Au-delà de cette structure se développe une zone d’habitat ouvert, caractérisé par des dépôts archéologiques peu épais.

céramique chalcolithique retrouvée brisée sur un sol d'habitat

La lecture micro-stratigraphique, associée à l’établissement d’une base de données, permet de développer une approche spatiale et diachronique des activités de production et de l’exploitation de l’environnement.

Les formes de l’habitat dans la zone du tell

Dans la zone du tell, délimitée naturellement par un rebord de plateau et ceinturée par un fossé, l’édification successive de bâtiments en terre crue à l’époque chalcolithique a progressivement formé une stratigraphie puissante de près de 4 mètres. La fouille du premier niveau a révélé des maisons de plan quadrangulaire. L’ossature de ces bâtiments est formée de piquets et de poteaux dont les négatifs apparaissent dans les sols. Les structures d’habitats analysées se caractérisent par un aménagement systématique de sols construits (épandages et couvertures végétales) ; leur analyse micro-morphologique, conduire par Costel Haita (MNIR) a permis d’identifier des cycles réguliers de réfection de ces sols. L’analyse des structures anthropiques est ainsi établie sur la base d’un référentiel de signatures sédimentaires, anthropiques et pédologiques.

Chasseurs, pêcheurs, éleveurs : caractérisation de l’environnement et des activités

La diversité des écosystèmes parcourus et exploités par les communautés du Chalcolithique transparaît au travers de la forte variété d’animaux exploités retrouvés sur le site : mollusques, poissons, tortues, oiseaux et mammifères. Les recherches conduites par Valentin Radu (ichtyologue) et Adiran Balacescu (archéozoologue) permettent de caractériser les biotopes et les stratégies économiques.

La détermination taxinomique et l’analyse biométrique des bivalves et des poissons montrent que l’ensemble de ces taxons est issu du Danube. On rencontre des grandes valves de Unio pictorum et Unio tumidus ou des esturgeons de grande taille dont Huso huso et Acipenser stellatus. L’analyse biométrique nous a permis de reconstituer les dimensions des poissons consommés sur le tell. Sur le premier niveau d’habitation, même après un tamisage systématique, ces travaux mettent en avant la taille moyenne à grande de l’ensemble des taxons. Cette sélection dimensionnelle peut s’expliquer soit par la sélection des produits et circuit d’échange à courte distance ; soit par une spécialisation d’une partie du groupe dans les activités de pêche .

La forte consommation de poissons doit être appréhendée au regard de l’ensemble de l’alimentation carnée (chasse et élevage). La chasse joue un rôle économique important (52 % du nombre de restes et 14 taxons). La plupart des animaux sauvages sont des taxons forestiers. Les plus chassés sont le cerf (31,5 % comme NR) et le sanglier (14,2 % comme NR). La chasse prépondérante de ces deux gibiers pourrait répondre à une forte demande de viande utilisée pour les échanges (poissons ou produits divers).

La communauté de Luncavita a probablement hébergé plusieurs groupes de chasseurs pour qui la chasse occupait une place aussi importante que l’élevage, en témoignent les nombreux instruments de chasse attesté sur cet horizon (hache, herminette, couteau en lame de silex).

Les pratiques de l’élevage sont attestées par la présence des Bovins (qui dominent avec 20% du nombre de restes), suivis par les Suidés (11%) et les Caprines (6%). Le boeuf était principalement élevé pour ses produits secondaires ; les Suidés et les Caprines étaient produits uniquement pour leur viande et leur graisse. Le chien, après avoir servi comme compagnon de chasse, finit parfois sur la table de ses propres maîtres.

En résumé, le site de Luncavita se caractérise, durant la phase Gumelnita A2, par la différence observée dans la représentation des bovins et des caprins, disparité probablement liée à la présence de vastes forêts autour du site. La chasse au sanglier et au cerf est probablement pour partie motivée par la pratique d’échanges (poissons).

3.  Les outillages : un autre miroir de l’environnement ?

Les cultures néolithiques et protohistoriques de la zone du bas Danube se caractérisent par un large éventail de matériaux et techniques mis en œuvre pour confectionner les outillages du quotidien. Parmi ceux-ci, les productions osseuses s’inscrivant dans une tradition millénaire ont peu attiré l’attention des chercheurs ; elles constituent pourtant une part importante de l’équipement et sont porteuses d’un fort potentiel informatif, aussi bien en termes de comportements techniques, qu’en terme d’aspects socio-économiques ou encore en tant que reflet de l’environnement.

La valeur heuristique de la technologie pour la reconstruction des sociétés n’est plus à démontrer. Considérant l’objet comme un « fait social total », elle permet de réintégrer les productions matérielles dans le tissu socio-économique et culturel des groupes producteurs. L’analyse fondée sur l’identification des matières premières exploitées, sur la reconnaissance des techniques et des grands schémas de transformations mis en œuvre et sur la caractérisation de la fonction des artefacts est menée, dans le cadre de ce projet, conjointement à la constitution de référentiels expérimentaux.

Ces productions, qui participent à de nombreuses activités, peuvent ainsi être replacées dans le complexe économique plus large de ces sociétés ; elles participent ainsi à définir leur relation avec l’écosystème terrestre et aquatique. L’analyse des différentes stratégies d’acquisition des matières premières nous éclaire notamment sur la parfaite connaissance des populations néolithiques de leur milieu et de ses variations, au travers des choix opérés dans le monde animal sauvage ou domestique (chasse et collecte ou récupération dans les restes de boucherie). La caractérisation fonctionnelle des artefacts permet de replacer ces productions dans leur sphère économique et de connaître la part des outillages utilisés à l’extérieur de l’habitat (chasse, pêche et travaux agricoles et/ou sylvicoles) et à l’intérieur de l’habitat (activités domestiques). On a ainsi un outil précieux pour la compréhension de l’attitude et de l’intégration de ces sociétés agropastorales face à leur environnement et de leur emprise sur celui-ci.

L’analyse du matériel provenant des sites de Luncaviţa et de Carcaliu (autre site de la culture Gumelnita) a déjà permis d’obtenir une bonne image de l’équipement aménagé sur matière dure animale .Tous les domaines d’activité sont représentés, à des degrés d’importance variable. Les activités domestiques sont attestées par nombre d’outils biseautés, de poinçons, d’aiguilles (…) la plupart du temps aménagés à partir d’ossements d’animaux domestiques. En revanche, une grande partie des activités effectuées à l’extérieur du site est liée aux travaux agropastoraux et sylvicoles (haches et pics en bois de cerf). Les activités prédatrices (chasse et pêche) ne sont attestées que par quelques harpons.

outils en matière dure animale (os, bois…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société et environnement dans le delta du Danube – Territoire des Hommes, Territoire de l’Eau