Archives pour la catégorie la mission

Présentation du site Dambul lui Haralambie (Roumanie) au colloque Pontica 2014

À l’occasion de la session internationale « Pontica 2014 » organisée par le Musée d’Histoire et d’Archéologie de Constanta (Roumanie) les 2 et 3 octobre derniers, Sorin Ailincai a présenté, au nom de l’équipe franco-roumaine de la mission Delta du Danube, les travaux conduits sur le site chalcolithique submergé de Dambul lui Haralmabie.

 Titre de la communication :

Dambul lui Haralmabie (Commune de Crisan – dept de Tulcea) – un nouvel habitat chalcolithique submergé dans le delta du Danube.

 Auteurs :

CristianMicu (ICEM Tulcea), Laurent Carozza (UMR 5602), Jean-Michel Carozza (UMR 5602 et Université de Strasbourg), Florian Mihail (ICEM Tulcea), Tiberiu Groparu (Doctorant à l’Université Toulouse 2,), Erwan Messager (UMR 7264), Sorin Ailincai (ICEM Tulcea), Albane Burens (UMR 5602), Mihaela Danu (Université  Alexandru Ioan Cuza de Iasi), M. Haralambie, Catalin Mihail

Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine

Première diapo de la communication présentée au colloque Pontica 2014 par la mission franco-roumaine

 Résumé de la communication :

Les recherches récentes conduites dans le delta du Danube ont permis de mettre au jour un nouvel établissement daté de la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère. Ce site se trouve à moins de trois kilomètres du tell submergé de Taraschina (commune de Maliuc), fouillé par la mission Franco-Roumaine, sous la direction de Cristian Micu. Le site a été découvert fortuitement par M. Haralambie qui a collecté, dans cette zone, du mobilier archéologique.

Le site Haralambie se trouve sur la rive gauche du canal Sontea, en face du petit canal artificiel Bucla, reliant le bras de Sulina au canal de Sontea. Les travaux d’aménagements de cette zone et l’édification de digues et de plateformes de stockage de roseaux ont provoqué des modifications importantes du milieu. Le tracé actuel du canal Sontea est ici totalement artificiel. Le mobilier archéologique a été collecté sur la berge, peu après des travaux de recalibrage du canal Sontea, dans les sédiments rejetés par la drague. Selon Monsieur Haralambie, inventeur du site, le sédiment est ici « brun et organique, mais on distingue également une argile jaune ».

Depuis la découverte du site, les prospections réalisées en période de basses eaux par Catalin Mihail ont permis de collecter de nombreux outils lithiques ainsi que de la céramique. Parmi les éléments de forme, on observe la présence d’un petit gobelet biconique et d’une petite écuelle carénée à bord ouvert. Les comparaisons typologiques permettent d’attribuer ce lot à la culture de Gumelnita.

Le mobilier lithique est constitué d’une centaine de pièces. L’essentiel de cette industrie a été réalisé sur de la matière première importée, issue de la plateforme Balkanique. On observe cependant un débitage sur matière locale, dont la source semble située en Dobroudja. Les stratégies technologiques s’inscrivent pleinement dans le modèle connu pour la culture Gumelnita. L’assemblage typologique varié (lames, grattoirs, pièces esquilées…), caractéristique des habitats, décrit un éventail d’activités pratiquées par une communauté dynamique.

 Aucun horizon archéologique n’ayant été décelé en surface ou dans les coupes du canal de Sontea, des carottages ont été réalisés dans la zone où apparaît le mobilier remonté en surface par les dragages. Les différentes carottes montrent qu’un ou deux horizon(s) archéologique(s) apparai(ssen)t entre les cotes de -2,50 et 2,80 sous la surface. Il s’agit de niveaux organiques, avec du mobilier archéologique. Deux datations C14 confirment la datation comprise entre 4647-4460 BC pour la base et 4614-4266 BC pour la dernière occupation reconnue. Les niveaux archéologiques sont aujourd’hui recouverts par plus de 2 mètres de sédiments fluvio-lacustres.

 Cet habitat aujourd’hui submergé, indique, à l’instar du tell de Taraschina, que durant la seconde moitié du 5ème millénaire avant notre ère, cette zone de l’actuel delta du Danube formait une plateforme exondée, située non loin de chenaux du Danube.

  Cette recherche a bénéficié du soutien du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes français dans le cadre de la mission archéologique franco-roumaine dirigée par L. Carozza et C. Micu, d’un financement via le PHC Franco-Roumain Brancusi dirigé par A. Burens et S. Ailincai. Des analyses ont été réalisées dans le cadre du Site d’Etude en Ecologie Globale « delta du Danube » financé par l’Institut Ecologie Environnement du CNRS.

Une mission sous le signe de l’eau

Sans battre les records d’avril 2013, le niveau de l’eau dans le delta du Danube est particulièrement élevé en ce moi d’octobre, malgré une météo quasi estivale sur Mila 23… …probablement les répercussions des inondations en Serbie, provoquées par les pluies diluviennes de septembre.

Les horizons archéologiques les plus anciens du site chalcolithique de Taraschina sont recouverts par les eaux du Danube.

Le site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondé (octobre 2014)

La zone 2 du site chalcolithique de Taraschina, partiellement inondée (octobre 2014)

 

Les deux premières journées de la mission ont été consacrées au nettoyage du site et au pompage de la zone 2, qui sera légèrement agrandie cette semaine (notamment autour de la zone ayant livré les restes d’un individu en connexion anatomique, au sein des niveaux de démolition de l’habitat).

Pompage d'une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Pompage d’une partie de la zone 2 du site de Taraschina

Au regard de l’actuel niveau des eaux du Danube, si celles-ci ne baissent pas dans les jours à venir, cette nouvelle campagne de terrain devra se focaliser sur les horizons supérieurs du tell, correspondant à des accumulations de rejets domestiques, traduisant un changement dans l’organisation spatiale de l’occupation du site.

Les horizons les plus anciens, formés de la destruction d’unités domestiques en terre crue et de sols de circulation, feront l’objet d’une fouille en mars 2015, avant d’ouvrir une nouvelle zone de fouille sur le site n°2 de Taraschina.

 

Vue synthétique de la stratigraphie du site chalcolithique de Taraschina

À la veille d’une nouvelle campagne de fouille sur le site de Taraschina, le travail de synthétisation de la stratigraphie du site était d’actualité. C’est désormais chose faite avec la production du tout nouveau diagramme stratigraphique de la zone 2 !

Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)

Diagramme stratigraphique du site de Taraschina (delta du Danube)

L’analyse des unités stratigraphiques (Us) des sites stratifiés est essentielle à la compréhension de la chronologie des sites. Le diagramme stratigraphique représente l’ensemble de la chronologie stratigraphique du site sous une forme graphique simplifiée (Harris 1979) qui structure notamment les relations entre les différentes Us. Il présente les relations d’antériorité, de postériorité et de contemporanéité des unités stratigraphiques déterminées sur le terrain lors de la fouille.

Sur ce diagramme les Us sont mises en relation avec le relevé des carottes réalisées sur le site (à gauche et à droite du diagramme). Le niveau de la nappe phréatique est représenté en bleu, ce qui met clairement en évidence que les niveaux d’occupation anthropiques les plus anciens sont aujourd’hui ennoyés. Le substrat lœssique (représenté en jaune) est quant à lui recouvert par les eaux du Danube sur plus d’un mètre de hauteur.

 

Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.
Relevé de la coupe de la fosse 2015. Le niveau de la nappe phréatique est visible au fond de la fosse.

Le diagramme fournit une première lecture chronologique relative du site. Il sera complété après la mission de septembre et octobre prochains.

Prospecter les ressources siliceuses de Dobrodgea du Nord

Les premiers travaux de caractérisation des industries lithiques de la Dobrodgea du nord, réalisés par Robin Furestier et Florian Mihail depuis 2010, nous ont conduits à nous interroger sur l’origine des matières premières employées au Chalcolithique sur les sites archéologiques étudiés dans le cadre de la mission franco-roumaine. C’est tout naturellement que l’équipe s’est tournée vers Laurence Manolakakis (chercheur spécialisé dans l’étude des systèmes de productions lithiques taillées des sociétés agro-pastorales des Balkans et dans la gestion des ressources lithiques) pour engager un travail de prospection et d’analyse des ressources siliceuses exploitées.

Florian Mihail, Robin Furestier et Laurence Manolakakis sur le terrain

Florian Mihail, Robin Furestier et Laurence Manolakakis sur le terrain

Au-delà des silex importés de la plateforme pré-balkanique du nord-est de la Bulgarie (supports laminaires essentiellement), les sites archéologiques de Dobrodgea livrent outils et éclats réalisés à partir de matières premières à ce jour non identifiées.

Une première campagne de prospections pédestres a été réalisée à l’occasion de la mission de juillet dernier, dans le but de pallier les carences d’informations disponibles sur la région. Les prospections se sont fondées d’une part sur les indications de localisation des matières premières publiées par Paunescu (Paunescu 1998), et d’autre part sur les données de la carte géologique.

Les formations du Trias supérieur (Carnien) et du Crétacé (Cénomanien, Turonien, Coniacien) ont été prospectées, autour des collines de Somova, Mineri, Victoria, Bestepe dans un premier temps, puis dans les environs de Closca, General Praporgescu, Mircea Voda et Traian, ou encore de Nicolae Balcescu, Slava Rusa, Babadag et Mihai Bravu.

prospections 02

Au terme de cette campagne, deux silex et plusieurs silicifications incomplètes ont été découverts et échantillonnés.  Au-delà, l’équipe a prélevé des échantillons de calcaires, de grès, de quartz (et autre roches) pour améliorer notre connaissance des ressources lithiques potentiellement utilisées par les Néolithiques.

PROSPECTIONS 03

Mission d’étude à Celic Dere

Du 15 au 31 juillet, l’équipe de la mission archéologique delta du Danube s’est installée, comme chaque été, dans la base archéologique de l’ICEM de Celic Dere (département de Dobrodgea). L’équipe a rassemblé 10 chercheurs roumains et français ainsi que quatre étudiantes de l’université de Bucarest.

L’objectif premier de la mission était de traiter les mobiliers archéologiques des deux dernières campagnes de fouilles réalisées sur le site chalcolithique de Taraschina, dans le delta du Danube, en octobre 2013 et mars 2014 : lavage, tri puis dessin et étude du matériel (plus de 120 kg de céramique Gumelnita, 70 kg de terre à bâtir, des milliers de fragments de faune, de coquillages, des pièces lithiques…).

 figure 01

Pendant 15 jours, la base de Celic Dere a ainsi accueilli des céramologues, des lithiciens, des spécialistes des matières dures animales, des archéozoologues… autant de spécialistes qui ont partagé leurs connaissances avec les étudiantes roumaines, sous la forme de cours théoriques comme de travaux pratiques à partir du mobilier de Taraschina.

photo 2

Le tri des refus de tamis des prélèvements de sédiments opérés sur le site a permis de collecter, outre de nombreux charbons de bois, quelques restes carpologiques et fauniques, mais surtout plusieurs perles en céramique appartenant vraisemblablement à une même parure.

photo 3

equipe 2014

Une partie de l’équipe posant devant la base archéologique de Celic Dere (ICEM)

Fin du premier quadriennal de la Mission Archéologie du delta du Danube

En cet automne 2013, nous fêtons (déjà) la fin de la quatrième année de la mission du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes « Archéologie du delta du Danube ». Plus de 20 personnes forment le cœur de l’équipe scientifique et nombre de collaborateurs participent activement à ses travaux.

Ces quatre années auront été l’occasion de tisser des liens forts avec des équipes de recherche roumaines : l’Institut de recherche Eco-Muséal de Tulcea, l’Université de Iasi, le Musée d’Histoire de la Roumanie, l’Institut Geo-Eco-Mar… et les institutions gestionnaires du delta du Danube (la Réserve Biosphère, l’Institut de Recherche sur le delta du Danube, le Conseil Départemental de Tulcea).

Notre équipe occupe aujourd’hui un rôle moteur dans le développement des recherches archéologiques et paléo-environnementales en Dobrodgea.

Nous sommes particulièrement heureux que l’institut INEE du CNRS ait récemment créé (pour appuyer nos travaux) un rétro-observatoire des relations société-environnement dans le delta du Daube (SEEG – Site d’Etude en Ecologie Globale, L. Carozza dir.).

Le bilan quadriennal 2010-2013 de la mission, fort de ses 430 pages, vient d’être envoyé au MAEE, dans l’espoir que le Ministère nous renouvelle sa confiance pour 4 années supplémentaires…

couverture du rapport 2010-2013 de la mission "delta du Danube"

couverture du rapport 2010-2013 de la mission “delta du Danube”

barques traditionnelles dans le delta du Danube

pêcheur sur le Danube

pêcheur sur le Danube (@ A. Burens CNRS)

 

Mila 23

Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

barque échouée à Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

vestige éphémère d'un presque révolu

vestige éphémère d’un temps presque révolu (@ A. Burens CNRS)

 

barque posée devant la ferme de Mila 23

barque posée devant la ferme de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

cimetière de Mila 23

cimetière de Mila 23 (@ A. Burens CNRS)

 

le canal de Mila 23 de potron minet

le canal de Mila 23 de potron minet (@ A. Burens CNRS)

un refuge pour la faune

un refuge pour la faune (@ A. Burens CNRS)

la végétation reprend ses droits

la végétation reprend ses droits (@ A. Burens CNRS)

 

pour finir, version métal et couleur

pour finir, version métal et couleur

Taraschina sous les eaux du Danube

Avril 2013 : le Danube est à son plus haut niveau depuis près d’un siècle dans plusieurs régions du Sud-Est de l’Europe…

En Roumanie, le delta du fleuve accuse difficilement les répercussions des très fortes précipitations enregistrées cet hiver et ce printemps dans les différents pays d’Europe centrale traversés par le Danube (Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie…).

Le site archéologique de Taraschina, en cours de fouille par l’équipe scientifique franco-roumaine de la Mission archéologique « Delta du Danube », s’est retrouvé noyé sous plusieurs dizaines de centimètres d’eau !

Le site de Taraschina sous les eaux du Danube - avril 2013

Le site de Taraschina sous les eaux du Danube – avril 2013

À l’occasion de prospections conduites en avril dans le delta, un détour par le site de Taraschina nous a permis d’accéder, en bateau, directement sur la zone de fouille…  recouverte par les hautes eaux du Danube.
Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina

Vue de la zone 2 du site archéologique de Taraschina

Suite des travaux de terrain après la décrue…

La mission « Delta du Danube » sur Radio Romania Cultural

Le 2 avril 2013, Cristian Micu (ICEM Tulcea) et Adrian Balasescu (MNIR Bucarest) présenteront, au nom de toute l’équipe scientifique, les principaux résultats de la mission archéologique franco-roumaine « Delta du Danube » sur les ondes de Radio Romania Cultural. Ils seront interviewés par la journaliste Mihaela Ghita dans le cadre de son émission «Planeta radio - Stiinta la ea acasa » ou « Radio Planète – La science à la maison ».

Vous pourrez écouter et visualiser l’émission en direct à partir de 16h05 (heure française) à l’adresse suivante :

http://www.radioromaniacultural.ro/grilas/program

en cliquant sur le programme ou sur le lien « asculta online »

logo radio romania

Bonne écoute !

Deuxième campagne de fouille à Taraschina

La seconde campagne de fouille conduite à Taraschina cette année a permis d’ouvrir, en octobre dernier, quelques 94 m2 de fouille sur la zone 2 du site. Ce nouveau secteur, très riche en mobilier archéologique (céramique, faune, silex, torchis…) paraît marquer la limite de la zone de concentration des profondes fosses découvertes en zone 1.

Le niveau exceptionnellement bas du Danube — s’il a rendu l’accès au site très difficile — a néanmoins permis à l’équipe de fouiller dans leur totalité le remplissage de fosses et de silos particulièrement profonds, habituellement inaccessibles. À la base de ces creusements sont apparus des horizons livrant les vestiges de probables unités d’habitation en terre crue.  L’unique opportunité que représentait le niveau très bas du fleuve nous a également permis de finaliser la fouille (dans la zone 1) du silo ayant livré, en 2010, un fragment de statuette anthropomorphe en os.

Fouille de la zone 2 du site de Taraschina – octobre 2012

En fin de campagne, la remontée du niveau du Danube a permis d’acheminer par barque, sur le site, un carottier à percussion. Quelques 5 carottages ont ainsi pu finalement être réalisés selon 2 transects. Plusieurs carottes ont été prélevées en périphérie du site, au cœur d’une très dense « forêt » de roseaux, difficile d’accès. Les carottes prélevées en tube ont été rapatriées en France. Elles seront ouvertes et échantillonnées en décembre prochain au laboratoire GEODE de Toulouse. Elles permettront notamment à Erwan Messager (laboratoire CEPAM de  Nice) et  Mihaela Danu (Université de Iasi – Roumanie) d’affiner l’étude des phytolithes amorcée l’année passée.

Carottage au milieu des roseaux, à quelques dizaines de mètres de la fouille

 

Sur la route de Taraschina, par un petit matin d’octobre